Deux nouveaux tournois :

Beach tennis : le numéro 1 français Théo Irigaray de retour sur le sable de La Réunion


Publié / Actualisé
Le Réunionnais Théo Irigaray, meilleur joueur français de beach tennis, a débarqué sur son île le 27 novembre 2020 pour s'y ressourcer et participer à deux tournois prévus les week-ends du 5 et 12 décembre à Saint-Pierre et Saint-Denis. Quelque peu miné par le manque de compétitions, l'actuel numéro 12 mondial de sa discipline peut difficilement se projeter sur le plan sportif à cause de la crise sanitaire. Son retour sur l'île est pour lui comme une bouffée d'oxygène, l'occasion de retrouver ses proches et s'aérer l'esprit. Il revient sur son parcours exemplaire (Photos d'illustration : Théo Irigaray)
Le Réunionnais Théo Irigaray, meilleur joueur français de beach tennis, a débarqué sur son île le 27 novembre 2020 pour s'y ressourcer et participer à deux tournois prévus les week-ends du 5 et 12 décembre à Saint-Pierre et Saint-Denis. Quelque peu miné par le manque de compétitions, l'actuel numéro 12 mondial de sa discipline peut difficilement se projeter sur le plan sportif à cause de la crise sanitaire. Son retour sur l'île est pour lui comme une bouffée d'oxygène, l'occasion de retrouver ses proches et s'aérer l'esprit. Il revient sur son parcours exemplaire (Photos d'illustration : Théo Irigaray)

Si le passage à la majorité peut être synonyme de fêtes, sorties entre amis et premiers excès en tout genre, il n'en fut rien pour Théo Irigaray. A l'aube de ses 18 ans, il y a un peu moins d'une décennie, le Portois s'apprête à découvrir ce qui allait être sa plus grande passion : le beach tennis. Tombé amoureux de cette discipline, il s'y consacre alors pleinement sur la plage des Brisants.

Il commence d'abord comme tennisman à ses 9 ans, mais se lasse de la petite balle jaune au fil des années : une première expérience avec le beach tennis va le convaincre d'opter pour cette dérivée du tennis classique. "J'en avais un peu marre du tennis et j'avais déjà découvert le beach au collège, où je m'étais bien amusé. Du coup vers mes 18 ans j'ai décidé d'arrêter pour me consacrer uniquement au beach. A cet âge-là on est généralement pas trop sérieux, on sort, mais j'ai vraiment voulu m'investir dans cette discipline", explique-t-il.

- Une ascension rapide -

Cette sage décision fut alors des plus judicieuses. Adhérent puis licencié du Bourbon Brisants Beachtennis (3B), il ne faut guère de temps à Théo Irigaray pour prendre ses aises dans ce nouveau sport. "J'ai vu que je progressais assez vite et pendant deux ans je passais des étapes tournoi après tournoi. A un moment je me suis rendu compte que lorsque je me faisais éliminer, c'était par les grands favoris, donc c'était encourageant", concède-t-il.

Participant à de plus en plus de compétitions, il décroche une première victoire lors d'un tournoi à l'île Maurice. La vingtaine en poche, les choses sérieuses commencent. "A partir d'un moment j'ai commencé à faire des tournées en Métropole et en Italie, qui est le berceau du beach tennis. J'ai même remporté plusieurs tournois métropolitains en double avec mon partenaire Mathieu Guegano. A cette époque, j'avais encore un peu de mal à performer à La Réunion."

Il faut dire que si l'Italie est la nation phare du beach tennis, La Réunion propose pour sa part "ce qui se fait de mieux à l'échelle nationale", d'après Théo Irigaray. "Les conditions sont idéales ici avec le climat et les plages. Le niveau y est plus élevé qu'en Métropole. Je me souviens que lors de mes premiers tournois sur l'île, il y avait deux paires qui raflaient tout. C'était compliqué pour nous."

Habitué aux plages péi, il décide à 23 ans de s'envoler pour Bordeaux afin d'y être coaché par l'entraîneur de l'équipe de France. Durant deux ans, il perfectionne sa technique au prix d'entraînements hivernaux parfois difficiles, lors desquels le Réunionnais doit affronter le froid métropolitain, doudoune sur les épaules et bonnet sur la tête. Cette expérience lui ouvre cependant les portes de l'équipe de France, qui lui permet de disputer ses premiers championnats du monde par équipe. La France y termine alors à une honorable 4ème place.

- Une incroyable année 2018 - 

Son meilleur niveau, Théo Irigaray l'atteint lors de l'année 2018, où il parvient à se hisser à la onzième place du circuit ITF (International Tennis Federation), son meilleur classement à ce jour. En l'espace de quelques mois, il est sacré champion de France de double aux côtés de son compère Mathieu Guegano, champion d'Europe, toujours avec ce binôme (éliminant au passage l'Italie en demi-finales), et champion du monde en double-mixte avec une partenaire qu'il connaît aujourd'hui très bien, puisqu'il s'agit de sa compagne.

"Je suis devenu champion du monde avec Nicole Nobile, avec qui je suis en couple maintenant", s'amuse-t-il. Respectivement classés 5ème et 12ème mondiaux, Théo Irigaray et Nicole Nobile partagent ainsi la même passion, une particularité qui leur permet de voyager ensemble tout au long de l'année et d'être sur la même longueur d'onde. Malgré un début d'année compliqué, il termine ensuite sa saison 2019 en apothéose en devenant le premier français vainqueur d’un "35.000 dollars" en Afrique du Sud, l'une des meilleures catégories de tournois sur le plan international.

- Un retour à La Réunion en guise de bouffée d'oxygène -

Habitant en Italie, à Cervia, dans la région Emilia Romagna, Théo Irigaray a dernièrement vécu une période délicate à cause de la Covid-19. Il concède : "ces trois derniers mois étaient compliqués psychologiquement. C'était parfois dur de trouver la motivation et il n'y avait pas grand-chose à faire avec la crise sanitaire." Ces conditions l'empêchent dès lors de se projeter sur le plan sportif. La dernière compétition à laquelle il a participé remonte ainsi à février dernier, au Brésil, où il avait pu effectuer une tournée sur les plages de Santos. Prévu en octobre 2020, l'Open International des Brisants n'avait finalement pas pu avoir lieu à cause des mesures imposées par la crise sanitaire.

De retour sur ses terres, Théo Irigaray va pouvoir regoûter à la compétition à travers deux tournois FFT organisés au Pam Beach de Saint-Pierre le week-end du 5 décembre, et au Beach Park de Saint-Denis celui du 12 décembre. En marge de ces rencontres, il donnera par ailleurs des cours avec le 3B et participera à des matches d'exhibition avec d'autres cadors de la discipline pour attiser l'intérêt des plus curieux.

Il le reconnaît lui-même, ce séjour à La Réunion, qui pourrait s'étendre jusqu'au début de l'année 2021, est avant-tout un moyen pour lui "de se ressourcer" et "passer du bon temps avec sa famille à Saint-Leu". N'ayant pour l'heure pas la possibilité de se fixer des objectifs tangibles en raison des incertitudes entourant la crise sanitaire, il navigue à vue au niveau sportif. "On ne sait pas du tout ce qu'il va se passer au niveau des prochains tournois donc c'est dur de se projeter. Mentalement, j'avais besoin de changement et ce retour sur l'île tombe bien."

vl / www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !