L'alerte 1 maintenue, l'enclos toujours interdit au public :

Un Piton de la Fournaise indécis - Le gonflement de l'édifice a repris


Publié / Actualisé
Dans son dernier bulletin d'activité, l'observatoire volcanologique du Piton de la Fournaise indique que le gonflement de l'édifice a repris et que plusieurs séismes ont été enregistrés au cours des dernières 36 heures. Une tendance - à confirmer dans les prochains jours - qui survient une semaine après la fin de l'éruption éclair du 17 mai. Re-pétera, re-pétera pas ? Le volcan joue la carte de l'indécision !
Dans son dernier bulletin d'activité, l'observatoire volcanologique du Piton de la Fournaise indique que le gonflement de l'édifice a repris et que plusieurs séismes ont été enregistrés au cours des dernières 36 heures. Une tendance - à confirmer dans les prochains jours - qui survient une semaine après la fin de l'éruption éclair du 17 mai. Re-pétera, re-pétera pas ? Le volcan joue la carte de l'indécision !

"Les déformations enregistrées sur les déformations enregistrées sur les stations GPS permanentes de l’OVPF semblent montrer une reprise de l’inflation (gonflement) de l’édifice. Cette tendance sera à confirmer dans les prochains jours" avance le bulletin de l'OVPF. Une information à prendre donc avec prudence : l'alerte 1 (éruption probable ou imminente) est toujours en vigueur, mais l'événement ne peut être prévu avec certitude. Au cours des dernières 36 heures, trois séismes volcano-tectoniques superficiels, soit à moins de 2 kilomètres de profondeur) ont été enregistrés sous la zone sommitale. Quant aux concentrations en CO2, du côté du sol au niveau de la station distante de la Plaines des Cafres, elles sont stables à un niveau élevé.

D'autre part, le bulletin revient sur l'éruption éclair du 17 mai. "Les différentes mesures réalisées sur le terrain ces derniers jours ont permis de mettre en évidence deux nouvelles zones de fumerolles (l’une sur la coulée de Septembre 2016) et l’autre sur une coulée plus ancienne. Ces zones se situent sur le trajet pris par le magma en profondeur (vers le flanc Nord) confirmant l’arrivée du magma proche de la surface et son dégazage en surface via des fractures dites "sèches", et à l’origine du trémor.
Ces zones de fumerolles, ainsi que les cartes de déformation et de sismicité montrent que le magma s’est propagé assez loin, jusqu’en bordure de l’Enclos".

En attendant, Imaz Press vous invite à (re)visionner ses survols d'un spectacle tout feu tout flamme. Retrouvez ici l'ensemble de nos reportages sur le Piton de la Fournaise.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !