L'association prévoyait de sensibiliser à la sécurité routière :

Leur tour de La Réunion à vélo réporté à cause des restrictions sanitaires


Publié / Actualisé
En cette période de vacances scolaires, l'association Sport Prévention Education Jeunesse avait prévu un tour de La Réunion à vélo pour sensibiliser aux dangers de la routes. Un groupe de huit enfants et sept adultes devait prendre le départ de Sainte-Marie ce jeudi 22 octobre 2020, pour rejoindre La Possession quatre jours plus tard. Le long des 250 kilomètres, ils devaient distribuer des fausses contraventions aux mauvais automobilistes. Une sortie qui se voulait également défi sportif pour les jeunes et moins jeunes pas forcément adeptes des efforts aussi intenses. Annulé à cause des restrictions sanitaires limitant les rassemblements à six personnes, l'événement aura lieu à une date ultérieure, annonce le président de l'association Francis Lassal. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
En cette période de vacances scolaires, l'association Sport Prévention Education Jeunesse avait prévu un tour de La Réunion à vélo pour sensibiliser aux dangers de la routes. Un groupe de huit enfants et sept adultes devait prendre le départ de Sainte-Marie ce jeudi 22 octobre 2020, pour rejoindre La Possession quatre jours plus tard. Le long des 250 kilomètres, ils devaient distribuer des fausses contraventions aux mauvais automobilistes. Une sortie qui se voulait également défi sportif pour les jeunes et moins jeunes pas forcément adeptes des efforts aussi intenses. Annulé à cause des restrictions sanitaires limitant les rassemblements à six personnes, l'événement aura lieu à une date ultérieure, annonce le président de l'association Francis Lassal. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

S’il y avait une histoire d’amour entre le sport et la sécurité routière, l’association Sport Prévention Education Jeunesse serait leur Cupidon. À l’initiative de son président Francis Lassal, ils devaient être quinze à entamer un tour de La Réunion à vélo, ce jeudi 22 octobre 2020. 250 kilomètres en quatre étapes, de Sainte-Marie à La Possession, avec un double objectif : se dépenser à travers un défi plutôt corsé et sensibiliser aux dangers de la route.

“On voulait faire une action un petit peu innovante. Parler du vélo c’est important parce que ce n’est pas toujours évident d’en pratiquer en toute sécurité dans le département”, explique Francis Lassal. “On s’est dit pourquoi pas faire le tour de l’île à vélo avec quelques jeunes et faire quelques remontées au niveau des difficultés.”

Lire aussi : Pistes cyclables : La Réunion loin du compte malgré de bonnes intentions

Finalement annulé pour respecter les restrictions sanitaires imposées par les autorités, l'événement aura lieu à une date ultérieure. “Je suis très déçu mais ce n'est pas annulé. C'est reporté”, confie le président de l'association à Imaz Press. 

- Un peloton éclectique -

Il devaient pourtant être quinze - huit enfants et sept accompagnants - à prendre le départ depuis Sainte-Marie jeudi prochain, tenant déjà compte du contexte sanitaire, et faisant au passage quelques malheureux. 

“J’ai eu pas mal de retours sur la publication Facebook saluant l’initiative et de personnes qui voulaient s’inscrire. On a une subvention de la préfecture et de la Sécurité routière, donc on n’a pas pu prendre plus de personnes. Les premiers qui se sont inscrits, les plus réactifs ont été sélectionnés”, souriait Francis Lassal. Le report de ce tour de l'île permettra sans doute à un plus grand nombre de personnes d'y participer, si la situation sanitaire le permet. 

Des personnes de tout âge, mais aussi de toutes conditions physiques, devaient en effet composer le groupe de cyclistes. “Il y a les gamins de 10 ans qui vont rouler pendant quatre jours et faire pas mal de kilomètres. Il y aussi les parents qui ne sont pas trop sportifs, qui ont un petit peu d'embonpoint. C’est un véritable challenge pour nous. Il y en a qui ne font pas beaucoup de sport et veulent réaliser un exploit. C’est pour inciter les jeunes et les parents à faire du sport”, indique-t-il.

“On a beaucoup de jeunes qui ont du mal à faire du sport. Les parents qui n’osent pas parce qu’ils ont un petit peu d’embonpoint, les mères qui ne se pensent pas capables de rouler parce que ce sont des femmes. J’ai trois mamas qui se lancent, qui n’ont pas l’habitude de faire du sport, qui appréhendent un petit peu mais vont suivre leurs gamins.”

Comme au Tour de France, une voiture-balai allait s’assurer tout le long que les cuisses et les mollets tiennent le coup. Pas question d’abandon puisqu’il n’y aucune compétition, si ce n’est contre soi-même, mais bien de soutien, histoire de se refaire une santé si besoin. “On a les véhicules à dispositions si on a un coup de bambou”, précise Francis Lassal. “

- Des faux PV, une vraie pédagogie -

Au-delà de l’aspect sportif, la sortie cycliste avait aussi le but de promouvoir la pratique du vélo. Il s’agit d’informer, d’éduquer et de sensibiliser de jeunes sur leurs modes de déplacement et développer la connaissance de l’accidentalité.

Exposés au désordre et aux incivilités des conducteurs, les cyclistes amateurs auraient eu le loisir de dresser des PV mauvais élèves de la route. Des contraventions factices pour prévenir et changer les mentalités.

“À chaque fois qu’on va voir un véhicule en infraction, on va remettre un faux PV aux contrevenants. Il y aura une interaction entre les jeunes et les chauffeurs indélicats. On va essayer de mettre en avant tous ces petits risques qu’on va rencontrer au quotidien”, détaille Francis Lassal. 

“Je suis policier, j’ai tellement l’habitude d’en avoir mis des vrais (rires). C’est pédagogique, si on a la chance de croiser le conducteur, on va lui expliquer son erreur et en quoi c’est dangereux pour les cyclistes et les piétons. C’est valorisant pour les enfants et aussi pour les contrevenants qui va réfléchir par la suite”, ajoute le président de l'association.  

Si les constatations de mauvais comportements devaient rester informelles, le parcours du groupe de cyclistes et leurs discussions avec la population tout le long allaient donner lieu à un court-métrage. “On a un jeune qui fait de la vidéo et va nous suivre pendant les quatre jours avec un drone et sa caméra. Il va aussi poser des questions aux gens qu’on va rencontrer, qu’on va peut-être verbaliser avec les faux PV. Il y aura une interaction”, anticipait Francis Lassal. 

Sans qu’elle soit politisée, l’initiative de Sport Prévention Education Jeunesse se veut promotrice d’une nouvelle vision de la pratique cycliste, accessible au plus grand nombre et en sécurité. “Faire du vélo à La Réunion, ce n’est pas toujours évident. Il y a certaines portions où on va prendre les sentiers parce que les routes sont trop dangereuses. On va mettre l'accent là-dessus.” Pour la bonne cause, pour le sport et que tout le monde puisse partager la route. Une prochaine fois, dans de meilleures conditions sanitaires, avec plus de monde encore.

aa / www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !