Entre fontaines de lave et coulées de feu, le volcan a marqué les esprits :

PHOTOS - La Fournaise et ses cinq éruptions historiques


Publié / Actualisé
Ce jeudi 26 mai 2016, le Piton de La Fournaise est entré en éruption. Six fontaines de laves ont jailli du sol. Un beau spectacle qui rappelle les phénomènes de 1977, 1986, 1998, 2004 et 2007. Evacuation de villages, cases englouties, agrandissement de l'île... Retour sur cinq coulées qui ont marqué les esprits.
Ce jeudi 26 mai 2016, le Piton de La Fournaise est entré en éruption. Six fontaines de laves ont jailli du sol. Un beau spectacle qui rappelle les phénomènes de 1977, 1986, 1998, 2004 et 2007. Evacuation de villages, cases englouties, agrandissement de l'île... Retour sur cinq coulées qui ont marqué les esprits.

Ce jeudi, le volcan s'est réveillé : la première éruption de l'année a débuté à 8 heures du matin. En cours dans l'enclos, elle aurait débuté "vraisemblablement au sud-est du massif volcanique dans la région de Château fort", selon l'observatoire. Six fontaines de lave ont jailli de la Terre.

1977, l’éruption qui a épargné l’église de Piton Sainte-Rose

Le 24 mars, après un repos de cinq mois, une fissure s’ouvre sur le flanc sud du Dolomieu. Du 5 au 16 avril, suivent de nombreuses autres fissures d’où jaillissent d’énormes coulées de lave. Elle vont très vite se déverser en dehors de l’enclos entre Piton Sainte Rose et Bois Blanc dont les habitants sont évacués. Une lave très liquide, chauffée à 1200 degrés traverse la RN2 et atteint l’océan.
Un phénomène va, par la suite, marquer les mémoires : la coulée s’avance le 13 avril sur le parvis de l’église de Piton Saint-Rose. La lave brûle le portail… et s’immobilise à l’entrée du bâtiment religieux. Contrairement à une dizaine de cases, l’église sera miraculeusement épargnée. L’éruption se termine le 15 avril.

1986, la lave à l’intérieur et en dehors de l’enclos

Le 20 mars, une fissure de 700 mètres de long s’ouvre en dehors de l’enclos. De multiples fontaines de lave jaillissent et des multiples explosions surviennent. La coulée se divise alors en deux bras : celui du sud coupe la RN2 sur 40 mètres et s’immobilise à 200 mètres de la mer. Celui du nord traverse la route sur 150 mètres le même jour, et atteint l’océan, en formant des cascades qui se déversent sur les fonds marins en se jetant des falaises.
Huit habitations sont détruites et la pointe de la Table se retrouve agrandie de plusieurs hectares.

1998, la plus longue éruption de l’histoire avec 196 jours d’activité

Alors que le volcan s’était endormi durant six années, il se réveille le 9 mars. Des fontaines de lave vont jaillir jusqu’à 50 mètres de hauteur. L’activité éruptive se traduit par de multiples changements d’humeur de la part du volcan, qui oscille entre hyperactivité et accalmies.
Deux mois après le début de l’éruption, la lave s’écoule encore, mais en tunnel sur plusieurs centaines de mètres. A partir du 15 août, des coulées de lave hors de enclos sont observées. Après 196 jours d’activité sans interruption, l’éruption se conclue le 23 septembre.

2004, l’île s’agrandit de plusieurs hectares

Le 13 août, le volcan entre en éruption. La coulée s’étend rapidement avant de traverser la RN2 le 22 août par quatre endroits. Deux se jettent dans l’océan.
Le 31 août, phénomène spectaculaire : un cône éruptif actif apparaît au bout de la première coulée déversée dans la mer. Il projette de la lave et des jets de vapeurs.
Lorsque l'éruption se termine, elle laisse La Réunion avec neuf hectares en plus !

2007, l’éruption aux 1000 séismes et aux poissons inconnus

Le 2 avril, l’éruption se déclare. Les laves franchissent rapidement la RN2. L’intérieur du cratère du Dolomieu subit des effondrements de cinquante à cent mètres. Le village du Tremblet est évacué.
Anecdote étonnante : une équipe de scientifiques découvre une grande quantité de cadavres de poissons inconnus. Certainement mort à cause de la chaleur, les animaux aux nageoires inhabituelles viendraient probablement des profondeurs.
Lors de cette éruption hors nomes, plus de 1000 séismes ont été enregistrés en 24 heures. Une telle intensité avait rarement été observée sur les pentes du volcan.

www.ipreunion.com
 

   

Mots clés :

    1 Commentaire(s)

    Alessandra Salvatore, Posté
    J'aurais aimé être présent sur l'île durant les éruptions précédentes. J'y étais en randonnée à Piton de la Fournaise durant mon séjour sur l'île et j'ai même pris quelques photos. J'ai séjourné à l'hôtel d'Akoya où j'avais choisi la chambre avec le thème Piton de la Fournaise. Je dois admettre que La Reunion est une île merveilleuse qui nous reserve pleines de surprises.