Piton de la Fournaise :

Assoupissement volcanique


Publié / Actualisé
L'éruption semble s'essouffler au piton de la Fournaise. Sur les quatre bouches éruptives qui s'étaient ouvertes ce jeudi 14 octobre 2010, une seule continuait d'alimenter la coulée ce dimanche 17 octobre. Les volcanologues, qui ont effectué une reconnaissance sur le terrain, ont confirmé une diminution marquée du débit. Même si les spécialistes de l'Observatoire volcanologique affirment qu'il est "difficile de dire si l'éruption touche à sa fin", ils reconnaissent qu'elle ne "devrait pas durer plus d'une semaine encore". L'accès à l'enclos reste interdit au public, mais si l'accalmie se poursuit, un sentier pourrait être balisé pour permettre aux admirateurs de la Fournaise de se rendre sur les lieux du phénomène.
L'éruption semble s'essouffler au piton de la Fournaise. Sur les quatre bouches éruptives qui s'étaient ouvertes ce jeudi 14 octobre 2010, une seule continuait d'alimenter la coulée ce dimanche 17 octobre. Les volcanologues, qui ont effectué une reconnaissance sur le terrain, ont confirmé une diminution marquée du débit. Même si les spécialistes de l'Observatoire volcanologique affirment qu'il est "difficile de dire si l'éruption touche à sa fin", ils reconnaissent qu'elle ne "devrait pas durer plus d'une semaine encore". L'accès à l'enclos reste interdit au public, mais si l'accalmie se poursuit, un sentier pourrait être balisé pour permettre aux admirateurs de la Fournaise de se rendre sur les lieux du phénomène.
L'observatoire volcanologique a aussi noté ce dimanche que "la coulée a été déviée vers le sud par l'obstacle que constitue le cône du Gros Bénard". De manière générale, l'avancée de la coulée s'est ralentie du fait de sa progression sur un terrain moins en pente et d'une diminution des émissions de lave par la bouche éruptive.



Le volume de lave total émis est estimé à environ 600 000 m3. Pour mémoire les éruptions ayant eu lieu après celle, spectaculaire, de 2007 ont produit des volumes moyens inferieurs à un million de mètres m3.
"Dans l'hypothèse où le même volume de magma serait impliqué, on pourrait donc s'attendre à ce que cette phase de l'éruption approche de sa fin. Cette hypothèse est confortée par le faible gonflement pre-éruptif" commente l'observatoire.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !