Bulletin mensuel :

Piton de la Fournaise : le volcan a tremblé 2.169 fois en septembre


Publié / Actualisé
L'Observatoire volcanologique du Piton de la Fournaise a publié ce lundi 5 octobre 2020 le bulletin mensuel du volcan. En septembre, il a tremblé 2.169 fois, avec notamment une reprise progressive de l'activité à partir du 21 septembre. Cette reprise de la sismicité a précédé la crise sismique du 28 septembre débutée à 12h04 et qui s'est arrêtée aux alentours de 12h le 30 septembre. Nous publions le communiqué complet ci-dessous. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
L'Observatoire volcanologique du Piton de la Fournaise a publié ce lundi 5 octobre 2020 le bulletin mensuel du volcan. En septembre, il a tremblé 2.169 fois, avec notamment une reprise progressive de l'activité à partir du 21 septembre. Cette reprise de la sismicité a précédé la crise sismique du 28 septembre débutée à 12h04 et qui s'est arrêtée aux alentours de 12h le 30 septembre. Nous publions le communiqué complet ci-dessous. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Au mois de septembre2020, l’OVPF a enregistré au niveau du massif du Piton de la Fournaise au total :

•1648 séismes  volcano-tectoniques superficiels (0  à  2,5km  de  profondeur sous  le  sommet) à  l’aplomb  des  cratères sommitaux;

• 521 séismes profonds (2,5à 5 km de profondeur);

• 759 effondrements (dans le Cratère Dolomieu et au niveau des remparts de l’Enclos Fouquéet de la Rivière de l’Est)

La sismicité sous le Piton de la Fournaise en septembre 2020 a été marquée par une reprise progressive de l’activité à partir du 21 septembre, avec au total 77 séismes volcan-tectoniques superficiels et 4 séismes profonds enregistrés entre le 21 et le 27 septembre.

Cette reprise de la sismicité a précédé la crise sismique du 28 septembre débutée à 12h04 (heure locale ; 08h04 TU) et qui s’est arrêtée aux alentours de 12h (heure locale ; 08h00 TU) le 30 septembre (Figure 1).

Au cours de cette crise sismique, 1551 séismes volcano-tectoniques  sommitaux  superficiels,  472  séismes  volcano-tectoniques  profonds,  48  longues  périodes,  217  séismes  classés comme "indéterminés" (car de faibles magnitudes) et 543 éboulements/effondrements superficiels ont été enregistrés par l’OVPF. Cette sismicité était localisée sous le sommet et sous le flanc Est du volcan (entre 1,6 et 5,2 km de profondeur ; Figure 2).

Suite  à  cette  crise  sismique, la  sismicité  persistait  toujours  en  date  du  30  septembre,  avec  en  moyenne  4 séismes  ou éboulements/heure.

- Déformation -

Après plus de deux mois d’arrêt, l’inflation (gonflement) de l’édifice a repris aux alentours du 21 septembre. Ainsi entre le 21 et le 27 septembre une élongation d’environ 0,6 cm max. de la base du cône terminal a été enregistrée (Figures 3 et 4).

Cette phase d’inflation était liée à une mise en pression du système d’alimentation magmatique localisée sous le sommet ; entre le 24 et le 27 septembre une nette migration de la source à l’origine des déformations a été observée entre -5 km sous le niveau de la mer et 0,8 km au-dessus du niveau de la mer (Figure 6), traduisant une remontée de fluide des profondeurs vers le réservoir magmatique le plus superficiel.

Cette réalimentation et pressurisation du système de stockage le plus superficiel est à l’origine de la crise sismique du 28-30septembre.Cette crise sismique été accompagnée de déformations rapides du sol, d’une dizaine de cm au sommet du volcan à 70 cm sur la station GPNG localisée à 1414 m d’altitude, traduisant la migration d’une source de pression vers l’est l’origine d’un déplacement de la partie haute des Grandes Pentes vers l’est (Figure 7).

La carte des déplacements issus des données interférométriques radar montre sur le flanc est un maximum de déplacement de 80 cm vers l'est et un peu plus de 60 cm de soulèvement (Figure 8).

- Géochimie des gaz -

Concentration en CO2dans le sol

En champ lointain (secteurs Plaine des Cafres et Plaine des Palmistes) : la période qui a suivi l'éruption du 25-27 octobre 2019 a été marquée par une nouvelle augmentation du flux de CO2dans le sol (Figure 9), avec un premier pic juste avant l’éruption du 10-16 février 2020.

Avant l’éruption du 2-6 avril 2020, le flux de CO2dansle sol a augmenté de manière significative, et a atteint les valeurs les plus élevées depuis que le réseau est opérationnel les deux semaines suivant l'éruption.

Après le 21 avril, le réseau a enregistré diminution continue des émissions de CO2dans le sol sur les flancs du volcan à la fois en champ lointain (secteurs Plaine des Cafres et Plaine des Palmistes) et en champ proche (Gîte du volcan). Une nouvelle augmentation du flux de CO2est enregistrée depuis mi-août sur l’ensemble du réseau. L’une des stations distals (PCRN-situé à l'OVPF) a enregistré un taux d’augmentation anormalement élevé entre le 8 et le 18 septembre.

- Composition des fumerolles sommitales par méthode MultiGas -

La composition des fumerolles sommitales a montré en septembre une évolution classique typique du transfert de fluides profonds (riches en CO2 ; bien visible en août), vers des fluides plus superficiels (plus pauvres en CO2, et un peu plus riches en SO2) depuis le 17 septembre (Figure 10).

La crise sismique du 28-30 septembre a été accompagnée d'une diminution progressive des teneurs en CO2et SO2 dans les fumerolles sommitales (Figure 10), avec des fluides redevenant principalement composés de vapeur d'eau, avec très peu d'autres espèces. Cette tendance est compatible avec un transfert magmatique latéral, loin des fumerolles sommitales, comme imagé par la sismicité et les déformations enregistrées

- Phénoménologie -

Aucune activité éruptive au cours du mois de septembre2020.Le 28 septembre une intrusion de magma, partant du réservoir magmatique superficiel a commencé à se propager vers l’est. La crise sismique associée à cette intrusions ’est arrêtée le 30 septembre aux alentours de 12h00 heure locale (08h00 heure TU)

- Bilan -

La reprise de la sismicité et de l’inflation à partir du 21 septembre2020, ainsi que l’augmentation des flux élevés de CO2dans le sol depuis la mi-août furent le témoin d’une reprise de la pressurisation du réservoir magmatique superficiel et de sa réalimentation par des magmas profonds, à l’origine de la crise sismique du28-30septembreliée à une intrusion de magma sous le flanc Est du volcan qui s’est arrêtée en profondeur.

- Sismicité locale et régionale -

Au mois de septembre2020, l’OVPF a enregistré au niveau local et régional :

• 26séismes locaux (dans un rayon de 200 km de l’île, majoritairement sous l’île, côté massif du Piton des Neiges, Figure 11). Un séisme a été fortement ressenti par de nombreux habitants de l’île, majoritairement dans le nord, mais également dans l’ouest et l’est, et moins nettement dans le sud, le 21septembre 2020, 21h00 (Heure locale –soit 17h00TU). Ce séisme a été enregistré par les sismomètres de l'Observatoire Volcanologique du Piton de la Fournaise. Ce séisme était localisé à 27km sous le niveau de la mer, à 22km au nord-ouest de Saint-Denis. Sa magnitude a été mesurée à 4.4 sur l'échelle de Richter.

• 1séisme régional (dans la zone océan indien).

- Crise sismo-volcanique à Mayotte -

Le Réseau de surveillance Volcanologique et Sismologique de Mayotte (REVOSIMA) est la structure en charge de la surveillance de l'activité volcanique et sismique de la région de Mayotte. L’IPGP opère ce réseau à travers l’Observatoire volcanologique du Piton de la Fournaise avec l’appui du BRGM et sa direction régionale à Mayotte. Le REVOSIMA est soutenu par un étroit partenariat scientifique et technique avec l’Ifremer, le CNRS, le BRGM, l’IPGS et le RENASS, l’IRD, l’IGN, l’ENS, l’Université de La Réunion, l’Université Clermont Auvergne, le CNES, Météo France, et le SHOM.

 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !