Affaire BAC/Steve - L'auteur du tir de flash-ball identifié :

Les policiers inquiets : "Ils vont foutre notre collègue au trou"


Publié / Actualisé
Le fonctionnaire de la BAC du Port auteur du tir de flash-ball ayant touché le jeune Steve au visage a été identifié, alors que les auditions des quatre policiers ont débuté aux alentours de 11 heures au tribunal de Saint-Denis. Rassemblés devant le palais de justice pour soutenir leurs collègues, une vingtaine de policiers se montrent ainsi très inquiets quant à la suite des événements : "Ils vont foutre notre collègue au trou", craignent-ils, très remontés contre leur hiérarchie et l'institution judiciaire.
Le fonctionnaire de la BAC du Port auteur du tir de flash-ball ayant touché le jeune Steve au visage a été identifié, alors que les auditions des quatre policiers ont débuté aux alentours de 11 heures au tribunal de Saint-Denis. Rassemblés devant le palais de justice pour soutenir leurs collègues, une vingtaine de policiers se montrent ainsi très inquiets quant à la suite des événements : "Ils vont foutre notre collègue au trou", craignent-ils, très remontés contre leur hiérarchie et l'institution judiciaire.

La grogne monte du côté des policiers rassemblés ce mercredi matin devant le tribunal de Saint-Denis. Une colère dirigée contre leur hiérarchie, accusée de ne pas soutenir les membres de la BAC du Port, et contre l’institution judiciaire. Mais c’est aussi l’inquiétude qui prédomine, après l’identification de l’auteur du coup ayant atteint le jeune Steve au visage. Un des fonctionnaires a en effet reconnu avoir tiré, tout en maintenant la version d’un tir accidentel.

Les policiers craignent néanmoins que leur collègue se retrouve incarcéré ce soir à l’issue des auditions menées par le juge d’instruction qui ont débuté vers 11 heures. Le tireur risque en effet d’être placé en détention provisoire, dans le cadre de cette information judiciaire ouverte pour violences volontaires ayant entraîné une infirmité.

C’est que toute une série de témoignages contredisent la version défendue jusque-là par les fonctionnaires de la BAC du Port. Des affirmations jugées crédibles car, selon des sources proches de l’enquête, les témoins n’auraient eu à aucun moment la possibilité de se concerter pour mettre en cause les policiers.

Selon ces témoins, au moins l’un des policiers aurait passé à tabac le jeune homme et tiré sciemment en sa direction. Ce qu’ont toujours démenti les membres de la BAC. Fait nouveau, un doute existe également sur l’arme utilisée. Jusqu’ici était évoqué un tir de flash-ball "Super Pro", réputé très imprécis. Mais il pourrait s’agir d’un "lanceur 40-46" qui lui est beaucoup plus précis.

Ces témoins soutiennent par ailleurs qu’au moins un des policiers n’était pas casqué, confirmant les déclarations de Steve qui avait évoqué "un homme au crâne rasé". Selon certains, ce dernier aurait également pris à partie verbalement l’adolescent.

L’étau semble donc se resserrer autour des membres de la BAC du Port. Ce qui fait monter la tension du côté des policiers rassemblés devant le tribunal. "Si l’un d’entre nous va en prison, les choses vont prendre une autre dimension. Il y aura un avant et un après", peut-on notamment entendre.

Arrivés au tribunal ce matin un peu après 8 heures en même temps que les membres de la BAC mis en cause, les enquêteurs de l’IGPN (inspection générale de la police nationale) ont eux quitté le palais de justice vers 9h30 sous les regards noirs des policiers. Ils doivent regagner la métropole ce jeudi.

www.ipreunion.com

   

5 Commentaire(s)

PlastiKo, Posté
Ce n'est pas avec ce genre de triste sketch que les policiers vont voir leur quotidien s'améliorer.
A décrédibiliser publiquement la force policière, l'avenir de la gestion de la loi dans l'ile risque de se compliquer singulièrement !...
Dès la prochaine arrestation, vous pourrez être sûr que les avocats s'appuieront sur cet événement et décrédibiliseront au maximum l'action de la police.
Par répercussion, ce sont les habitants du port que ont le plus à craindre dans l'histoire avec une zone de non droit (encore plus prononcée qu'actuellement) qui s'installera pour le plus grand bonheur de certains...
DANORD, Posté
Les flics péi ne sont pas au dessus des lois si l'un des membres de la BAC du Port a commis une grosse faute que la justice passe et les autres flics péi se mettent au travail trop de laisser aller dans la police française .
Rémi, Posté
Les policiers ont bien du courage de continuer à travailler.
Alimeme, Posté
Le futur est beau : Bientôt après des faits de délinquances il y aura des policiers en prison, et les délinquants eux continueront leurs casse tranquillement.
PB, Posté
Ce rassemblement n'a pas lieu d'être. Ils essayent uniquement de mettre la pression sur le juge. Leur métier est bien évidemment difficile mais ce n'est pas une raison de ne pas le faire correctement. Et puis c'est au juge déterminer si leur collègue est coupable ou non.
Illustration : Kwa Films

Kwa Films

37 reportage(s)