[PHOTOS] Le cratère Dolomieu risque moins de s'effondrer :

Piton de la Fournaise, après cinq jours d'activité, fin de l'éruption en surface


Publié / Actualisé
Après cinq jours d'éruption, l'observatoire du volcan signale une forte chute de l'intensité du trémor ce lundi 6 avril 2020 ce qui annonce la fin de l'éruption en surface. Dans la matinée, l'Observatoire volcanologique du Piton de la Fournaise (OVPF) a enregistré 189 séismes superficiels en 24 heures, localisés sous la partie sud-est du cratère Dolomieu. La possibilité de son effondrement n'était alors pas exclue, les séismes fragilisant fortement le milieu. Avec la fin de l'éruption, ce risque est moindre, la sismicité étant forte diminuée. (Photo rb/www.ipreunion.com).
Après cinq jours d'éruption, l'observatoire du volcan signale une forte chute de l'intensité du trémor ce lundi 6 avril 2020 ce qui annonce la fin de l'éruption en surface. Dans la matinée, l'Observatoire volcanologique du Piton de la Fournaise (OVPF) a enregistré 189 séismes superficiels en 24 heures, localisés sous la partie sud-est du cratère Dolomieu. La possibilité de son effondrement n'était alors pas exclue, les séismes fragilisant fortement le milieu. Avec la fin de l'éruption, ce risque est moindre, la sismicité étant forte diminuée. (Photo rb/www.ipreunion.com).

Une forte chute de l’intensité du trémor a été observé ce lundi 6 avril aux alentours de 13h30 annonçant la fin de l’éruption en surface. L'OVPF attend cependant une confirmation, nous explique la directrice de l'observatoire Aline Peltier.

"La plupart des éruptions de l'année dernière se sont arrêtées de façon abrupte, encore une fois on est sur une éruption très courte !" indique-t-elle. Comme à chaque fois cependant, une reprise de l'activité n'est pas impossible.

"Aucune hypothèse n’est écartée quant à l’évolution de la situation à venir (arrêt définitif, reprise de l'activité sur le même site, reprise de l'activité sur un autre site), compte tenu de la forte sismicité enregistrée depuis la journée du 5 avril" indique l'observatoire.

"Le front actif (bras de coulée sud) se situait à 360 m d’altitude soit à environ 2 km de la route nationale 2 (contre 550 m d’altitude et 2,7 km de la route hier à 10h30 pour le bras de coulée nord). Les images thermiques acquises hier soir par une équipe de l’OVPF/IPGP ont permis d’estimer une vitesse d’avancée du front de coulée de 40-60 m/h" annonce l'OVPF.

De son côté, la préfecture annonce le passage en phase de sauvegarde : "l’éruption volcanique débutée le jeudi 2 avril 2020 s’est arrêtée ce jour, lundi 6 avril 2020, à 13h30 heure locale, après une baisse progressive du trémor volcanique. Dans ces conditions, le préfet de La Réunion a décidé le passage en phase de sauvegarde du dispositif spécifique ORSEC* du Volcan du piton de la Fournaise le lundi 6 avril 2020 à 16h."

- Risque amoindri d'effondrement du cratère Dolomieu -

"Compte tenu de cette fragilisation, un risque d’effondrement du cratère Dolomieu (ou d’une partie du cratère) n’est pas exclue" avaient précisé les scientifiques. Un effondrement pourrait être à l’origine de petites explosions. A priori, pas de risque humains ou matériels, sauf pour les infrastructures de l’OVPF.

“On remarque aussi une vidange rapide du réservoir pour alimenter l’éruption”, avait précisé la directrice de l'observatoire.  "Les débits de surface estimés, à partir des données satellites, bien que toujours fortement perturbés par la couverture nuageuse autour du Piton de la Fournaise, sont toujours à la hausse. Sur les dernières 12 heures, les débits moyens ont été estimés à 30 m3/s" avait souligné l'observatoire.

Avec la fin de l'éruption, le risque d'effondrement du cratère Dolomieu est moindre. "La sismicité a fortement diminué", indique Aline Peltier, il y a donc "moins de risques" précise-t-elle.

- Cheveux de Pelé observés -

"De fortes quantités de cheveux de Pelé ont encore été reportées ce matin dans les secteurs situés au nord du volcan, notamment dans le secteur de La Plaine des Cafres où leur dispersion a été la plus forte" ajoute l'observatoire. "A la Plaine de Cafres (et notamment dans le secteur de la Plaine des sables) ces cheveux, rassemblés sous l’action du vent, ont formé des touffes de plusieurs dizaines de cm."

"Des témoignages font état également de retombées de cheveux de Pelé de la Ravine des Cabris (Saint Pierre) à Sainte Marie, en passant par Le Tampon, et la région des Plaines. Ces cheveux de Pelé se forment sous l'action du vent, lorsque les éjectas de lave des fontaines au niveau du site éruptif se font étirer et transporter par le vent" précise l'OVPF.

Selon Aline Peltier, les débits avaient triplé depuis le début de l’éruption, ce qui explique la quantité impressionnante de gaz dans l’air et de cheveux de pelé sur l’ensemble de l’île.

En effet, une forte concentration de soufre a été enregistrée dans l’air dans le secteur du Tampon, notamment vers Bourg-Murat. La présence de cheveux de pelé, définis par les volcanologues comme des"filaments qui se forment lorsque les projections de lave émises au niveau des fontaines de lave se font étirées et transportées par le vent", a également été constatée sur l’île.

La mairie du Tampon "recommande la plus grande prudence et appelle les éleveurs à la vigilance et à prendre les précautions nécessaires" quant à la présence de cheveux de pelés, semblables à de fines auguilles tranchantes, pouvant être dangereux pour les animaux mais aussi pour la population.

Cheveux de pellet à grand sable

Publiée par Adevo Elevage du Volcan sur Dimanche 5 avril 2020

 

- Cinq jours d'éruption -

L’éruption a débuté le jeudi 2 avril sur le flanc est du Piton de la Fournaise, aux alentours de 12h20 heure locale. Depuis la journée du 5 avril, 189 séismes volcans-tectoniques superficiels (moins de 2km de profondeur) ont été enregistrés sous les cratères sommitaux. Ces séismes ont été localisés sous la partie sud-est du cratère Dolomieu.

Lire aussi : Forte concentration de soufre au Tampon

Compte tenu de la forte sismicité enregistrée au niveau de la zone sommitale et des risques associés, de la présence d’un fort panache de gaz sur la zone sommitale et de mauvaises conditions météorologiques, la mission de terrain prévue par une équipe de l’OVPF pour le diagnostic et la réparation d’une station de surveillance endommagée par l’éruption avait été annulée.

Située à 200 mètres de la fissure, cette station équipée notamment d’un GSP était en effet en panne. “Un diagnostic sur place était prévu aujourd’hui”, indiquait Aline Peltier, directrice de l'OVPF. “Mais c’est trop dangereux, on va attendre que la situation se stabilise pour ne prendre aucun risque”.

"Ce dimanche déjà, une forte activité sismique avait été enregistrée sous les cratères sommitaux. 56 séismes volcano-tectoniques ont été enregistrés, et ont été localisés à environ 2 km de profondeur sous la bordure sud-est du cratère Dolomieu. "Ces séismes témoignent de la fragilisation du milieu, soit par une circulation de fluide ou la vidange d’un réservoir, très certainement en lien avec l’alimentation du site éruptif et son regain d’activité depuis 24h environ" relevait alors l'observatoire.

"Le mauvais temps reste de mise aux alentours du volcan, rendant les mesures du débit de la lave en surface difficile. Mais une augmentation semble se dessiner sur les dernières 24 heures" avait noté l'OVPF. Cette éruption a notamment été marquée par le manque de visiteurs, le confinement étant de mise et empêchant les curieux de se rendre sur la Nationale 2.

Toutes les informations, les photos et les vidéos sur l'éruption en cours et les autres éruptions sont ici

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

2 Commentaire(s)

Mayaqui, depuis son mobile, Posté
Le 18 mai 2015, il m a fait l honneur de m offrir une belle chandelle pour mon anniversaire ?
Je ne pourrais jamais oublier le cadeau de ce jour là !!!!
Raymond Bayard, Posté
Ces merveilleux spectacles que nous ont offert ces différentes éruptions sont belles et impressionnantes. J'envoie les personnes qui ont été témoins de cet événement.
Je suis monté sur l'Etna et le Vésuve,mais mon rêve à près de 70 ans serai de voir un tel spectacle.