Ils ont été mis en examen et placés sous contrôle judiciaire :

Affaire BAC-Steve : les quatre policiers sont ressortis libres


Publié / Actualisé
Après avoir été auditionnés pendant plusieurs heures par le juge d'instruction ce mercredi 19 février 2014, les quatre policiers de la BAC du Port ont été mis en examen et placés sous contrôle judiciaire. Mais ils sont ressortis libres du tribunal de Saint-Denis, en début d'après-midi. "Ils ont tous été auditionnés aujourd'hui. Ils ont enfin été entendus, ils ont expliqué leur position, ça s'est bien passé, donc ils sortent libres aujourd'hui, avec quelques obligations, mais ils peuvent rentrer chez eux. Je pense que c'est important que leur version soit entendue dans ce dossier et pas uniquement celle de l'autre partie", a souligné maître Céline Cauchetin, avocate de l'un des policiers mis en cause.
Après avoir été auditionnés pendant plusieurs heures par le juge d'instruction ce mercredi 19 février 2014, les quatre policiers de la BAC du Port ont été mis en examen et placés sous contrôle judiciaire. Mais ils sont ressortis libres du tribunal de Saint-Denis, en début d'après-midi. "Ils ont tous été auditionnés aujourd'hui. Ils ont enfin été entendus, ils ont expliqué leur position, ça s'est bien passé, donc ils sortent libres aujourd'hui, avec quelques obligations, mais ils peuvent rentrer chez eux. Je pense que c'est important que leur version soit entendue dans ce dossier et pas uniquement celle de l'autre partie", a souligné maître Céline Cauchetin, avocate de l'un des policiers mis en cause.

Alors qu’ils craignaient une éventuelle mise en détention provisoire, les policiers rassemblés devant le tribunal ont accueilli la nouvelle de leur libération avec satisfaction. "Nos quatre collègues sont placés sous contrôle judiciaire et ont été entendus par la juge d’instruction. Ce qui prouve bien que les zones d’ombre ont été levées de part et d’autre. Cela prouve également que la partie adverse qui accuse nos collègues n’a pas dit toute la vérité", estime ainsi Gilles Clain, secrétaire départemental de l’Unité SGP Police-FO.

"Je rappelle que nos collègues sont présumés innocents jusqu’à preuve du contraire, que notre organisation syndicale et les policiers ici présents nous soutenons nos collègues et leurs familles pour qui ça n’a pas été facile", a-t-il ajouté, indiquant également que "pour l’instant rien n’a été fait administrativement, mais il y aura certainement des décisions qui seront prises par l’administration centrale".

Du côté de l’UNSA Police également, l’information est arrivée comme un soulagement. "Qu’ils échappent à la détention provisoire, c’est une grosse satisfaction", confie le secrétaire départemental Daniel Rivière. "Maintenant on va pouvoir étudier les faits sereinement et déterminer les manquements de la hiérarchie", ajoute-t-il.

www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

DANORD, Posté
C kwa : " avec quelques obligations " ?
C à rire !
Au boulot les flics péi