À quand une "vraie" politique sur le sujet ? :

Violences conjugales, précarité menstruelle: des constats toujours aussi alarmants


Publié / Actualisé
L'UFR (union des femmes réunionnaises) dénonce une fois de plus l'inaction ou plutôt l'action insuffisante du gouvernement sur la question des violences faites aux femmes. Emmanuel Macron avait annoncé que la lutte contre ce phénomène serait l'une des priorités de son quinquennat, force est de constatée qu'il y a encore du chemin à parcourir. Depuis le 1e janvier 2019, 78 féminicides ont été recensés en France. Lors d'une conférence de presse ce vendredi 19 juillet 2019, l'UFR a abordé ce sujet, plus précisément l'application de l'ordonnance de protection, une mesure juridique qui permet aux victimes d'éloigner leurs agresseurs et de survivre et le sujet de la précarité menstruelle.
L'UFR (union des femmes réunionnaises) dénonce une fois de plus l'inaction ou plutôt l'action insuffisante du gouvernement sur la question des violences faites aux femmes. Emmanuel Macron avait annoncé que la lutte contre ce phénomène serait l'une des priorités de son quinquennat, force est de constatée qu'il y a encore du chemin à parcourir. Depuis le 1e janvier 2019, 78 féminicides ont été recensés en France. Lors d'une conférence de presse ce vendredi 19 juillet 2019, l'UFR a abordé ce sujet, plus précisément l'application de l'ordonnance de protection, une mesure juridique qui permet aux victimes d'éloigner leurs agresseurs et de survivre et le sujet de la précarité menstruelle.

L'ordonnance de protection 

L'ordonnance de protection prévoit l'éloignement du conjoint violent, l'attribution du logement à la victime et ses enfants, la charge du loyer pris en charge par l'auteur des violences, la garde des enfants, le versement d'une pension alimentaire et d'autres mesures censées protégées la victime et assurer sa survie. Inspirée par l'Espagne, l'ordonnance de protection est entrée en vigueur en France en 2010. L'UFR explique que cette mesure n'est pas assez utilisée par les magistrats, l'obtenir peut être un parcours du combattant et qu'elle n'est pas appliquée de manière optimale. Regardez Evelyne Corbière et Huguette Bello à ce sujet: 

Précarité mensuelle

Le sujet des règles est toujours ausi tabou dans notre société. Au delà de cela, l'UFR souhaite que les protections périodiques soient remboursées par la sécurité sociale. Et incluses dans les colis de première nécessité distribués à celles qui ont en le plus besoin. Si ces protections hygiéniques ne sont plus classées parmi les produits de luxe depuis 2016, cela n'empêche que pour les femmes, cela reste un budget non négligeable. Une femme aura ses règles entre 450 et 500 fois tout au long de sa vie, au total, les protections hygiéniques représentent un budget de plus de 23 000 euros. Karine Lebon, membre de l'UFR donne des précisions sur le sujet, regardez

   

1 Commentaire(s)

Irene974, Posté
Pourquoi attendre ?! Soyez force de proposition !! Il est temps d'entrer dans "l'arène" politique et de présenter des textes des propositions d'amendement qui rassemblent le plus grand nombre pour qu'ils soient votés !!