[VIDEO] Un protocole sanitaire strict sera appliqué :

51ème Tour Auto : l'organisation sur la ligne de départ


Publié / Actualisé
André Latchoumane, président du comité d'organisation du Tour Auto NTR Rallye de la Réunion et son équipe, ont tenu une conférence de presse ce lundi 12 octobre 2020 pour présenter la 51ème édition de la course automobile. Initialement prévu au mois de juillet dernier, le Tour Auto aura finalement lieu du 22 au 25 octobre prochain, avec un protocole sanitaire strict, qui a pu être testé lors du dernier Rallye de la Plaine-des-Palmistes. Sa tenue dépend toutefois de la participation d'un nombre suffisant de concurrents, afin que l'organisation puisse couvrir ses frais. (Photo DR)
André Latchoumane, président du comité d'organisation du Tour Auto NTR Rallye de la Réunion et son équipe, ont tenu une conférence de presse ce lundi 12 octobre 2020 pour présenter la 51ème édition de la course automobile. Initialement prévu au mois de juillet dernier, le Tour Auto aura finalement lieu du 22 au 25 octobre prochain, avec un protocole sanitaire strict, qui a pu être testé lors du dernier Rallye de la Plaine-des-Palmistes. Sa tenue dépend toutefois de la participation d'un nombre suffisant de concurrents, afin que l'organisation puisse couvrir ses frais. (Photo DR)

“Ce n’était pas forcément gagné”, indique Denis Antou, vice-président de la Ligue du sport automobile de La Réunion. “On a eu des inquiétudes sur la reprise du sport en 2020, mais nous sommes là aujourd’hui”, se réjouit-il non sans un visible soulagement.

La 51ème édition du Tour Auto se déroulera finalement du 22 au 25 octobre prochain, après des incertitudes et un report liés à la crise sanitaire. Pour cela, l'organisation a dû se conformer à un strict protocole sanitaire, qui a pu être mis à l’épreuve du Rallye de La Plaine-des-Palmistes, le 26 septembre dernier.

Le port du masque sera obligatoire pour les concurrents et bénévoles et du gel hydroalcoolique sera à leur disposition durant les quatre jours du rallye. Des zones seront également spécialement aménagées et ne pourront pas accueillir plus de 10 personnes à la fois, pilotes et co-pilotes compris. Des médiateurs seront présents dans ces zones pour veiller au bon respect des règles.

- L'adhésion des spectateurs primordiale pour la sécurité -

Avec le concours des forces de l’ordre, nous verbaliserons ceux qui ne respectent pas le protocole Covid”, prévient André Latchoumane, président de l’association sportive automobile de La Réunion et du comité d’organisation. Des panneaux et affiches d’informations pour le public, qui ne pourra donc pas plaider l’ignorance en cas d’infraction.

“Sur le Rallye de La Plaine-des-Palmistes, nous étions relativement satisfaits du respect du protocole. Il n’y a eu qu’une seule verbalisation, mais tout cela est très fragile parce qu’on ne maîtrise pas forcément le public. On a besoin de l’adhésion de nos spectateurs”, indique Denis Antou. 

L’adhésion des spectateurs sera aussi de prime importance pour leur sécurité au passage des voitures, certains ayant enfreint les zones de restriction lors du Rallye de La Plaine-des-Palmistes. “Les spectateurs ne peuvent pas être derrière les rubalises. Quand il y a une rubalise rouge, c’est que l’endroit est dangereux. On a demandé en commission préfectorale que des verbalisations aient lieu.”

- Une couverture exceptionnelle -

Côté compétition, le Tour Auto se fera en trois étapes, avec douze spéciales regroupées sur sept sites. La première étape se fera de nuit dans l’Est de l’île. La deuxième est la plus longue, elle se lancera dans les radiers pour finir à la Chaloupe Saint-Leu en passant par Saint-Joseph. L'une des quatre spéciales de l’étape Saint-Joséphois sera baptisée Nicol Cochard, en hommage à ce passionné de rallye et collaborateur de l’Asar, récemment disparu.

La troisième et dernière étape aura lieu le dimanche 25 octobre avec la spéciale de Montée Panon. À cette occasion, nos confrères de Réunion 1ère mobiliseront des moyens exceptionnels pour la couverture de l’événement : des liaisons HF et des drones habituellement réservés au départ du Grand Raid. 

Grand Raid : c'est bel et bien fini pour cette année

Tony Ricquebourg, triple vainqueur de l’épreuve, sera le consultant de la chaîne et fera partager son expérience aux téléspectateurs. “Il fallait que l’on renoue avec le monde sportif”, explique Gora Patel , directeur régional de Réunion 1ère. “On l’a fait avec le football, le handball, le rugby, les Jeux des îles. Je voulais qu’on aille le plus possible vers les disciplines et les jeunes qui porteront haut les couleurs de La Réunion en France et dans le monde.”

- "Une épée de Damoclès" -

Seule incertitude qui demeur, le nombre final de concurrents. À ce jour, l’organisation en dénombre une trentaine. Loin de la centaine espérée pour rentrer dans ses frais. “Sans les petits concurrents, les Rallye ne peut pas se faire. Nous appelons tous les concurrents à venir vers nous, nous pouvons prévoir un règlement des frais d’engagement (720 euros) en deux fois”, informe André Latchoumane.

S’il qualifie la situation “d’épée de Damoclès”, il se dit toutefois confiant quant la présence d’un nombre de participants suffisant pour que se tienne l'événement de sport autmobile le plus attendu de La Réunion.

aa / www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !