Le Port (actualisé à 00h05) :

Tensions, heurts et incidents


Publié / Actualisé
A 23h50 ce lundi 18 février 2013, les forces de l'ordre interviennent avec des grenades lacrymogènes dans l'avenue Rico Carpaye au Port, où un groupe de manifestants a érigé un barrage à l'aide de poubelles en feu. Dans de nombreux ronds-points de la ville, des galets et des poubelles incendiées ont été entreposées. Par ailleurs, les affrontements entre manifestants et forces de l'ordre se poursuivent à la Rivière des Galets.
A 23h50 ce lundi 18 février 2013, les forces de l'ordre interviennent avec des grenades lacrymogènes dans l'avenue Rico Carpaye au Port, où un groupe de manifestants a érigé un barrage à l'aide de poubelles en feu. Dans de nombreux ronds-points de la ville, des galets et des poubelles incendiées ont été entreposées. Par ailleurs, les affrontements entre manifestants et forces de l'ordre se poursuivent à la Rivière des Galets.

* 23h40 : Présent sur l'un des ronds-points du Port, Yoan Mongin, porte-parole des manifestants de la Rivière des Galets, s'exprime sur les tensions au Port. "Les politiques ne nous ont pas écouté, les donneurs d'ordre n'ont rien fait pour calmer les choses. C'est à eux de faire un effort. Ils brassent des millions. Les jeunes ne leur demandent pas beaucoup, 1 000 à 1 200 euros par mois. S'ils font des efforts, les jeunes en feront aussi", ajoute-t-il. Interrogé sur la possibilité d'une nouvelle réunion avec le maire, il répond : "Peut-être avec ses colistiers". 

* 23 heures : les heurts entre manifestants et forces de police et de gendarmerie se poursuivent dans le quartier de la Rivière des Galets où jets de galets répondent toujours aux grenades lacrymogènes. Dans le rond-point des Danseuses aussi, des groupes de manifestants s’opposent aux forces de l’ordre. Dans l’avenue Rico Carpaye, un barrage a été érigé à l’aide de poubelles enflammées. 

* 22h15 : On fait état de plusieurs feux de poubelles dans le centre-ville du Port. Les affrontements entre manifestants et forces de police et de gendarmerie se poursuivent dans le quartier de la Rivière des Galets. Le mouvement s'est également étendu dans le rond-point des Danseuses.

* 22 heures : alors que les affrontements se poursuivent entre forces de l'ordre et manifestants dans le quartier de la Rivière des Galets au Port, un autre groupe de manifestants a pris d'assaut le rond-point des Danseuses et a tenté de s'infiltrer dans le magasin Les Chais de France à proximité. Les force de l'ordre sont sur place.

* 21h45 : le face à face entre forces de l'ordre et les manifestants de la Rivière des Galets se poursuit. Policiers et gendarmes ne chargent cependant plus les manifestants. Ces derniers, retranchés dans les cours des immeubles du quartier, continuent de leur côté à lancer des galets.

* 21 heures : les gendarmes mobiles et les policiers de la CDI (compagnie départementale d'intervention) chargent les manifestants de la Rivière des Galets au Port. Ils entrent dans les ruelles et dans les cours des immeubles afin de rétablir l'ordre. Rappelons que depuis presque trois heures, forces de l'ordre et manifestants s'affrontent à coups de grenades lacrymogènes contre galets et cocktails Molotov. Le rond-point de la Rivière des Galets est notamment recouvert d'un tapis de galets.

* 20h50 : les hommes de la gendarmerie mobile viennent d'arriver à la Rivière des Galets au Port. Ils ont été appelés en renfort afin de rétablir l'ordre au sein de la cité, alors que des affrontements opposent des manifestants aux forces de l'ordre depuis plus de deux heures. Regroupés au pied des immeubles du quartier, les manifestants ne veulent pas lâcher prise et continuent à répondre aux grenades lacrymogènes par des jets de galets et des cocktails Molotov.

* 20h35 : le calme n'est toujours pas revenu dans le quartier de la Rivière des Galets au Port. Les manifestants et les forces de l'ordre continuent à s'affronter à coups de jets de galets et de cocktails Molotov contre gaz lacrymogènes. On assiste à des scènes de guérilla urbaine. L'objectif de Pierrette Gunther-Saes, directrice départementale de la sécurité publique, de rétablir le calme au niveau du rond-point de la Rivière des Galets, n'est toujours pas atteint.

* 19h35 : alors que la nuit est tombée, les affrontements reprennent à la Rivière des Galets, au Port, après une courte période d'accalmie. Les manifestants sont désormais regroupés au pied des immeubles dans le quartier et continuent à faire face aux forces de l'ordre. A noter que la circulation a été totalement rétablie dans le rond-point du Sacré Coeur.

* 19 heures 10 : le face à face entre manifestants et les forces de l'ordre se poursuit. Selon Pierrette Gunther-Saes, commissaire divisionnaire, directrice départementale de la sécurité publique, "la situation est figée". Elle a souligné que "le premier objectif est de rétablir la circulation sur la 4 voies et au niveau du rond-point du Sacré Coeur" et que le second consiste à un "retour au calme" au niveau du petit rond-point de la Rivière des Galets, qui donne accès à la cité. À noter qu'il n'y a plus d'échanges de cocktails Molotov et de gaz lacrymogènes. Interrogée sur le fait de savoir pourquoi les forces de l'ordre ne sont pas intervenues, elle répond : "Une réunion était en cours, il fallait au moins attendre l'issue de cette réunion avant d'intervenir".

* 19h00 : après une légère accalmie, les affrontements reprennent entre les manifestants de la Rivière des Galets et les forces de l'ordre. Des cocktails Molotov répondent aux gaz lacrymogènes. La tenson est vive dans le quartier portois. La nuit s'annonce agitée. La grande surface à proximité du rond-point du Sacré Coeur a fermé ses portes au moment où les affrontements ont commencé, tout comme les commerces aux alentours.

* 18h50 : les affrontements entre les manifestants de la Rivière des Galets et les forces de l'ordre se poursuivent au Port. Les manifestants ont été repoussés dans le rond-point de la Rivière des Galets. Ils sont prêts à en découdre avec les forces de l'ordre. Des jets de galets répondent aux gaz lacrymogènes. Des poubelles brûlent. 8 fourgons de la CDI (compagnie départementale d'intervention) et une cinquantaine de policiers sont sur les lieux pour rétablir l'ordre. Un hélicoptère de la gendarmerie survole la zone.

* 18h15 : la réunion entre la délégation de manifestants de la Rivière des Galets, le maire de la ville Jean-Yves Langenier, des administratifs de la mairie et des représentants d'organismes d'insertion, est terminée. Les manifestants en ressortent déçus. Une quinzaine de contrats leur a été proposée mais on leur a expliqué qu'il fallait d'abord passer par des formations. Les protestataires ne veulent pas attendre, ils veulent du travail tout de suite. Les barrages dressés depuis la matinée sont toujours en place. Les manifestants se sont tous regroupés au niveau du rond-point du Sacré Coeur. Une demi-douzaine de fourgons de la CDI (compagnie départementale d'intervention) est arrivée sur place. Les manifestants ont été sommés d'évacuer le rond-point du Sacré Coeur. Ils ont été repoussés vers le quartier de la Rivière des Galets. Des gaz lacrymogènes ont été lancés par les forces de l'ordre pour disperser la foule. Les manifestants commençent à riposter à coups de cailloux.

* 17h25 : le porte-char qui était à l'arrêt depuis ce matin dans le rond-point de la Rivière des Galets au Port, suite à l'action de manifestants réclamant du travail, a pu circuler de nouveau. Le barrage est cependant maintenu par les protestataires, tout comme celui dans le rond-point du Sacré Coeur et celui sur la quatre voies entre Saint-Paul et le Port dans les deux sens de circulation. Pendant ce temps, la réunion entre une délégation de manifestants, le maire de la ville Jean-Yves Langenier, des administratifs de la mairie et des représentants d'organismes d'insertion, se poursuit. A Saint-Pierre et au Tampon, où des jeunes avaient tenté de mettre en place des barrages respectivement dans le rond-point Cadjee et celui de la tour des Azalées, les tentatives ont vite été avortées et la circulation est possible sur ces deux axes.

* 16h40 : Jean-Yves Langenier, maire du Port, est arrivé à la mairie annexe de la Rivière des Galets, où les jeunes manifestants du quartier l'attendent depuis le début d'après-midi. Au cours de cette réunion, sont également présents des administratifs de la mairie et des représentants d'organismes d'insertion. Les manifestants réclament au moins une quinzaine de contrats. Pendant ce temps, les barrages sont toujours en place sur la quatre voies entre Saint-Paul et le Port, dans les deux sens de circulation, ainsi que sur le rond-point du Sacré Coeur. Pierrette Gunther-Saes, commissaire divisionnaire, directrice départementale de la sécurité publique, est sur place. Interrogée par Imaz Press Réunion, elle indique : "Nous avons discuté avec les manifestants. Nous leur avons expliqué qu'il y a entrave à la circulation et que cela ne peut pas durer indéfiniment". "La situation ne restera pas comme ça jusqu'à ce soir", assure-t-elle. Rappelons par ailleurs que le mouvement des Portois commence à s'étendre à d'autres communes de l'île. A Saint-Pierre, le rond-point Cadjee est bloqué par des jeunes.

* 15h50 : le mouvement entamé par les manifestants de la Rivière des Galets au Port commence à s'étendre à d'autres communes de l'île. A Saint-Pierre, le rond-point Cadjee est bloqué par des jeunes. Au Tampon, un barrage a aussi été installé dans le rond-point de la tour des Azalées. Les barrages sont maintenus sur la quatre voies entre Saint-Paul et le Port, dans les deux sens de circulation, ainsi que sur le rond-point du Sacré Coeur. Pierrette Gunther-Saes, commissaire divisionnaire, directrice départementale de la sécurité publique, est arrivée sur place au Port. Elle discute avec certains manifestants. A noter que la réunion qui était prévue à 14 heures entre les représentants de la Rivière des Galets et ceux de la mairie n'a toujours pas commencé. Si les administratifs de la municipalité et les représentants des organismes d'insertion sont bien présents, les manifestants exigent que le maire de la ville, Jean-Yves Langenier, soit également sur place avant de commencer les discussions. Or, ce dernier n'est pas là.

* 15h35 : les manifestants de la Rivière des Galets ont dévissé les rails de sécurité à la sortie du pont de la Rivière des Galets pour les mettre en travers de la chaussée. Les barrages sont maintenus sur la quatre voies entre Saint-Paul et le Port, dans les deux sens de circulation, ainsi que sur le rond-point du Sacré Coeur. Le mouvement perturbe fortement la circulation créant de gros embouteillages. Certains automobilistes, bloqués sur la quatre voies au niveau du Sacré Coeur, perdent patience et font demi-tour, se retrouvant à contre-sens, pour tenter d'emprunter un autre chemin.

* 15h20 : les manifestants de la Rivière des Galets ont laissé passer une trentaine de voitures qui étaient bloquées sur la quatre voies entre Saint-Paul et le Port au niveau de l'échangeur du Sacré Coeur dans les deux sens de circulation. Pour rappel, des déviations ont été mises en place pour éviter que les automobilistes ne passent par là. Les barrages sont toujours en place sur la quatre voies et sur le rond-point du Sacré Coeur.

* 14h40 : un barrage a été dressé devant la mairie annexe de la ZUP du Port. Depuis ce matin, une dizaine de jeunes réclamait la venue du maire, Jean-Yves Langenier, sur place, pour demander des contrats. Jean-Yves Langenier discute actuellement avec eux. Pendant ce temps, la réunion entre les manifestants de la Rivière des Galets et les représentants de la mairie et des organismes d'insertion, n'a pas encore commencé. Les barrages installés sur la quatre voies entre Saint-Paul et le Port, ainsi que dans le rond-point de la Rivière des Galets et celui du Sacré Coeur, sont maintenus. Sur la quatre voies, les barrages sont beaucoup moins filtrants. Le climat est tendu. Une déviation a été mise en place par les forces de l'ordre pour les automobilistes venant du Sud vers l'axe mixte de Cambaie. La grande surface à proximité de la manifestation a adopté le principe de précaution et a demandé à ses employés d'enlever leur véhicule du parking où ils sont garés.

* 12h10 : les manifestants du Port qui ont installé un barrage filtrant dans le rond-point de la Rivière des Galets puis dans le rond-point du Sacré Coeur, ont érigé un nouveau barrage à l'aide de plots et de palettes, cette fois sur la quatre voies entre Saint-Paul et le Port, dans les deux sens de circulation, au niveau de l'échangeur du Sacré Coeur. Les automobilistes passent au compte-gouttes, à intervalles réguliers. La direction régionale des routes, dans un communiqué, conseille aux automobilistes d'emprunter les échangeurs en amont pour rejoindre la RN7 Axe mixte, et dans la mesure du possible d'éviter le secteur. Yoan Mongin, porte-parole des manifestants de la Rivière des Galets, souligne : "On attend le maire et ses adjoints à 14 heures. On attend 15 à 20 contrats pour les jeunes, c'est ce qu'on nous a promis vendredi. En contrepartie, les jeunes de la Rivière des Galets avaient donné leur parole qu'ils ne feraient rien ce week-end, pas de cassage, pas de violences. Ils ont tenu leur parole, on espère désormais que nos élus, nos grands chefs, tiendront la leur". Il précise que si la quinzaine de contrats n'est pas accordée, il ne se portera pas responsable des jeunes. Les manifestants ne lèveront leurs différents barrages que s'ils sont satisfaits de l'entrevue avec les élus.

* 11h35 : les manifestants de la Rivière des Galets ont grossi leurs rangs et continuent à perturber la circulation. Le rond-point de la Rivière des Galets est bloqué avec un porte-char. Dans le rond-point du Sacré Coeur, c'est un barrage filtrant qui a été mis en place. Des gravats ont été déversés sur un côté de la chaussée.  Des difficultés sont donc ressenties pour accéder à la ville du Port. A noter que les forces de l'ordre ont mis en place un cordon de sécurité dans le rond-point proche d'une grande surface du Port.

* 10h40 : un camion transportant des gravats a été stoppé par les manifestants de la Rivière des Galets. Ces derniers ont alors déversé les gravats sur le rond-point du Sacré Coeur au Port, perturbant de nouveau la circulation. Par ailleurs, une dizaine de jeunes s'est installée dans le calme au sein de la mairie annexe de la ZUP du Port. Eux aussi réclament du travail et une rencontre avec des élus.

* 10h25 : la réunion entre les chômeurs de la ZAC II, les administratifs de la mairie et les représentants des organismes d'insertion, est terminée. La possibilité d'ouvrir une quinzaine de postes en rapport avec l'environnement, par le biais d'entreprises privées, a été évoquée. Ces postes pourraient concerner l'entretien du Parc Boisé et de la Pépinière. Selon Fabrice Morby, porte-parole des manifestants, "certains sont satisfaits, d'autres non". Un groupe de femmes a également prévu de se rendre à la mairie. A noter que du côté de la Rivière des Galets, un porte-char est toujours bloqué par des manifestants, empêchant toute circulation dans le secteur. Les chômeurs de la Rivière des Galets ont rendez-vous cet après-midi avec les représentants de la mairie et les organismes d'insertion. Les manifestants de la Rivière des Galets ont fait le tour des concessionnaires automobiles pour leur demander de participer à cette réunion. Ils ont également demandé aux bailleurs sociaux d'être présents.

* 9h30 : un porte-char est bloqué par les manifestants de la Rivière des Galets. Le barrage qui était filtrant est donc désormais total. Plus aucun véhicule ne peut passer. Par ailleurs, l'échangeur du Sacré Coeur est fermé à la circulation jusqu'à nouvel ordre. Une déviation a été mise en place dans le sens Ouest/Nord par les échangeurs de Cambaie et de Sainte-Thérèse, et dans le sens Nord-Ouest par les échangeurs du Port Est et de Sainte-Thérèse. Pendant ce temps, la réunion entre les chômeurs de la ZAC II, les administratifs de la mairie et les représentants des organismes d'insertion se poursuit.

* 8h45 : les jeunes et moins jeunes sans emploi de la ZAC II sont en entretien avec des administratifs de la mairie et des représentants d'organismes d'insertion. Le maire Jean-Yves Langenier s'est en effet engagé vendredi dernier à mettre en place une structure d'insertion professionnelle pour les aider à trouver du travail. Les protestataires envisagent ensuite d'aller rendre visite à un certain nombre d'entreprises pour voir si des postes sont disponibles.

* 8 heures : nouveau barrage filtrant à la Rivière des Galets ce lundi. Alors que les jeunes du quartier, qui réclament des contrats, ont rendez-vous avec des représentants de la mairie et des organismes d'insertion, cet après-midi à 14 heures, ils ont décidé de "maintenir la pression" en perturbant la circulation.

Après avoir dressé des barrages vendredi sur des axes stratégiques de la ville, les chômeurs qui avaient manifesté leur colère du côté de Coeur Saignant, et ceux qui leur avaient emboîté le pas à la Rivière des Galets, doivent rencontrer une nouvelle fois les représentants de la mairie, ce lundi. Une première rencontre a lieu le matin au centre Coeur Saignant dans la ZAC II et une seconde dans l'après-midi à la mairie annexe de la Rivière des Galets. Jean-Yves Langenier s'est engagé à mettre en place une structure d'insertion professionnelle pour les aider à trouver du travail, et à examiner la situation de chacun au cas par cas. Ainsi, tous les partenaires de l'emploi (Pôle emploi, services d'insertion etc) seront présents au cours des deux réunions de ce lundi. Si les manifestants ne sont pas satisfaits de ces rencontres, ils ont menacé de mettre en place de nouveaux barrages. Ceux de la Rivière des Galets n'ont pas attendu. Pour maintenir la pression, ils ont choisi de perturber la circulation dès ce lundi matin.

Pour rappel, le vendredi 15 février, la journée a été mouvementée au Port. En matinée, des jeunes sans emploi qui avaient déjà manifesté la veille dans l’avenue Lénine pour réclamer des contrats, ont réitéré leur action. Ils se sont rendus en mairie, puis à Pôle Emploi. Jean-Yves Langenier s’est engagé à mettre en place une structure d’insertion professionnelle pour les aider à trouver du travail. Une réunion sur le sujet est prévue ce lundu matin. Les manifestants de la ZAC II s’étaient ensuite dirigés vers le rond-point de la rose des vents, où ils avaient érigé un barrage filtrant pendant deux heures de temps "pour faire passer un message aux chefs d’entreprises".

A la Rivière des Galets, d’autres manifestants ont décidé vendredi de dresser des barrages pour réclamer des contrats et la venue du maire sur place. La circulation a été impossible dans le rond-point du Sacré Cœur pendant tout l’après-midi. Le maire leur a proposé un nouveau rendez-vous ce lundi après-midi et la création d’une structure d’insertion professionnelle.

www.ipreunion.com

   

5 Commentaire(s)

Akh, depuis son mobile, Posté
réponse a sanglier. 3 enfants au chômage. constat d'échec pour un parent. mauvais guide.
Belltidou, Posté
Quelle honte de prendre en otage des gens qui travaillent et qui n'ont rien à voir avec le problème! Allez manifester devant la mairie s'il le faut mais oui je soutien Aurélie dans son discours. J'ai été victime de cette affreuse prise d'otage qui m'empêche d'être auprès de ma famille dans des circonstances importantes dans un hopital du Port et je trouve regrettable d'être obligée de me plier à des jeunes qui ont décidé de faire la loi sur l'île. Qu'ils aient des recommandations c 'est une chose, qu'ils veulent se faire entendre aussi mais arrêtez de nous mettre toujours au milieu de tout ca! combien de personnes et d'entreprises ont été bloquées et n'ont pas pu travailler aujourd'hui, combien de personnes n'ont pas pu faire les choses importantes de la journée comme moi, combien on eu des accidents sur la route à cause de tout ca et combien se sont fait volés par des pick pockets!!! en attendant dans les voitures!!! bravo belle image de la Réunion et de ses jeunes motivés!!!Il y en a d'autres des jeunes motivés, qui n'ont pas de travail et eux ils font bien des choses pour s'en sortir et eux ils ne bloquent pas les citoyens, et eux ils sont bien plus méritants à du travail. A qui on envoie la facture pour l'arrêt économique d'une partie de l'île aujourd'hui?
Sanglier 974, Posté
Reponce à Aurelie ,j'ai 3 enfants au chomage,ci vous vouler laisser votre place à l'un des 3 cela feras un assisté en moin et une chomeuse en plus.Vous comprendrez alors le parcour du combatant pour trouver du travail.Bon bouchon à vous
Aurélie, Posté
Assistés jusqu'au bout !!! "CODE PENAL Des entraves à la libre circulation sur la voie publique. Article R644-2 Le fait d'embarrasser la voie publique en y déposant ou y laissant sans nécessité des matériaux ou objets quelconques qui entravent ou diminuent la liberté ou la sûreté de passage est puni de l'amende prévue pour les contraventions de la 4e classe." C'est le comble, les chômeurs qui ont le temps de bloquer les gens qui bossent sont hors la loi en faisant entrave à la libre circulation, mais on les laisse faire !!!! Ils ne seront même pas inquiétés, c'est tout à fait normal pour eux et les autorités.C'est toujours les gens qui bossent et paient des impôts qui paient pour les assistés de l'Etat! Bravo la France!!! Bravo la Réunion vous avez tout compris!!!
Bonbon Coco, Posté
Yoan Mongin ? Le fils de ?