Après la condamnation d'un jeune casseur du Port :

16 mois de prison ferme : une sanction, mais quel exemple ?


Publié / Actualisé
Ce lundi 3 février 2014, un jeune homme de 19 ans a écopé de 16 mois de prison ferme pour "entrave à la circulation, jets de galets sur des policiers et destruction par incendie d'un camion-benne", suite aux violences ayant agité la commune du Port ces jours derniers. Les faits n'ont rien d'anodin et méritent sans aucun doute une sanction. Mais le jugement apparaît bien sévère, surtout au regard des peines souvent bien moins lourdes infligées aux auteurs d'abus de biens sociaux, détournements de fonds ou autres délits financiers. Si la justice a voulu faire un exemple, pas sûr qu'elle ait montré le bon...
Ce lundi 3 février 2014, un jeune homme de 19 ans a écopé de 16 mois de prison ferme pour "entrave à la circulation, jets de galets sur des policiers et destruction par incendie d'un camion-benne", suite aux violences ayant agité la commune du Port ces jours derniers. Les faits n'ont rien d'anodin et méritent sans aucun doute une sanction. Mais le jugement apparaît bien sévère, surtout au regard des peines souvent bien moins lourdes infligées aux auteurs d'abus de biens sociaux, détournements de fonds ou autres délits financiers. Si la justice a voulu faire un exemple, pas sûr qu'elle ait montré le bon...

D’un côté Abdoolah Panshbaya : plus de 300 000 euros de subventions du conseil général détournés à son profit, dépensés en séjours de luxe, matches du PSG en loge privée ou encore en cadeaux à ses maîtresses. Condamné à un an de prison et 255 000 euros de dommages et intérêts à rembourser.

De l’autre, un jeune Portois de 19 ans : des galets déposés sur la route, certains lancés contre les forces de l’ordre et une participation à l’incendie d’un camion-benne. Condamné à passer un an et 4 mois derrière les barreaux.

La comparaison a peut-être ses limites, mais reste parlante : la délinquance en "col blanc" reste mieux traitée que celle en "col bleu". Cela accrédite ainsi encore un peu plus le reproche déjà fait à la justice réunionnaise de fonctionner à deux vitesses, d’être d’autant plus clémente avec les puissants qu’elle est intransigeante avec les plus précaires. C’est notamment le mot d’ordre d’un collectif comme Eveil Citoyen 974.

"En mettant le feu, en lançant des galets sur des policiers, vous mettez en péril la vie des autres", a notamment lancé ce lundi la procureure adjointe Danièle Braud au jeune casseur du Port. Il ne s’agit évidemment pas de nier la dangerosité des faits. Mais détourner plus de 300 000 euros d’argent public destiné à des associations ne met-il pas également en péril, sinon "la vie des autres", du moins l’équilibre de la société ? Comment de ce fait empêcher l’idée du "deux poids, deux mesures" de s’insinuer dans les esprits de la population ?

Par cette décision, la justice a sans doute voulu montrer sa sévérité à l’égard des jeunes fauteurs de trouble. Une sanction pour l’exemple. Pas d’indulgence pour les casseurs. Sauf que les expériences passées ont déjà souvent prouvé l’inefficacité de ce genre de peine, de ce manque d'équilibre dans le jugement. Un tel passage de longue durée derrière les barreaux augmente à la fois la défiance envers un système déjà considéré comme injuste, mais aussi l’enfermement dans un processus de délinquance.

À l’approche des élections municipales, où bon nombre de candidats trimballent des condamnations rarement éprouvées comme autant de casseroles, le signal envoyé n’est en tout cas pas du meilleur effet.

www.ipreunion.com

   

6 Commentaire(s)

Sylviane, Posté
rien de de bon, la justice est a deux temps surtout a la réunion, les détournements sont monnaie courante , des maires des personnes bien placer qui ne risque rien , combien de ceux qui trainent derrière eux , des condamnations se présenteront quand meme, bien que ce soient des corrompus ,c'est pas extra ce qu'as fait ce jeune ,le punir bien sur mais autant alors que des (voleurs vivent ) en toute impunité, c'est inadmissible
David, Posté
Il faut faire attention avec ces creolecaf qui ne sont ni créole ni caf, j'en ai moi même fait les frais.
Mais enfin imazpress tu veux mettre le feu aux poudres !
Creolecaf, Posté
Journalisme ou militantisme??? en tout cas il y a bien un prisme ...
Mwin minm, Posté
Quelle exemple effectivement.
Corruption, détournement, abus, vol = surcis + amende tant que l'on a de l'argent et des connaissances on est protégé. Il suffit de voir le nombre impressionnant de politicien mis en examen et de voir avec qui ils mangent.
Jeune, révolté, violent ... = prison ferme.
La justice est rendue au nom du peuple, mais ici comme ailleurs on entend plus le peuple.
"Quel plus terrible fléau que l'injustice qui a les armes à la main" Aristote
La Justice reviendra avec le Peuple.
Mwin minm, Posté
Quelle exemple effectivement.
Corruption, détournement, abus, vol = surcis + amende tant que l'on a de l'argent et des connaissances on est protégé. Il suffit de voir le nombre impressionnant de politicien mis en examen et de voir avec qui ils mangent.
Jeune, révolté, violent ... = prison ferme.
La justice est rendue au nom du peuple, mais ici comme ailleurs on entend plus le peuple.
"Quel plus terrible fléau que l'injustice qui a les armes à la main" Aristote
La Justice reviendra avec le Peuple.
David, Posté
Rembourser 255 quand on a volé 300 ça veut dire qu'on vous fait cadeau de 45. Ce n'est pas une condamnation , c'est un encouragement. Ils n'ont pas honte de se présenté aux élections après avoir été condamné pour vol ( détournement, un chat est un chat ). Victoire ,pouvoir , larzen comme dit le poète, et moi d'ajouter : corruption !