Engrais, recyclage des déchets, économie verte... :

TCO - Des projets écologiques innovants


Publié / Actualisé
La signature du Contrat de transition écologique entre l'Etat et le TCO, le11 juillet dernier à Paris, n'est pas qu'une déclaration d'intention. Alors qu'un appel à projets est encore en cours et devrait être clos d'ici la fin de l'année, certains projets proposés par des entreprises et retenus par le TCO sont déjà sur les rails ou sont des extensions d'actions écologiques déjà en oeuvre. L'agriculture bio, l'optimisation des déchets, l'autonomie et l'économie énergétiques sont évidemment au programme. Des projets qui, pour certains, ont ou vont donner lieu à des brevets et inscrire La Réunion, et plus particulièrement le Territoire de la Côte Ouest, parmi les régions les plus innovantes en matière de développement durable.
La signature du Contrat de transition écologique entre l'Etat et le TCO, le11 juillet dernier à Paris, n'est pas qu'une déclaration d'intention. Alors qu'un appel à projets est encore en cours et devrait être clos d'ici la fin de l'année, certains projets proposés par des entreprises et retenus par le TCO sont déjà sur les rails ou sont des extensions d'actions écologiques déjà en oeuvre. L'agriculture bio, l'optimisation des déchets, l'autonomie et l'économie énergétiques sont évidemment au programme. Des projets qui, pour certains, ont ou vont donner lieu à des brevets et inscrire La Réunion, et plus particulièrement le Territoire de la Côte Ouest, parmi les régions les plus innovantes en matière de développement durable.

Le Contrat de transition écologique signé entre l’Etat et le TCO apparaît comme l’aboutissement logique du projet de territoire mené par le TCO depuis des années. Pour ne citer que deux des missions revendiquées par le TCO, royalement bien servies par les projets sélectionnés dans le cadre du Contrat de transition écologique  : " la préservation de la biodiversité, de la protection des milieux et des ressources, dynamiques de développement suivant des modes de production et de consommation responsables ". Et on pourrait y ajouter " la volonté de travailler à l’épanouissement de l’être humain, à la cohésion sociale et la solidarité entre territoires et générations ". Tout cela pourrait paraître bien pompeux, à première vue. Mais les projets en cours d’étude ou de réalisation par les entreprises partenaires du TCO semblent bien aller dans cette direction. Parmi la vingtaine de projets en cours, certains sont particulièrement innovants, notammeux ceux détaillés ci-après.

Lire aussi Top départ pour le contrat écologique du TCO

Des terres arables et un engrais bio

A La Possession et au Port, une plateforme d’essai grandeur nature permet d’étudier la faisabilité d’un mélange de composants pour créer une filière de terres arables. " Il s’agit de créer un nouveau substrat, aux propriétés équivalentes voire supérieures à celle de la terre végétale, à partir des fines de carrière, de déchets verts et de matériaux criblés, afin d’économiser la terre des mi-pentes et des hauts. Plusieurs prototypes sont à l’essai et les tests semblent concluants ", explique Olivier Parmentier, chargé de mission Energie Climat au TCO.  Ce projet, qui donnera lieu à l’ouverture d’une unité de transformation, devrait démarrer courant 2019. Il est question aussi d’un projet de recyclage de déchets de poissons, qui pourraient entrer dans la composition d’engrais plus respectueux de l’environnement. Le délai de réalisation est ici un peu plus élastique, sans doute 2020, le temps pour l'entreprise porteuse du projet de créer et installer l’unité de transformation. 

Du recyclage innovant et très attendu

Valoriser les palettes utilisées et remisées par les entreprises installées sur les zones d’activités gérées par le TCO, le projet n’est pas nouveau mais les besoins ne sont pas tous couverts. Le TCO a retenu un projet qui ajoute une phase d’extension à l’activité déjà existante au sein d’une entreprise. Les palettes seront revendues, ou découpées et les planches revendues.

" C’est un déchet qui est revalorisé dans l’économie locale au lieu de n'être qu'un simple déchet ", note Olivier Parmentier. Dans le même esprit, le TCO a retenu un autre projet de valorisation de déchets : il s’agit de transformer des pneumatiques pour en faire des dalles d’activités, des revêtements d’aires de jeux… " Nous avons déjà une activité similaire sur le TCO, ce sera donc une activité complémentaire, qui apporte de la valeur ajoutée en recréant des produits à partir de pneus usagés ", analyse le chargé de mission Energie-Climat du TCO.

Lire aussi TCO : Joseph Sinimalé signe le contrat de transition écologique

Des matériaux économiseurs d’énergie

Si des projets de réduction de la consommation d’énergie sont en cours, avec le soutien d’EDF notamment, pour venir à bout des coupures d’électricité générées par des pics de consommation à certaines heures, le TCO a aussi validé des projets inédits, comme cette étude en cours de recherches et de développement entre un industriel et l’Université de La Réunion en vue de déposer le brevet d’un bardage thermo-régulateur.

" Cette technique est utilisée dans les pays du Nord, notamment au Canada, souligne Olivier Parmentier. Ce système, qui a la capacité de s’adapter au milieu environnant, n’a jamais été utilisé encore à La Réunion ". Cela devrait être le cas d’ici 2020 ou 2021 et permettre d’éviter le recours à la climatisation énergétivore.

Dans le même esprit, le TCO soutient un projet de technologie hydrosolaire. Le principe consiste à concentrer l’énergie solaire, à la transformer en énergie pour usage immédiat, puis à stocker le surplus sous forme hydrogène pour une utilisation lorsqu’il n’y a plus de soleil." La première phase du projet consiste à faire la démonstration de cette technologie au travers d’une serre, à direction des maraîchers et pépiniéristes, pour faire la preuve que cette technologie, dont le brevet a déjà été déposé, fonctionne réellement. Le but est de la développer ensuite à plus grande échelle sur les bâtiments, qui pourraient alors être totalement autonomes, sans nécessité d’un raccordement au réseau ", souligne Olivier Parmentier.

Ce projet de serre énergétiquement autonome est l’un des plus avancés du programme du TCO et pourrait être effectif début 2019. Dans un ordre d’idées proches, le TCO soutient aussi un projet de mise en réseau, via un logiciel, pour optimiser leurs flux entrants et sortants des entreprises et leur proposer des synergies porteuses d'économies. Un projet qui pourrait lui aussi démarrer début 2019.

Lire aussi Appel à projets pour le Contrat de transition écologique

Des projets porteurs d’emplois

Si le TCO n’est pas maître d’œuvre dans ce domaine de la création d’emplois venus du développement de nouvelles activités dans le secteur de la transition écologique, car les projets sont portés par des entreprises avec le soutien du TCO et de l'Etat, toutes ces activités en cours de réalisation, qu’il s’agisse de création ou d’extension d’activités, devraient être porteuses d’emplois nouveaux dans les années à venir et contribuer à la visibilité de La Réunion au niveau national et international, grâce à ces projets de recherches, faisant ensuite l’objet de brevets. Et devraient aussi répondre à des impératifs de bien-être et de santé pour la population.

" C’est la volonté du TCO de s’affirmer comme un territoire innovant, en créant de la richesse axée sur des valeurs économiques et sociales. Le TCO, avec ses partenaires dans le Contrat de transition écologique, travaille à améliorer la dynamique sur son territoire, notamment avec l’approche Ecocité. Cela permet aussi de développer la vie au quotidien des habitants et de booster l’économie de terrtoire ", conclut Olivier Parmentier.

Pour les entreprises et porteurs de projets motivés, la platefome d'appels à projets est ouverte jusqu'en octobre.

ml/www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !