Eruption volcanique :

Le Tremblet sur le qui-vive


Publié / Actualisé
Le volcan est toujours aussi actif ce jeudi 5 avril 2007. Au cours des 12 dernières heures, le trémor a doublé d'intensité et plus de 1 000 séismes ont été enregistrés sous le sommet. Les risques d'un effondrement du Dolomieu et d'une éruption hors enclos sont plus que jamais envisagés. Au Tremblet, hameau le plus proche de la coulée, on se prépare à une éventuelle évacuation. Dans le calme, même si de mémoire d'habitant, "on n'a jamais vu ça".
Le volcan est toujours aussi actif ce jeudi 5 avril 2007. Au cours des 12 dernières heures, le trémor a doublé d'intensité et plus de 1 000 séismes ont été enregistrés sous le sommet. Les risques d'un effondrement du Dolomieu et d'une éruption hors enclos sont plus que jamais envisagés. Au Tremblet, hameau le plus proche de la coulée, on se prépare à une éventuelle évacuation. Dans le calme, même si de mémoire d'habitant, "on n'a jamais vu ça".
Conséquence du renforcement du trémor, "le débit de lave surgissant de la seule fissure active a encore augmenté" indique ce jeudi matin Philippe Kowalski, directeur technique de l'observatoire volcanologique. Il précise que certains des 1 000 séismes enregistrés depuis ces dernières 24 heures dépassaient les 2 degrés de magnitude. Les secousses sont localisées sous le sommet Dolomieu à une profondeur de 0 à 500 mètres. Cette agitation confirme le risque d'un effondrement majeur du Dolomieu et la crainte d'une éruption hors enclos.

Trois centres d'hébergement

Par contre le sismographe installé mardi à Saint-Philippe n'a enregistré aucun séisme dans la zone allant de la Pointe du Tremblet à la Pointe de la Table. L'information est plutôt rassurante pour les habitants du village du Tremblet, mais la plus grande prudence reste de mise.
Dans la matinée de jeudi, l'annonce de l'ouverture d'une fissure éruptive à 300 mètres d'altitude avait inquiété la population. Il s'agissait d'une fausse alerte "Un survol de la zone a été effectué. Il a montré qu'il n'y avait pas de nouvelle fissure. En fait, il s'agit soit d'un incendie provoqué par la lave soit de panaches de fumée dégagés par l'entrée de la lave au contact de l'eau" remarque en effetPhilippe Kowalski.
Mais après le démenti de cette information, les plus téméraires des habitants ont décidé de rester dans leur case. Malgré tout, nombre d'entre eux ont déjà quitté le village et certains sont inquiets. Lorrain Bertile hésite entre angoisse et fascination. "J'habite ici depuis que je suis né et je n'ai jamais vu ça. Je pense que mon père non plus! D'habitude, la lave coule doucement, là, c'est un vrai torrent. Je vais voir tout le temps", explique-t-il. Par mesure de précaution, dès mercredi, la préfecture a décidé de préparer les 206 familles du Tremblet à une possible évacuation du village. L'alerte à la population se fera par voiture sono. Trois centres d'hébergement ont été préparés (gymnase du centre-ville, maison de quartieru Baril et salle de la mer à Mare-Longue) et les moyens de transport ont été identifiés.


Une évacuation en cas de séismes

Dans une lettre adressée à la population du bourg le maire de Saint-Philippe, Hugues Salvan, et le sous-préfet de Saint-Pierre, Olivier Magnaval, indiquent "une évacuation de la population du Tremblet ne sera décidée qu'en cas d'apparition de séismes sous la zone concernée. Il s'agit en effet d'un signe précurseur pouvant être détecté par l'observatoire volcanologique et pouvant être également ressenti directement par les habitants". Un missive qui a achevé d'inquiéter certains habitants qui ne savent pas forcément comment réagir.
Dans le même temps, l'accès aux coulées par Saint-Philippe a été interdit au public. Les amoureux de la Fournaise doivent désormais passer par Sainte-Rose pour assister à un spectacle des plus exceptionnels. De véritables torrents de lave se déversent le long d'une coulée de plus de 300 mètres de large. Dans l'après-midi, le bras s'est encore élargi.

Emanation de dioxyde de soufre

Dans toute l'île, un nuage blanc est observé. Il s'agit d'émanations de gaz volcanique ( dioxyde de soufre) dues à l'éruption, particulièrement fortes dans le sud et l'ouest. Dans une zone du Port à Saint-Louis, les concentrations en dioxyde de soufre pouvaient dépasser les 300 microgrammes par mètre cube d'air et par heure. Par ailleurs, le contact de la lave et de l'eau de mer provoque des émanations d'acide chloridrique.
Les services de la préfecture mettent en garde les plus sensibles comme les personnes âgées, les enfants et les adultes ayant des pathologies respiratoires ou cardio-vasculares chroniques. Il leur est recommandé d'éviter toutes les activités physiques et sportives intenses augmentant de façon importante le volume d'air et de polluants inhalés, de veiller à ne pas aggraver les effets de cette pollution par d'autres facteurs irritants, tels l'usage de solvants ou de peintures sans protection appropriée, de veiller à ne pas aggraver les effets de cette pollution par la fumée de tabac, qui joue un rôle majeur dans la survenue de l'allergie respiratoire et de l'asthme. Par ailleurs, il est conseillé de consulter son médecin en cas de gène.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !