Justice

Illustration : [LIVE] Clément Dubar et Anthony Cayambo condamnés à 6 mois de prison ferme
LIKES
TWEETS

Affaire des ex-paillotes à l'Hermitage

[LIVE] Clément Dubar et Anthony Cayambo condamnés à 6 mois de prison ferme

Posté par IPR, dans Justice
Six mois de prison ferme avaient été requis contre Anthony Cayambo et Clément Dubar lors de leur passage au tribunal correctionnel mardi 12 mars 2019. Les deux hommes sont jugés pour des faits supposés de dégradation sur les ex-paillotes à l'Hermitage. Le délibéré avait d'abord été fixé au jeudi 11 avril, mais a ensuite été prorogé à ce jeudi 25 avril. (Photo : RB/Imaz Press Réunion)
Illustration : Jean-Claude Lacouture condamné à trois mois de prison avec sursis
LIKES
TWEETS

Pour des faits présumés d'harcèlement moral

Jean-Claude Lacouture condamné à trois mois de prison avec sursis

Posté par IPR, dans Justice
La décision est tombée ce jeudi 25 avril 2019, en début d'après-midi, le maire de l'Étang-Salé Jean-Claude Lacouture est condamné à trois mois de prison avec sursis et 5000 euros d'amende. En deçà des six mois de prison avec sursis et 10.000 euros d'amende requis à son encontre par le vice-procureur le jeudi 29 mars 2019. Jean-Claude Lacouture comparaissait devant le tribunal correctionnel de Saint-Pierre, pour des faits présumés harcèlement moral à l'encontre de Mireille Malet, l'ancienne directrice du Centre communale d'actions sociales (CCAS) de la commune. Elle avait porté plainte contre Jean-Claude Lacouture à la mi-août 2017. (Photo archive : RB/Imaz Press Réunion)
Illustration : Demandes d'asile : le tribunal administratif rejette la requête de 16 migrants sri lankais
LIKES
TWEETS

Les audiences se poursuivront jusqu'à vendredi

Demandes d'asile : le tribunal administratif rejette la requête de 16 migrants sri lankais

Posté par IPR, dans Justice
Le tribunal administratif (TA) a siégé tard ce mardi soir 23 avril 2019. Au bout de cette audience marathon il a rejeté la requête de 16 des 17 migrants sri lankais qui contestaient la décision de l'Ofpra (Office français de protection des réfugiés et apatrides) rejetant leur demande d'asile. La juridiction administrative a estimé elle aussi que cette demande n'était pas justifiée. Ces Sri Lankais pourraient maintenant être rapidement reconduits hors de La Réunion. 90 migrants au total ayant déposé une contestation contre la décision de l'Ofpra, le TA continue d'examiner les dossiers ce mercredi. Les audiences se poursuivront jusqu'à vendredi. Pour rappel 30 des 120 migrants arrivés à Sainte-Rose le 13 avril 2019 ont obtenu le droit de déposer une demande d'asile en France. Les autres sont toujours enfermés en zone d'attente dans le gymnase Duparc à Sainte-Marie (Photo rb/www.ipreunion.com)
Illustration : Migrants : les avocats vont se pourvoir en cassation
LIKES
TWEETS

Les Sri-Lankais maintenus en zone d'attente (actualisé)

Migrants : les avocats vont se pourvoir en cassation

Posté par IPR, dans Justice
Ce samedi 20 avril 2019, la Cour d'appel a prolongé de 8 jours la zone d'attente pour la centaine de migrants sri-lankais. 83 dossiers ont été examinés par les magistrats, certains concernent des familles. Au total : 99 migrants sont maintenus en confinement dans le gymnase de Sainte-Marie. Les avocats ont confirmé auprès d'Imaz Press qu'ils allaient se pourvoir en cassation. (Photo rb/www.ipreunion.com)
Illustration : La centaine de migrants retourne en zone d'attente
LIKES
TWEETS

[LIVE] Les migrants devant les magistrats de la Cour d'appel

La centaine de migrants retourne en zone d'attente

Posté par IPR, dans Justice
Nouvel épisode judiciaire pour la centaine de migrants arrivés dans le port de Sainte-Rose samedi 13 avril 2019. Ce samedi 20 avril 2019, saisi par le Parquet, les magistrats de la Cour d'Appel de Saint-Denis, ont décidé de renvoyer les migrants en zone d'attente dans la soirée. Ils retournent donc dans le gymnase de Duparc à Sainte-Marie, mis à leur disposition. La zone d'attente est prolongée de 8 jours. (Photo rb/www.ipreunion.com)
Illustration : Meurtre des époux Aho-Nienne : l'un des deux agresseurs condamné à la perpétuité, l'autre à 30 ans d'emprisonnement
LIKES
TWEETS

Cour d'assises (actualisé)

Meurtre des époux Aho-Nienne : l'un des deux agresseurs condamné à la perpétuité, l'autre à 30 ans d'emprisonnement

Posté par IPR, dans Justice
Troisième et dernier jour de procès ce vendredi 19 avril 2019 pour deux des cinq agresseurs du couple Aho-Nienne. En appel, la peine de l'un a été confirmée : la réclusion criminelle à perpétuité et pour l'autre, qui avait écopé de la même peine en première instance, cette fois, elle a été allégée à 30 ans d'emprisonnement. Pour ce dernier, la décision va à l'encontre des réquisitions de l'avocat général qui avait demandé la réclusion criminelle à perpétuité pour les deux individus. Les deux hommes avaient été condamnés en première instance en février 2017 pour l'agression sauvage des époux Aho-Nienne, un couple de commerçants du quartier de Grand Bois à Saint-Pierre.
Illustration : Assises : deux agresseurs du couple Aho-Nienne de nouveau devant le juge
LIKES
TWEETS

Condamnés à la réclusion criminelle à perpétuité en première instance

Assises : deux agresseurs du couple Aho-Nienne de nouveau devant le juge

Posté par IPR, dans Justice
Deuxième jour du procès en appel pour deux des cinq agresseurs du couple Aho-Nienne. Deux des trois meneurs font de nouveau face au juge à la Cour d'Assises et attendent, cette fois, une peine moins sévère qu'en première instance, tous deux avaient été condamnés à la réclusion criminelle à perpétuité pour le meurtre sauvage du couple de gramouns saint-pierrois. Le 22 janvier 2015, Emile et Odette Aho-Nienne, un couple de commerçants âgés de 92 et 85 ans qui tenaient une station-services était battus à mort, un vol avec violence qui avait mal tourné. Ce drame avait suscité une vague d'émotion et d'indignation dans le quartier de Grand Bois où les époux Aho-Nienne étaient très connus. (photo d'illustration)
Illustration : Cher Monsieur Didier Robert, comptez sur nous... et sur notre soutien bien sûr
LIKES
TWEETS

1, 2, 3, enquêtes préliminaires ! (actualisé)

Cher Monsieur Didier Robert, comptez sur nous... et sur notre soutien bien sûr

Posté par IPR, dans Justice
Cher Monsieur Didier Robert, C'est avec beaucoup de difficultés que nous écrivons cette très chaleureuse missive. Nous sommes sous le choc depuis ce funeste mercredi 10 avril 2019...Toute honte bue et toutes griffes dehors, voilà que cette harpie de Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) s'en prend à vous rageusement. Et voilà que notre coeur saigne, encore, devant tant de vilenie. Car cette fois, c'est le pompon ! Nous sommes outrés, indignés, terrifiés par tant de malveillance contre vous, très cher président de Région. (Photo d'illustration : RB/Imaz press Réunion)
Illustration : Accident mortel du viaduc de Saint-Paul : le contrôleur technique placé en garde à vue
LIKES
TWEETS

Une jeune femme était décédée

Accident mortel du viaduc de Saint-Paul : le contrôleur technique placé en garde à vue

Posté par IPR, dans Justice
Ce jeudi 11 avril 2019, l'employé du centre de contrôle technique du Chaudron qui avait validé la visite du "camion de la mort" a été placé en garde à vue par les gendarmes. Il devra expliquer pourquoi il avait autorisé le véhicule à circuler sur les routes réunionnaises malgré de gros défauts mécaniques. (Photo d'archive : RB/Imaz Press Réunion)
Illustration : Le délibéré prolongé : Anthony Cayambo et Clément Dubard, fixés sur leur sort le 25 avril
LIKES
TWEETS

Affaire des ex-paillotes à l'Hermitage

Le délibéré prolongé : Anthony Cayambo et Clément Dubard, fixés sur leur sort le 25 avril

Posté par IPR, dans Justice
Lors de leur passage devant le tribunal correctionnel mardi 12 mars 2019, six mois de prison ferme ont été requis contre Anthony Cayambo et Clément Dubard. Les deux hommes étaient jugés pour des faits supposés de dégradation sur les ex-paillotes de l'Hermitage. Fixé à ce jeudi 11 avril, le délibéré a été prorogé au jeudi 25 avril prochain. (Photo : RB/Imaz Press Réunion)
Illustration : La déclaration d'intérêts de Didier Robert atterrit sur le bureau du procureur
LIKES
TWEETS

Il est épinglé par la Haute autorité pour la transparence (actualisé)

La déclaration d'intérêts de Didier Robert atterrit sur le bureau du procureur

Posté par IPR, dans Justice
Comme tous les élus, Didier Robert est tenu de déclarer son patrimoine et ses intérêts auprès de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP). Or, dans dans un communiqué, celle-ci a annoncé ce mercredi 10 avril 2019 avoir saisi la justice concernant la déclaration d'intérêts du président du Conseil régional datée de mai 2016. Elle le soupçonne d'avoir "omis une partie substantielle de ses revenus". (Photo : RB/Imaz Press Réunion)
Illustration : Elle transportait 13,2 kg de résine de cannabis : deux ans et demi de prison
LIKES
TWEETS

Saisie des douanes

Elle transportait 13,2 kg de résine de cannabis : deux ans et demi de prison

Posté par IPR, dans Justice
Les services des douanes de l'aéroport de Saint-Denis ont saisi 13,2 kg de résine de cannabis dans les bagages d'une passagère venant de métropole, vendredi 5 avril 2019. La jeune femme, de nationalité belge, a été jugée ce lundi 8 avril 2019, dans le cadre d'une comparution immédiate. Elle a été condamnée à 2 ans et demi de prison avec mandat de dépôt à l'audience, et à une amende 60 000 euros. Trois ans de prison avaient été requis au préalable contre elle.
Illustration : Brigitte Bardot : une information judiciaire ouverte pour injures raciales
LIKES
TWEETS

Elle avait traité les Réunionnais "d'autochtones" aux "gènes de sauvages" (actualisé)

Brigitte Bardot : une information judiciaire ouverte pour injures raciales

Posté par IPR, dans Justice
Retour de bâton pour l'ex-actrice qui écrivait il y a quelques semaines que les Réunionnais étaient des "autochtones" qui avaient "gardé leurs gènes de sauvages"... En début de semaine, le procureur de Saint-Denis a ouvert une information judiciaire pour injures raciales à l'encontre de Brigitte Bardot. De nombreuses plaintes avaient été déposées, notamment de la part du préfet de La Réunion, des députés Jean Hugues Ratenon et Ericka Bareigts, de Cyrille Melchior, Didier Robert, ou encore de la Fédération Tamoule.