L'AS Excelsior reçoit l'AF Saint-Louis ce dimanche à 15h30 :

Yoni Guezello, 19 ans, milieu de terrain et meilleur buteur du championnat


Publié / Actualisé
Triple buteur contre la Jeanne d'Arc du Port, lors de la 1ère journée, Yoni Guezello (19 ans) a permis à l'AS Excelsior de prendre seule la première place du championnat. Un statut anecdotique à la genèse de la compétition, mais tout même révélateur des ambitions du club de Saint-Joseph et de son jeune milieu de terrain. Lors d'essais dans les clubs professionnels de Montpellier en juillet 2019, puis de Tours et d'Orléans en décembre et janvier dernier, Yoni Guezello a pu goûter au plus haut niveau et mesurer le chemin qui lui reste à parcourir pour l'atteindre. La première étape : laisser sa marque dans le football péi. Ses trois buts lors du premier match de la saison sont un premier pas. Entretien. (Photo Yoni Guezello)
Triple buteur contre la Jeanne d'Arc du Port, lors de la 1ère journée, Yoni Guezello (19 ans) a permis à l'AS Excelsior de prendre seule la première place du championnat. Un statut anecdotique à la genèse de la compétition, mais tout même révélateur des ambitions du club de Saint-Joseph et de son jeune milieu de terrain. Lors d'essais dans les clubs professionnels de Montpellier en juillet 2019, puis de Tours et d'Orléans en décembre et janvier dernier, Yoni Guezello a pu goûter au plus haut niveau et mesurer le chemin qui lui reste à parcourir pour l'atteindre. La première étape : laisser sa marque dans le football péi. Ses trois buts lors du premier match de la saison sont un premier pas. Entretien. (Photo Yoni Guezello)

Vous attendiez-vous à commencer la saison de manière aussi tonitruante ?

Alors là, non, pas du tout. Moi-même je suis surpris. Je suis très surpris, mais je suis content. Le plus important, c’est que l’équipe ait gagné la 1ère journée pour bien débuter le championnat. Gagner à l’extérieur, à la Jeanne d’Arc, c’est un gain de confiance bon à prendre.

Lire aussi : L'AS Excelsior premier leader du championnat, Eric Assati aux anges

Marquer trois buts, ce n’est pas commun pour un milieu de terrain. Est-ce un aspect de votre jeu sur lequel vous avez spécifiquement travaillé ?

C’est venu naturellement au cours du match. Après, on a toujours des séances devant le but à l’entraînement. On travaille aussi beaucoup les coups de pied arrêtés la veille des matches. Ça a fonctionné dimanche dernier. Je crois que c’est le premier but de la tête depuis que je joue au foot. Depuis que je suis petit, je ne marque que du pied, jamais de la tête.

On m’a beaucoup chambré parce que j’en avais loupé un comme ça, au Port aussi l’année dernière. J’étais tout seul, le ballon arrive et je mets une vieille tête au-dessus du but... Ils n’ont dit “tu aurais dû faire ça l’année dernière, tu aurais dû la mettre” (rires).

Avez-vous défini des objectifs précis avec votre coach et vos dirigeants pour cette saison ?

L’objectif, c’est juste de faire le mieux possible, journée après journée. On se donne à fond dans toutes les compétitions, dans tous les challenges qui se présentent et on essaye d’aller le plus loin possible.

Et sur le plan personnel ?

Je veux jouer le plus de matches possible, des matches de qualité surtout. Je vais essayer d’être régulier et de marquer, même si ce n’est pas un objectif que je me fixais. Peut-être essayer d’atteindre la barre des 10 buts. Et puis, je suis millieu, je dois faire des passes décisives aussi !

Vous êtes un des plus jeunes joueurs de l’Excelsior. Le vivez-vous avec une certaine pression ?

Il y a forcément une petite pression à vouloir bien faire les choses, comme il se soit, respecter les consignes du coach.  Je fais partie des plus jeunes, mais quand tu es sur le terrain, l’adversaire ne cherche pas à savoir l’âge que tu as.

Je suis beaucoup aidé par Gaël Payet et Tatane (Jonathan Boyer). Ils me donnent beaucoup de conseils, ça me fait progresser d’avoir des coéquipiers comme ça. Ce n’est pas n’importe qui, ils m’apportent leur expérience.

Vous avez fait des essais dans des clubs professionnels ces derniers mois, à Montpellier, Orléans et Tours. Avez-vous eu des retours positifs de ces clubs ?

Ça s’est très bien passé dans les trois clubs. Je n’ai eu que des retours positifs, mais il me manquait cette petite chose pour pouvoir signer. Franchement, c’est tentant, ça donne envie d’y retourner. Mais je veux bien m’imposer ici à La Réunion, avant de partir.

Y a-t-il une différence notable de niveau entre le football réunionnais et le football métropolitain ?

Techniquement et physiquement, pas tellement. C’est vraiment tactiquement que le jeu est beaucoup plus réfléchi.

Quels aspects de votre jeu souhaitez-vous améliorer cette saison ?

Dans la gestion des temps forts et des temps faibles. Je suis généreux, même quand je suis fatigué, je me donne à fond alors qu’il ne faut pas forcément. Quand tu ne peux plus y aller, il faut savoir gérer. Et mon jeu de tête aussi parce que je ne suis vraiment pas fort (rires).

Si vous deviez vous comparer à un joueur connu, quel serait-il ?

Vous me posez une colle. Je n’arriverais pas à vous répondre. Je suis Yoni Guezello.

Propos recueillis par aa / www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !