Ils défileront à Saint-Gilles :

Les étudiants appellent à une grève pour le climat ce vendredi


Publié / Actualisé
Depuis mars 2019, les étudiants du collectif " Youth for Climate Réunion " (" La jeunesse pour le climat " ; ndlr) se rassemblent le vendredi pour demander des actions concrètes contre le réchauffement climatique à La Réunion. Ce vendredi 24 mai à 9h30, ils appellent donc à une grève pour le climat. Un cortège sera au départ de Saint-Gilles, afin d'interpeller une nouvelle fois les dirigeants sur l'urgence environnemental (Photo d'illustration RB/www.ipreunion.com)
Depuis mars 2019, les étudiants du collectif " Youth for Climate Réunion " (" La jeunesse pour le climat " ; ndlr) se rassemblent le vendredi pour demander des actions concrètes contre le réchauffement climatique à La Réunion. Ce vendredi 24 mai à 9h30, ils appellent donc à une grève pour le climat. Un cortège sera au départ de Saint-Gilles, afin d'interpeller une nouvelle fois les dirigeants sur l'urgence environnemental (Photo d'illustration RB/www.ipreunion.com)

Cette marche sera deuxième organisée à La Réunion depuis le début de l’année. " Elle démarrera depuis Saint-Gilles près de la plage des Roches Noires à 9h30 " explique Thomas, étudiant de 18 ans et en charge du collectif. Le cortège se dirigera ensuite vers la plage de l’Ermitage. " Une fois arrivés sur place, nous avons prévus de lancer une opération de nettoyage sur la plage " souligne l’organisateur.

Le but ? Interpeller les dirigeants sur la question brûlante de l’environnement. Mais cette marche n’est pas l’unique moyen d’expression qu’ont trouvé les étudiants pour se faire entendre. Presque tous les vendredis depuis le mois de mars, Thomas rassemble une vingtaine d’étudiants, allant du collège à la fac, pour manifester pour l’environnement. L’initiative, créée par la militante suédoise de 16 ans Greta Thunberg en août 2018, s'est répandue un peu partout dans le monde au cours de ces derniers mois.

Lire aussi : Climat: un millier de jeunes défilent à Paris derrière Greta Thunberg

" Nous visons généralement les préfectures et sous-préfectures, afin de nous faire entendre " explique le militant.  Si les étudiants ont réussi à s’entretenir avec le sous-préfet de Saint-Pierre, Lucien Giudicelli, le 5 avril, rien de bien concluant n’est cependant ressorti de cette rencontre. " Il a écouté nos demandes, qui concernent principalement l’inaction de nos représentants concernant les émissions de gaz à effet de serre, les taxes d’importation ou encore les aides à la consommation, développe-t-il, mais il n’avait pas de réponse concrète à nous donner ".

Green Peace, un soutien

Parallèlement à ces rassemblements, le collectif organise une fois par mois une session de " plogging ", un concept suédois qui allie nettoyage et jogging, quelque part sur l’île. " Nous sommes aussi en contact avec d’autres associations écologistes, que nous accompagnons parfois lors de sortie plogging " précise le jeune étudiant.

Encadrés par des militants de l’ONG Green Peace, ils apprennent petit à petit les ficelles du militantisme écologiste. " Aujourd’hui, l’objectif, c’est principalement de nous faire connaître afin de sensibiliser le plus de monde possible et de rallier d’autres jeunes dans ce combat " explique Thomas. Il comptabilise pour l’instant une centaine de jeunes un peu partout dans l’île. " On essaie aussi de se mobiliser dans différentes villes lors de nos rassemblements, que ce ne soit pas centralisé qu’à Saint-Denis ou Saint-Pierre " confie-t-il.

Enfin, si la plupart des membres du collectif sont encore mineurs, Thomas essaie tout de même de sensibiliser ses camarades aux imminentes élections européennes. " Nous ne soutenons pas de parti en particulier, mais c’est évident que nous avons plus d’affinités avec certaine " conclut-il.

as/www.ipreunion.com
redac@ipreunion.com

 

   

Mots clés :

    Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !