Les blessures par hélice sont la deuxième cause de mortalité des tortues marines :

Kélonia - Le centre met en garde les bateaux


Publié / Actualisé
"Lorsqu'on navigue sur nos côtes, il faut en permanence surveiller l'avant de son bateau et réduire sa vitesse sur les bas-fonds de 0 à 50 m où les tortues sont nombreuses" rappelle dans une publication Facebook le centre de soin Kélonia. (Photo archives)
"Lorsqu'on navigue sur nos côtes, il faut en permanence surveiller l'avant de son bateau et réduire sa vitesse sur les bas-fonds de 0 à 50 m où les tortues sont nombreuses" rappelle dans une publication Facebook le centre de soin Kélonia. (Photo archives)

Avant le plastique, ce sont les hélices des bateaux qui blessent sérieusement les tortues marines.

Généralement, "les collisions avec les navires interviennent lorsque les tortues sont en surface pour respirer ou se réchauffer au soleil. Mais également lors des accouplements : la femelle est alors la seule à nager, le mâle étant agrippé à sa carapace, ce qui ralentit la réactivité et la vitesse de déplacement du couple" écrit Kélonia.

Pour toute découverte d'une tortue en difficulté sur la plage ou dans l'eau, ou seulement pour signalement la présence de tortues sur l'île pour un recencement, se rapprocher du centre au 0262 34 81 10

jm/www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !