D'ici septembre à octobre :

Saint-Leu : une zone de surf expérimentale autorisée prochainement


Publié / Actualisé
Lors d'une conférence de presse ce mardi 7 juillet 2020, le Centre Sécurité Requin a présenté son projet d'établir une zone de surf sécurisée à Saint-Leu d'ici septembre à octobre 2020. Il sera possible de surfer dans cette zone expérimentale, la gauche de Saint-Leu, mais uniquement sous certaines conditions. L'une d'elles est le port d'un équipement de protection individuel : un répulsif à impulsion électrique pour prévenir les attaques de requins. Des cinq modèles testés en Nouvelle-Calédonie, au mois de septembre dernier, l'un d'entre eux, le Shark Shield, s'est avéré particulièrement concluant. (Photo rb/www.ipreunion.com)
Lors d'une conférence de presse ce mardi 7 juillet 2020, le Centre Sécurité Requin a présenté son projet d'établir une zone de surf sécurisée à Saint-Leu d'ici septembre à octobre 2020. Il sera possible de surfer dans cette zone expérimentale, la gauche de Saint-Leu, mais uniquement sous certaines conditions. L'une d'elles est le port d'un équipement de protection individuel : un répulsif à impulsion électrique pour prévenir les attaques de requins. Des cinq modèles testés en Nouvelle-Calédonie, au mois de septembre dernier, l'un d'entre eux, le Shark Shield, s'est avéré particulièrement concluant. (Photo rb/www.ipreunion.com)

La première de ces conditions, présentées par le Centre Sécurité Requin ce mardi 7 juillet 2020, sera le port d’un équipement de protection individuel répulsif à impulsion électrique. Il permettra aux adeptes de la glisse d’aller au-devant d’attaques de requins bouledogues, responsables de la majorités des accident au large de La Réunion.

Tout au long du mois de septembre dernier, des essais avaient été menés dans les baies Nord du port de plaisance de Nouméa (Nouvelle-Calédonie) pour déterminer l’efficacité de ces équipements. 

Des cinq modèles testés, le Shark Shield s’est avéré le meilleur, repoussant le requin une fois sur deux. Un pas en avant pour une sécurité accrue des surfeurs.

D’ici à la mise en place de la zone expérimentale, d’autres conditions seront également définies et imposées aux surfeurs voulant aller à l’eau. À terme, si des résultats positifs ressortaient de la zone expérimentale, la fin de l’arrêté préfectoral interdisant les activités nautiques pourrait être envisagée.

Lire aussi : La préfecture demande de la prudence face aux requins

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !