Il ne leur manque qu'un petit point :

Football : les Comores aux portes d'une qualification historique en Coupe d'Afrique des nations


Publié / Actualisé
Vainqueurs 2 buts à 1 du Kenya ce dimanche 15 novembre, les joueurs des Comores n'ont jamais été aussi proches d'une première qualification pour la Coupe d'Afrique des nations (CAN). Comptabilisant déjà deux victoires dans leur groupe G, ils n'ont désormais besoin que d'un point pour atteindre la phase finale de la compétition (Photo : rb/ipreunion.com)
Vainqueurs 2 buts à 1 du Kenya ce dimanche 15 novembre, les joueurs des Comores n'ont jamais été aussi proches d'une première qualification pour la Coupe d'Afrique des nations (CAN). Comptabilisant déjà deux victoires dans leur groupe G, ils n'ont désormais besoin que d'un point pour atteindre la phase finale de la compétition (Photo : rb/ipreunion.com)

Un point. C'est tout ce qu'il manque à l'équipe des Comores pour entrer dans l'histoire de leur pays. Les visages des Cœlacanthes (surnom des joueurs comoriens) affichaient de larges sourires dans le vestiaire ce dimanche 15 novembre après leur succès 2-1 face au Kenya. Et pour cause, en s'adjugeant les trois points de la victoire, les Comores distançaient de 5 unités leurs adversaires du jour au classement de leur groupe de qualification pour la prochaine CAN, compétition à laquelle ils n'ont encore jamais participé dans leur histoire.

A deux journées de la fin de ces matches de qualification, les joueurs d'Amir Abdou, avec cette avance confortable sur leurs poursuivants kenyans et togolais, ont plus que jamais leur destin entre les mains, ou plutôt les pieds. Sachant que les deux premières places de chaque groupe sont qualificatives pour la CAN, ils n'ont en effet besoin que d'un seul point pour ne plus pouvoir être rejoints au classement.

Le classement ainsi que le calendrier de l'équipe des Comores à retrouver sur le site de L'Équipe.

En tant que 132ème équipe au classement FIFA (qui n'a reconnue la sélection nationale des Comores qu'en 2005), les Cœlacanthes seraient auteurs d'un véritables exploits en se qualifiant pour leur première compétition internationale. Ancrée au cœur du canal du Mozambique, l'île des Comores et ses quelques 830.000 habitants se veut l'une des plus petites nations parmi les participants à cette phase de qualifications.

- Dans les pas des Barea ? -

Leur exploit potentiel n'est alors pas sans rappeler celui des Barea (zébus en malgache - ndlr) de Madagascar, qui après une qualification historique pour la CAN 2019, étaient parvenus à se hisser de la plus belle des manières jusqu'en quarts de finale de la compétition. Les Malgaches avaient été battus par les Tunisiens au terme d'une épopée historique.

Lire aussi : CAN-2019 : la Tunisie met fin au rêve de Madagascar

Cette prouesse, qui avait fait vibrer toute une île, pourrait dès lors donner quelques idées aux Comoriens…

"Nous avons montré l'exemple à l'Afrique." Tels étaient les mots utilisés par le président malgache Andry Rajoelina au retour des Zébus pour qualifier leur performance incroyable à l'époque. Il faut dire que Madagascar avait fait tomber les plus grands et atteint un niveau encore insoupçonné. Sa victoire 2-0 face au Nigéria en match de poule et sa qualification en quarts de finale après son succès aux tirs au but contre la République Démocratique du Congo avaient alors particulièrement marqué les esprits et généré un engouement médiatique tel qu'il était parvenu jusqu'à La Réunion.



Fédérés, Réunionnais et Malgaches soutenaient ensembles les Barea, engendrant des scènes de liesses populaires encore jamais vues sur le caillou. Leur exploit en huitièmes de finale avait notamment transformé le Barachois en petit "Champs-Élysées", où des centaines de personnes s'étaient rassemblées pour y célébrer une qualification historique pour le tour suivant. Des grands écrans avaient alors été installés au Port et à Saint-Denis à cette occasion, lors de laquelle les Zébus étaient malheureusement tombés face à la Tunisie.

- D'anciens joueurs de Ligue 1 parmi l'effectif -

Le sélectionneur Amir Abdou, en poste depuis 2014, a ans doute à coeur de marcher sur le traces des zébus malgaches. Il a certes à disposition un effectif peu expérimenté sur le plan international, mais il peut néanmoins compter sur des éléments évoluant ou ayant évolué au plus haut niveau, à l'instar du premier buteur de la rencontre de dimanche, El Fardou Ben Mohamed, qui joue actuellement dans le club serbe de l'Etoile Rouge de Belgrade. Deux anciens Phocéens figurent également dans l'effectif en la personne de Rafidine Abdullah et de l'expérimenté Kassim Abdallah, joueurs de l'Olympique de Marseille entre 2012 et 2014.

La dernière victoire des Cœlacanthes, outre le fait d'être une superbe opération mathématique, a par ailleurs conféré une nouvelle aura à la sélection. Pour preuve, son sélectionneur, Amir Abdou, a eu le privilège d'être invité par le Président des Comores, Azali Assoumani, ce lundi 16 novembre.

Les prochains rendez-vous de l'équipe nationale comorienne l'opposeront au Togo à domicile le 22 mars 2021 puis à l'Égypte à l'extérieur huit jours plus tard. S'ils parvenaient alors à ramener ce point tant désiré, ils prendraient part à la CAN, reportée au mois de janvier 2022.

vl/www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

MÃ'véLang, Posté
Ne vous réjouissez pas trop vite pour l'avenir, les meilleurs auront un passeport et la nationalité des requins, ils n'auront pas d'autres choix que de partir vers celui qui paiera le plus.