Pari gagné :

Défi zéro déchet : les participants ont généré trois fois moins de déchets


Publié / Actualisé
Après quatre mois d'expérimentation, le TCO (Territoire de la côte ouest) aux manettes de l'opération dresse un bilan du "défi zéro déchet dans l'ouest". Le bilan de ce challenge relevé par une quarantaine de foyers de l'ouest, est éloquent. Après un mois de pesées quotidiennes de leurs déchets en gardant leurs habitudes, les foyers ont dû ensuite modifier leurs pratiques avec au moins trois gestes quotidiens de réduction des déchets. Deux phases nécessaires pour pouvoir comparer les données et évaluer de façon tangible l'évolution des quantités produites. "Résultat : à la fin du Défi, on observe une diminution moyenne de 43% de leurs déchets ! Défi relevé !" s'enthousiasme le TCO.
Après quatre mois d'expérimentation, le TCO (Territoire de la côte ouest) aux manettes de l'opération dresse un bilan du "défi zéro déchet dans l'ouest". Le bilan de ce challenge relevé par une quarantaine de foyers de l'ouest, est éloquent. Après un mois de pesées quotidiennes de leurs déchets en gardant leurs habitudes, les foyers ont dû ensuite modifier leurs pratiques avec au moins trois gestes quotidiens de réduction des déchets. Deux phases nécessaires pour pouvoir comparer les données et évaluer de façon tangible l'évolution des quantités produites. "Résultat : à la fin du Défi, on observe une diminution moyenne de 43% de leurs déchets ! Défi relevé !" s'enthousiasme le TCO.

Trois fois moins de déchets générés

Et dans une perspective plus large, un indicateur très intéressant : on constate qu’un participant dans la démarche zéro déchet produit trois fois moins de déchets (90 kg/habitant/an) qu’un habitant du TCO ne pratiquant pas spécialement la réduction (315 kg/habitant/an).

Les gestes les plus appliqués sont l’attention portés aux achats (en vrac et sans emballages), ainsi que le compostage (ou le lombri-compostage en appartement). La réduction n’est pas très significative sur les matières recyclables (verre et emballages plastiques, cartons, métaux)…

En revanche, sur les ordures ménagères destinées à l’enfouissement, les résultats sont spectaculaires ! On constate de 5 à 6 fois moins de production d’OMR (Ordures Ménagères Résiduelles). Si tous les usagers obtenaient ces mêmes réductions, cela représenterait une économie potentielle sur la gestion des déchets de plus de 14 millions d’euros !

Le retour du "fait-maison"

Les participants ont également apprécié (ré)apprendre le "fait-maison", que ce soit pour les produits (d’entretien et d’hygiène) ou pour l’alimentation. C’est finalement l’addition de petits gestes simples qui a généré toute une démarche globale entreprise par les challengers dans leur mode de consommation et leur mode de vie.

Changer en conscience ses comportements et habitudes pour son bien-être et pour préserver son environnement, c’est possible et à la portée de chacun ! Avec de la volonté, de la motivation et un peu d’huile de coude… Défi zéro déchet dans l’Ouest |

Qui sont ces foyers qui ont relevé le défi ? 

Parmi les foyers engagés dans le Défi, des familles provenant des 5 communes du TCO (La Possession, Le Port, Saint-Paul, Trois-Bassins et Saint-Leu). Elles sont composées en moyenne de couples avec deux enfants, mais aussi de colocataires.

Parmi les familles participantes, on y retrouve également celles de deux élues communautaires (Mélissa Cousin et Sylvie Comorassamy) ainsi qu’une médiatrice du TCO (Jessica Drouet). Il était important pour elles de contribuer activement à la démarche, d’expérimenter le zéro déchet pour mieux transmettre les messages aux usagers qu’elles sont amenées à rencontrer et à sensibiliser dans le cadre de leurs missions. À noter que le défi a aussi été un vecteur de lien et de solidarité, au sein des foyers et entre les différentes familles. 

Fabriquer, recycler, réparer, donner, troquer... 

Une rencontre collective sur le terrain était proposée tous les 15 jours (1/2 journée) aux participants. En moyenne, 60% des foyers étaient régulièrement présents à ces rencontres animées par les différents partenaires. Direction les ateliers (compostage, achat en vrac, produits ménagers et cosmétiques au naturel, cuisine et recettes sans déchet, réparation de petites appareils électriques, couture) et les visites guidées (centre de tri, centre d’enfouissement, Ti Tang Récup, boutique en vrac) ! Les participants l’ont bien compris : pourquoi jeter, alors qu’on peut réutiliser, customiser, réparer, troquer, donner … ?

Jacques Potier, chef de projet médiation et prévention des déchets au TCO tient d’ailleurs à souligner que le " Zéro déchet " doit rimer avec réduire à la source et pas ‘’juste’’ recycler plus ! 

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !