Piton de la Fournaise :

La lave traverse la route et se jette dans la mer


Publié / Actualisé
Ce vendredi 25 février 2005 vers 19 heures une coulée de lave très liquide a traversé la route nationale 2 (RN2) reliant l'Est au Sud. Elle s'est ensuite jetée dans l'océan. À 5 heures, ce samedi 26 février, une seconde coulée se trouvait à 150 mètres de la route. Le risque d'une éruption hors enclos n'est pas exclu. La population de Bois Blanc (Sainte-Rose) est en alerte
Ce vendredi 25 février 2005 vers 19 heures une coulée de lave très liquide a traversé la route nationale 2 (RN2) reliant l'Est au Sud. Elle s'est ensuite jetée dans l'océan. À 5 heures, ce samedi 26 février, une seconde coulée se trouvait à 150 mètres de la route. Le risque d'une éruption hors enclos n'est pas exclu. La population de Bois Blanc (Sainte-Rose) est en alerte
Les choses se sont donc précipitées au Piton de la Fournaise. Vendredi, jusqu'en milieu d'après-midi, la coulée de lave n'était plus visible de la RN2. En fait, le feu liquide s'était enfoncé dans le sol et continuait de progresser en tunnel. Les volcanologues restaient d'autant plus vigilants que l'activité volcanique ne cessait d'augmenter. De plus, la bouche éruptive se situant en bordure du rempart tout près de la limite de l'enclos (la caldeira centrale du volcan), le risque d'une éruption hors enclos dans la zone habitée de Bois Blanc (commune de Sainte-Rose - Est) était bien réel.

Sismicité importante

Enfin, parallèlement à ce phénomène, une sismicité importante se produisait sous le sommet du volcan depuis la nuit de jeudi à vendredi. Un séisme de magnitude 3 sur l'échelle de Richter a même été enregistré à 23 heures 50 jeudi soir. C'est la première fois qu'une secousse de cette importance liée à l'activité volcanique est notée par l'observatoire.
La lave est finalement ressortie dans l'enclos vendredi en fin d'après-midi quasiment en face de la Vierge au Parasol (Sainte-Rose). Alimentée par un débit continue et fluide, la lave déferlait vers la route. Elle l'a atteint vers 19 heures à quelques centaines de mètres de la Vierge au Parasol.
Dévorant la végétation, elle fonçait vers l'océan. Le feu liquide a rejoint l'eau à 23 heures 52.

Des séismes ressentis à Bois Blanc

Dans le même temps, la bouche éruptive redoublait d'activité. Vers 21 heures 45, une fissure s'ouvrait dans le Trou de Sable à quelques centaines de mètres plus bas à droite de la bouche éruptive en regardant vers le sommet. Par mesure de sécurité, la préfecture prenait la décision de faire évacuer toutes les personnes venues admirer la colère de la terre. La circulation des véhicules dans la zone était déjà interdite. À 22 heures 50, une autre fissure s'ouvrait à proximité de la bouche principale. Les projections de lave atteignaient plusieurs dizaines de mètres.
Des séismes ayant été ressentis par la population de Bois Blanc, la probabilité d'une éruption hors enclos se préciser. Les badauds étaient alors repoussés jusqu'à Piton Sainte-Rose. "Si nous devons évacuer Bois Blanc mieux vaut le faire sans être gênés par les milliers de personnes venues assister à l'éruption" explique un gendarme présent sur les lieux.

La Vierge au Parasol retirée de son socle

Provenant du Trou de Sable et à peine ralentie par la végétation, un mur de lave haut de 5 mètres avançait vers la RN2 et la Vierge au Parasol, un haut lieu religieux régulièrement fréquenté par des milliers de catholiques.
Vers minuit, pour empêcher qu'elle soit emportée par les laves, les gendarmes aidés par des volcanologues et des journalistes ont retiré la statue de son socle et tous les ex-voto déposés par les fidèles. Le tout a été chargé dans une 4x4 de la gendarmerie. Les employés communaux sont ensuite venus récupérer la Vierge et les ex-voto. En 2002 déjà la statue avait été retirée de son socle pour cause d'éruption.
À 5 heures samedi, le second bras de coulée se trouvait à moins de 150 mètres de la RN2.

Circulation interdite

Deux PC de crise ont été mis en place à Piton Sainte-Rose. Tout à d'ores et déjà été prévu pour le cas où l'évacuation de Bois Blanc s'imposerait. La circulation est interdite à partir de Piton Sainte-Rose et sur la route des Radiers. La préfecture indique que l'accès au public pourra se faire par le Sud "sauf si la situation se dégrade d'ici là".

Visionnez toutes les images de nos précédents reportages sur le phénomène en cliquant dans la rubrique "volcan"
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !