[PHOTOS-VIDEOS] Prochainement en visite à Saint-Denis et Saint-Joseph :

Saint-Paul : Yannick Noah apprend le tennis aux marmailles de Plateau-Caillou


Publié / Actualisé
Yannick Noah a été accueilli ce jeudi 26 novembre par Huguette Bello à l'école Blanche Pierson de Plateau-Caillou devant près d'une quarantaine d'enfants. Après un discours de la maire, il a pris la parole pour se présenter, parler de sa carrière et expliquer le rôle de son association Fête le Mur. Tout le monde s'est ensuite rendu sur le plateau de sport de l'école pour y échanger quelques balles. Yannick Noah a pu donner de précieux conseils aux marmailles. (Photos rb et vl/www.ipreunion.com)
Yannick Noah a été accueilli ce jeudi 26 novembre par Huguette Bello à l'école Blanche Pierson de Plateau-Caillou devant près d'une quarantaine d'enfants. Après un discours de la maire, il a pris la parole pour se présenter, parler de sa carrière et expliquer le rôle de son association Fête le Mur. Tout le monde s'est ensuite rendu sur le plateau de sport de l'école pour y échanger quelques balles. Yannick Noah a pu donner de précieux conseils aux marmailles. (Photos rb et vl/www.ipreunion.com)

Il est un peu plus de 10h ce jeudi 26 novembre et dans la cour de l'école Blanche Pierson de Plateau-Caillou, les marmailles, habituellement en pleine récréation, patientent sagement, assis par terre. Ils attendent un invité de marque : Yannick Noah. Quelques instants s'écoulent et débarque alors le champion de tennis, raquette en main, sous les applaudissements de la quarantaine d'élèves.

Accueilli par la maire de Saint-Paul, Huguette Bello, Yannick Noah a ensuite pris la parole au micro, face à toute une petite tribune d'enfants aux oreilles grandes ouvertes et aux yeux remplis d'étoiles. Dans sa verve emplie d'humour, le vainqueur de l'édition 1983 de Roland-Garros, sourire aux lèvres, a raconté son incroyable parcours et expliqué le rôle de son association Fête le Mur, dont il est le président-fondateur depuis 1996.

Après avoir échangé quelques mots en se prêtant au jeu des questions-réponses avec les enfants, Yannick Noah a pu échanger quelques balles avec eux sur le plateau de sport de l'école, où trois mini-terrains de tennis avaient été installés. Rangées en file indienne, les futures pépites du tennis réunionnais ont tour à tour claqué quelques coups-droits avec leur maître du jour, qui n'hésitait pas à stopper la séance lorsque certains conseils techniques étaient nécessaires.

- Le tennis comme tremplin social -

Grâce à "Fête le Mur", plus de 500 marmailles issus de dix quartiers sensibles de l'île ont aujourd'hui la possibilité de découvrir le tennis et de devenir gratuitement licenciés de la Fédération Française de Tennis (FFT) s'ils le désirent. L'association les accompagne par ailleurs tout au long de leur parcours, qui peut dans certains cas les conduire à l'insertion professionnelle après quelques années de pratique.

"Certains sont devenus éducateurs, d'autres joueurs. Récemment une petite est même devenue médecin donc on était très fiers d'elle", se réjouit Yannick Noah. Au-delà de l'aspect sportif, Fête le Mur souhaite parallèlement jouer un rôle social auprès de ces enfants en leur proposant des formations en arbitrage, une ouverture à la culture ou encore la découverte des métiers.

Fête le Mur Saint-Paul les Hauts a été la première implantation de l’association sur l’île de la Réunion, à l'initiative de Jérôme Dumazer, l'un de ses deux fondateurs, en 2013. Aujourd'hui son rêve est clair : "je souhaite voir un jour un de ces enfants participer à Roland-Garros". Pour cela, il invite depuis plusieurs années les marmailles se débrouillant le mieux avec une raquette à rejoindre le club-passerelle de l'ATP Sain Gym, où ils peuvent s'entraîner plusieurs fois par semaine.

- La tournée de Yannick Noah ne fait que commencer -

"Quand on est sur une aire de sport, le rêve commence. Vous donnez un ballon à un gamin et il va se prendre pour Kylian Mbappé. C'est ce qui est merveilleux. L'idée est d'amener au plus haut niveau les enfants qui ont le plus envie, à l'aide des différentes passerelles et en travaillant avec la fédération", explique Yannick Noah.

Parfois, certains jeunes se démarquent, à l'image de Franck Arne qui, du haut de ses 14 ans, a déjà remporté l'un des tournois nationaux organisés par l'association. Cet espoir du tennis réunionnais n'est autre que le fils de Sergio Arne, éducateur sportif membre de l'association qui entraîne chaque semaine les enfants sur les courts.

"C'est vraiment une belle histoire", s'émerveille Yannick Noah. "Franck c'est le meilleur jeune ici et Sergio, lui, était là depuis le début avec l'association. On a besoin de gens comme lui, qui connaissent les quartiers et qui apportent leur enthousiasme. Le fait que son fils joue à un bon niveau est formidable."

Honorant l'île de sa présence jusqu'au 4 décembre, Yannick Noah va poursuivre sa tournée des associations locales de "Fête le Mur" dans les jours qui viennent. Il sera présent à l'école Grande Fontaine de Saint-Paul le 1er décembre, puis à l'école élémentaire de Champ Fleuri de Saint-Denis le 3 et enfin à l'école Butor de Saint-Joseph le 4.

vl/www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

2 Commentaire(s)

Mangceriz, depuis son mobile, Posté
st génial !!! formidable ... c'est un sport génial mais qui est assez mal connu ou qu'on croyait réservé à une certaine classe sociale ... alors BRAVO à tous ces intervenants pour démocratiser ce sport!!
Babeuf, Posté
2002 cela fait bien longtemps!!!