[PHOTOS] Manifestation citoyenne :

Maurice : des milliers de personnes dans la rue contre la gestion de la marée noire


Publié / Actualisé
Des dizaines de milliers de Mauriciens ont manifesté ce samedi 12 septembre 2020 à Mahébourg, ville côtière du sud-est de l'Ile Maurice, pour dénoncer la gestion par le gouvernement de la marée noire du vraquier le Wakashio, qui a souillé les eaux au mois d'août. (Photos Le Mauricien)
Des dizaines de milliers de Mauriciens ont manifesté ce samedi 12 septembre 2020 à Mahébourg, ville côtière du sud-est de l'Ile Maurice, pour dénoncer la gestion par le gouvernement de la marée noire du vraquier le Wakashio, qui a souillé les eaux au mois d'août. (Photos Le Mauricien)

C'est une très large foule qui a défilé dans la ville de Mahébourg, ce seamedi 12 septembre 2020. C’est sur cette côte que le vraquier japonais Wakashio s’était échoué le 25 juillet, laissant échapper au moins 1.000 tonnes de fioul dans le lagon.

Le 15 août, le navire s'est cassé en deux. Des espaces protégés abritant des forêts de mangrove et des espèces menacées avaient été pollués. 

Lire aussi : Marée noire : la menace plane sur récif corallien de Maurice

Les manifestants reprochent au Premier ministre Pravind Jugnauth et à son gouvernement de ne pas avoir agi assez rapidement pour empêcher la pire catastrophe environnementale de l’histoire du pays, qui dépend énormément de ses eaux pour son alimentation basée sur la pêche et pour le tourisme.

Le 29 août dernier déjà, une manifestation de grande ampleur avait rassemblé des dizaines de milliers de Mauriciens, descendus dans les rues de Port-Louis pour dénoncer la gestion par le gouvernement de la marée noire.

Lire aussi : Sébastien Lecornu : "au moins 10 mois de travail" pour venir à bout de la marée noire

Pour sa part, le Premier ministre, au pouvoir depuis 2017, juge n'avoir commis aucune erreur et refuse de présenter des excuses. Pour rappel, une enquête sur le naufrage est toujours en cours et l'affréteur japonais a dit contribuer aux opérations de nettoyage à hauteur de huit millions d'euros.

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !