Après le tir de flash-ball ayant coûté un oeil à un adolescent au Port :

Les quatre fonctionnaires de la BAC du Port devant le juge d'instruction


Publié / Actualisé
Les quatre fonctionnaires de la brigade anti-criminalité (BAC) du Port mis en cause dans l'affaire du tir de flash-ball ayant coûté un oeil au jeune Steve sont arrivés ce mercredi matin 19 février 2014, vers 8h20, au tribunal de grande instance de Saint-Denis. Ils ont été transférés du commissariat Malartic dans un fourgon de la police et se sont engouffrés dans le parking souterrain du palais de justice, à l'abri des regards. Ils vont être présentés au juge d'instruction pour de nouvelles auditions qui devraient durer plusieurs heures. Par ailleurs, une vingtaine de policiers se sont rassemblés devant le tribunal de Champ-Fleuri afin de manifester leur soutien à leurs collègues.
Les quatre fonctionnaires de la brigade anti-criminalité (BAC) du Port mis en cause dans l'affaire du tir de flash-ball ayant coûté un oeil au jeune Steve sont arrivés ce mercredi matin 19 février 2014, vers 8h20, au tribunal de grande instance de Saint-Denis. Ils ont été transférés du commissariat Malartic dans un fourgon de la police et se sont engouffrés dans le parking souterrain du palais de justice, à l'abri des regards. Ils vont être présentés au juge d'instruction pour de nouvelles auditions qui devraient durer plusieurs heures. Par ailleurs, une vingtaine de policiers se sont rassemblés devant le tribunal de Champ-Fleuri afin de manifester leur soutien à leurs collègues.

En garde à vue depuis ce lundi 17 février, les quatre policiers de la BAC du Port ont donc été présentés au parquet ce mercredi matin, où ils vont être auditionnés par le juge d’instruction. Il s’agit toujours de déterminer les circonstances dans lesquelles le jeune Steve, 16 ans, a été touché au visage par un tir de flash-ball lui ayant coûté un œil, dans la nuit du samedi 1er au dimanche 2 février au Port. Deux versions s’affrontent toujours, des témoignages affirmant notamment que les policiers auraient coursé un groupe de jeunes et qu'ils seraient arrivés à intercepter l'un d'eux avant de le frapper. Ce que nient farouchement les fonctionnaires. Il s’agit également d’identifier l’auteur du tir flash-ball, qui pourrait dans ce cas être mis en examen pour coups et blessures ayant entraîné une infirmité permanente.

www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Dan run, Posté
Les quatre fonctionnaires de la brigade anti-criminalité (BAC) du Port auront tout le loisir de refaire le film de leur bêtise avec un uniforme en se prenant pour des Kbo de quartier