Plage

Illustration : Une quarantaine de personnes réunies au pique-nique de L'Union des Réunionnais en colère
LIKES
TWEETS

[LIVE/PHOTOS/VIDÉOS] Pour fêter le démontage des paillotes

Une quarantaine de personnes réunies au pique-nique de L'Union des Réunionnais en colère

Posté par IPR, dans Plage
La Bobine et le Coco Beach ont cessé leur activité. Les exploitants de paillotes démontent les restaurants pour faire place nette. Cela fait suite à la décision, le 5 novembre dernier du Tribunal administratif. Les magistrats ont considéré que les six paillotes de l'Hermitage mises en cause occupaient illégalement le Domaine public maritime. Dans sa décision, le Tribunal administratif a donc décidé que les exploitants de restaurants de plage devaient fermer boutique et remettre les lieux en l'état et ce, dans un délai d'un mois. Sous peine d'une amende de 1.500 euros et de 100 d'astreinte journalière. Ceux qui se frottent les mains, ce sont les membres de l'Union des Réunionnais en colère (URC). Pour fêter la victoire, ou plutôt, pour profiter de ce Domaine public qu'ils chérissent tant, les membres de l'URC organisent un pique-nique ce dimanche 9 décembre sur la plage de l'Hermitage. Le Collectif de défense du Domaine Public maritime (qui a muté entre temps en "Association Agir pour La Défense du DPM et Environnement") à l'origine de la plainte contre les exploitants de paillotes sera aussi de la partie.
Illustration : Paillotes - Le restaurant la Bobine a fermé définitivement dimanche  soir
LIKES
TWEETS

Clap de fin

Paillotes - Le restaurant la Bobine a fermé définitivement dimanche soir

Posté par IPR, dans Plage
La nouvelle était connue depuis le 5 novembre 2018 et ce dimanche soir 2 décembre le restaurant la Bobine après sa dernière soirée. Le jugement du tribunal administratif rendu au début du mois ordonnait de "remettre les lieux en l'état originel et démolir les constructions (les paillotes - ndlr) et les installations sur parcelle". Le 16 novembre dernier, les gérants du Coco Beach avaient commencé à déménager.
Illustration : Paillotes : les gérants de La Bobine ferment l'établissement le 2 décembre prochain
LIKES
TWEETS

Clap de fin (actualisé)

Paillotes : les gérants de La Bobine ferment l'établissement le 2 décembre prochain

Posté par IPR, dans Plage
Le restaurant de plage s'en va à son corps défendant " la Bobine doit tirer son clap de fin le 2 décembre et quitter la plage " peut-t-on lire sur la page Facebook de l'établissement. Le 5 novembre dernier, le jugement du tribunal administratif est très clair : les six paillotes de l'Hermitage sont sur le Domaine public maritime (DPM), elles doivent donc quitter les lieux et les remettre en état. À l'arrivée de la notification de la décision de justice, elles ont huit jours pour partir et un mois en tout pour remettre les lieux en l'état. Il semblerait donc que les exploitants de La Bobine ait suivi cette directive après avoir épuisé tous les recours juridiques possibles.
Illustration : Morgan Mnémonide, propriétaire de la paillote le Mivéal, se livre
LIKES
TWEETS

Plage de l'Hermitage

Morgan Mnémonide, propriétaire de la paillote le Mivéal, se livre

Posté par IPR, dans Plage
La parole des exploitants de paillotes est rare. Une semaine après que le jugement du tribunal administratif ait été rendu, Morgan Mnémonide brise le silence. Il est le propriétaire du Mivéal, un restaurant familial installé depuis vingt-neuf ans à quelques mètres du lagon, à l'Hermitage. Sept personnes y travaillent. Aujourd'hui, il donne sa vision de cette " guerre des paillotes " dont il est sorti perdant. Dans son jugement, le tribunal administratif a déclaré que son établissement était situé sur le Domaine public maritime (DPM) , il a huit jours à partir de la réception de la notification du tribunal pour quitter les lieux et un mois pour les remettre dans l'état dans lequel il les avait trouvés. Sa vérité, ce qu'il compte faire, son avenir... Morgan Mnémonide se livre, avec son franc-parler, dans une interview fleuve à Imaz. Press. Regardez.
Illustration : Soyez vigilants : des porpites dans le lagon de l'Hermitage
LIKES
TWEETS

À ne pas confondre avec des méduses !

Soyez vigilants : des porpites dans le lagon de l'Hermitage

Posté par IPR, dans Plage
Vous en avez peut-être observé si vous vous êtes baignés dans le lagon de l'Hermitage récemment. De petits animaux bleus qui se baladent à la surface de l'eau. On peut les confondre avec des méduses mais ce sont en fait des porpites. L'animal marin est composé de deux parties distinctes : un flotteur qui fait environ 20 mm de diamètre et des tentacules, d'où la confusion avec la méduse. Chaque tentacule se divise en de nombreuses branches toutes terminées par un bulbe venimeux. La piqûre de la porpite est urticante mais bénigne. La Réserve naturelle marine lance tout de même un appel à la prudence "il est néanmoins recommandé aux personnes sensibles aux allergies de faire attention !" La Réserve demande aussi aux internautes ayant aperçu des porpites de transmettre leurs photos. (photo Facebook - Annick Labarde)
Illustration : Présence de vers de feu sur la plage de l'Hermitage
LIKES
TWEETS

[PHOTOS] Attention ça pique !

Présence de vers de feu sur la plage de l'Hermitage

Posté par IPR, dans Plage
C'est la Réserve marine qui lance l'alerte sur sa page Facebook : "Depuis ce matin (mercredi 31 octobre ndlr) on nous signale la présence sur la plage de l'Hermitage de vers de feu échoués sur le rivage. Il s'agit d'animaux marins d'une longueur d'environ 15 cm, leur échouage est un phénomène naturel déjà observé dans le passé. Nous préconisons aux usagers de la plage et du "lagon" de faire attention et de ne pas les toucher. Nous recommandons particulièrement aux parents d'être vigilants avec les enfants qui pourraient être en contact avec ces animaux potentiellement urticants."
Illustration : Qualité des eaux négatives sur l'Hermitage côté Sud
LIKES
TWEETS

Analyses de l'ARS

Qualité des eaux négatives sur l'Hermitage côté Sud

Posté par IPR, dans Plage
Ce samedi 29 septembre, suite à des analyses, l'ARS informe que la qualité des eaux de baignade est négative du côté de l'Hermitage côté sud (vers l'embouchure). En revanche, la qualité de l'eau est satisfaisante du côté de l'embouchure de l'Hermitage nord ainsi que La Saline. Les panneaux d'interdiction de baignade sont en cours d'installation dans les zones impactées. Un contrôle de la qualité de l'eau a été demandé d'urgence pour lundi.
Illustration : L'Union des Réunionnais en colère va remettre une motion au préfet
LIKES
TWEETS

Contre les restaurants de plage

L'Union des Réunionnais en colère va remettre une motion au préfet

Posté par IPR, dans Plage
L'Union des Réunionnais en colère va remettre au préfet ce mardi 6 février 2018 une motion signée par plus de 200 personnes contre l'implantation des restaurants sur la plage. Elles ont participé ce dimanche 5 février sur la plage de l'Hermitage à Saint-Gilles-les-Bains à un pique-nique pour dénoncer les abus "des accapareurs du littoral" et demander l'application des lois. Des collectifs et des riverains demandent en effet l'annulation de l'autorisation d'occupation temporaire de ces établissements. (Photo d'archives)
Illustration : Karl Bellon : "on ne peut pas déloger les propriétaires"
LIKES
TWEETS

Maisons construites sur la plage dans l'ouest

Karl Bellon : "on ne peut pas déloger les propriétaires"

Posté par IPR, dans Plage
Un pique-nique se tiendra le dimanche 4 février 2018 à partir de 10 heures sur l'arrière-plage de l'Hermitage, près du boulodrome. Objectif : dénoncer les "profiteurs du littoral de La Réunion", indiquent les organisateurs. Selon eux, il s'agit des restaurants installés sur le sable. Un rassemblement organisé à l'initiative de l'Union des Réunionnais en colère. Cette nouvelle structure se compose d'une dizaine de collectifs, d'associations et de mouvements citoyens. Karl Bellon, ex-adjoint à l'ancien maire de Saint-Paul Alain Bénard, en fait aussi partie. D'après lui, on ne peut pas déloger les propriétaires de maisons construites sur la plage. (Photo d'illustration)
Illustration : Pas de trêve pour le collectif de défense de la plage
LIKES
TWEETS

Ses membres s'opposent aux restaurants sur le sable de l'Hermitage

Pas de trêve pour le collectif de défense de la plage

Posté par IPR, dans Plage
Le collectif de défense du Domaine publique maritime (DPM) alerte à nouveau le préfet, le directeur de la DEAL et le maire de Saint-Paul sur la question des restaurants installés sur la plage à l'Hermitage. Ses membres demandent une clarification de la gestion du DPM et plus particulièrement des autorisations d'occupation temporaire accordées à ces établissements. Nous publions ci-après leur courrier. (Photo d'illustration)
Illustration : Un collectif demande aux députés de sortir du silence
LIKES
TWEETS

Restaurants de plage à l'Hermitage

Un collectif demande aux députés de sortir du silence

Posté par IPR, dans Plage
Le collectif de défense du domaine public maritime (DPM) continue son combat contre les restaurants installés sur la plage de l'Hermitage dans la commune de Saint-Paul. Ses membres interpellent les sept députés réunionnais sur cette question. Ils s'étonnent du "silence" des parlementaires sur cette question. Nous publions ci-après leur courrier
Illustration : Une pétition pour la destruction des restaurants de plage
LIKES
TWEETS

Elle a été lancée en ligne

Une pétition pour la destruction des restaurants de plage

Posté par IPR, dans Plage
Une cinquantaine de personnes signait une pétition lancée sur deux plates-formes en ligne par le collectif "Kont akaparèr profitèr" afin d'obtenir la fermeture définitive du restaurant Le Coco Beach installé à l'Hermitage suite à la saisie de 300 kilos de denrées impropres à la consommation. Elles demandent également la destruction des établissements implantés sur la plage dans toute l'île.
Illustration : Un collectif de riverains dénonce des "passe-droits"
LIKES
TWEETS

Restaurants de l'Hermitage

Un collectif de riverains dénonce des "passe-droits"

Posté par IPR, dans Plage
Le collectif de défense du domaine public maritime, regroupant notamment des riverains, vient d'écrire au maire de Saint-Paul, Joseph Sinimalé, toujours à propos de l'autorisation d'occupation temporaire des restaurants de plage à l'Hermitage. Ses membres dénoncent une absence de dialogue avec l'élu et "des passe-droits" et demandent l'annulation de la soirée prévue ce mercredi soir 19 décembre 2017 au Coco Beach. Nous publions ci-après l'intégralité de leur courrier. (Photo d'illustration)
Illustration : Des collectifs de riverains veulent attaquer en justice
LIKES
TWEETS

Restaurants de l'Hermitage (actualisé)

Des collectifs de riverains veulent attaquer en justice

Posté par IPR, dans Plage
Les collectifs des riverains de l'Hermitage et du défense du domaine public maritime (DPM), Action Ouest et SOS La Réunion souhaitent saisir la justice à propos "du non-respect" de l'autorisation d'occupation temporaire (AOT) des restaurants installés sur la plage de l'Hermitage dans la ville de Saint-Paul. Une information confirmée par leur porte-parole, Karl Bellon, ce mardi 19 décembre 2017. Une conférence de presse prévue ce vendredi 22 décembre au cabinet d'avocat d'Alain Antoine doit officialiser le lancement de cette procédure.
Illustration : Les collectifs "rassurés, mais pas convaincus" après la discussion avec le préfet
LIKES
TWEETS

Restaurants de plage à l'Ermitage

Les collectifs "rassurés, mais pas convaincus" après la discussion avec le préfet

Posté par IPR, dans Plage
Des représentants des collectif des riverains de L'Hermitage, du domaine public maritime et de l'action ouest ont rencontré ce mardi 12 décembre le préfet de La Réunion Amaury de Saint-Quentin afin d'évoquer la situation et dénoncer "le non-respect des lois" par les établissements.