Suite aux émeutes du Port (actualisé à 22h05) :

Des renforts de police et de gendarmerie arrivent de métropole ce week-end


Publié / Actualisé
A 22h05 ce mercredi 20 février 2013, après deux nuits d'émeutes au Port, la situation est plus calme ce soir. Quelques petits feux ont tout de même été repérés dans l'avenue Rico Carpaye mais ont vite été éteints. Les forces de l'ordre restent mobilisées dans le rond-point des Danseuses pour éviter les débordements. Le rond-point de la Rivière des Galets est également sous surveillance depuis ce matin. Rappelons que le préfet a demandé des renforts des forces de l'ordre ce mercredi. Des policiers de la BAC (brigade anti-criminalité) et de la CDI (compagnie départementale d'intervention), ainsi que des gendarmes mobiles de l'Hexagone devraient arriver dans le département ce week-end, "pour relayer les effectifs qui ont énormément travaillé depuis lundi", a indiqué Loïc Obled, le directeur de cabinet du préfet.
A 22h05 ce mercredi 20 février 2013, après deux nuits d'émeutes au Port, la situation est plus calme ce soir. Quelques petits feux ont tout de même été repérés dans l'avenue Rico Carpaye mais ont vite été éteints. Les forces de l'ordre restent mobilisées dans le rond-point des Danseuses pour éviter les débordements. Le rond-point de la Rivière des Galets est également sous surveillance depuis ce matin. Rappelons que le préfet a demandé des renforts des forces de l'ordre ce mercredi. Des policiers de la BAC (brigade anti-criminalité) et de la CDI (compagnie départementale d'intervention), ainsi que des gendarmes mobiles de l'Hexagone devraient arriver dans le département ce week-end, "pour relayer les effectifs qui ont énormément travaillé depuis lundi", a indiqué Loïc Obled, le directeur de cabinet du préfet.

Pour rappel, la commune du Port a connu deux journées et deux nuits mouvementées depuis lundi : barrages dans les ronds-points, obstruction à la circulation sur la quatre voies, voitures et poubelles incendiées, mairie annexe détruite par les flammes, commerces et locaux administratifs dévalisés. Au total, depuis lundi, 22 interpellations ont eu lieu, dont 3 au Port lundi, 5 à Saint-Paul dans la journée de mardi et 14 dans la nuit de mardi.

A noter qu’à Saint-Louis aussi, le climat social est tendu. Ce mercredi encore, des barrages ont été dressés dans la ville par des manifestants réclamant des contrats.

Ces dernières semaines, à La Réunion, des mouvements similaires ont eu lieu à Saint-Denis, à Saint-Paul, à Saint-Pierre ou encore à Saint-Benoît.

On redoute que la situation ne dégénère comme en février 2012, où des émeutes avaient gagné petit à petit plusieurs villes de l’île, suite aux mouvements contre la hausse des prix des carburants et contre la vie chère en général.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !