La préfecture lance un plan de lutte contre l'errance animale :

Stérilisation : "cela ne suffit pas"


Publié / Actualisé
Le Préfet de La Réunion a présenté à la presse son plan de lutte contre l'errance animale ce vendredi 3 février 2017. Sur trois ans, l'Etat, en partenariat avec les intercommunalités, le GEVEC, et le lycée agricole de Saint-Paul pour la partie étude, lance une vaste campagne de stérilisation en vue de réduire durablement les animaux errants et leur reproduction. Un plan de lutte vivement contesté par l'association de protection animale One Voice, qui n'exclut pas de saisir le tribunal administratif.
Le Préfet de La Réunion a présenté à la presse son plan de lutte contre l'errance animale ce vendredi 3 février 2017. Sur trois ans, l'Etat, en partenariat avec les intercommunalités, le GEVEC, et le lycée agricole de Saint-Paul pour la partie étude, lance une vaste campagne de stérilisation en vue de réduire durablement les animaux errants et leur reproduction. Un plan de lutte vivement contesté par l'association de protection animale One Voice, qui n'exclut pas de saisir le tribunal administratif.

50% de stérilisation en plus par an

En tout, l’Etat s’apprête à mobiliser 600 000 euros distribués aux intercommunalités pour accroître la stérilisation sur chaque territoire. En 2015, 4 265 chiennes et chattes ont été stérilisées. 2 000 de plus seront financées chaque année. "L’objectif est que les animaux errants ne se reproduisent plus" note le Préfet Dominique Sorain. Réguler la population des chiens errants se fera également via une étude, menée par le lycée agricole de Saint-Paul, pour une enveloppe de 100 000 euros.

Cette enquête, réalisée d'une part via un questionnaire internet puis sur le terrain, au contact des administrés. "Cela servira a adapter au mieux les campagnes" précise de son côté Patrick Garcia, du pôle production primaire de la Direction de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt (DAAF), en charge des questions relatives à la santé et à la protection animale.

Une campagne de sensibilisation et de communication à destination du public est également prévue. Les fourrières, elles, continuent de fonctionner. 15 000 animaux sont tués chaque année, dont les deux tiers par euthanasie.

Un plan de lutte contesté

A la présentation de ce plan de lutte contre l'errance animale, l'association One Voice, qui défend les droits des animaux, est montée au créneau. Cette dernière estime "inutile et couteuse" l'étude qui s'apprête à être menée. "Il faut impérativement qu’il y ait des actions de sensibilisation, voire même la création d’un ficher des fourrières-refuges notant les personnes abandonnant leurs animaux" lance One Voice, dénonçant par ailleurs, "un lobbying des vétérinaires", concernant les budgets chaque année alloués à la stérilisation, "qui ne donne pas de résultat. Pourquoi ne pas créer un autre dispensaire avec cet argent ?" questionne l'association.

Un courrier a été envoyé au Préfet de La Réunion relatant des contestations de l'association à propos du plan de lutte, demandant également une participation accrue des associations de protection animale, dans le cadre de ce plan de lutte contre l'errance.

Le tribunal administratif va être saisi par One Voice, en cas d'absence de réaction de la part de la Préfecture.

jm/www.ipreunion.com

   

3 Commentaire(s)

Tartiflette, Posté
Il faudrait déjà qu'on vienne les chercher, ces meutes de bêtes errantes. Si personne ne les ramène en centre de stérilisation et qu'on n'a jamais de réponse quand on appelle les organismes normalement chargés de les récupérer, à quoi ça sert?
Watson, depuis son mobile, Posté
Devant l'ampleur du phénomène, à savoir les quantités de ces bêtes errantes
Devant l'état de santé de ces animaux, certains semblent issus de films d'horreur tant ils sont vilains
Devant les risques sanitaires qu'ils représentent,
Il faudrait éliminer ces animaux

Devant l'ampleur du je m'en foutisme des maîtres qui ne s'en occupent pas
Également, ils s'en débarrassent, et nous assistons à des meutes , dues à leur reproduction
Les attaques d'enfants et d'adultes
Les attaques de troupeaux
IL FAUT PRENDRE LE PROBLÈME À BRAS LE CORPS
ÉLIMINATION CATÉGORIQUE POIUR CEUX QUI NE SE LAISSENT PAS ATTRAPER
EUTHANASIE POUR LES AUTRES

S'agissant maintenant de ceux qui ne donnent les soins ou qui ont un chien comme cela, sensibilisation sur les conséquences graves que pourraient engendre ces animaux: attaques, morsures', personnes dévisagées
Là encore je dis qu'il faut contrôler, et rendre les soi-disant responsables de leurs animaux et à eux donc d'assumer les conséquences de cette absence de sens communautaire
Jose, Posté
Commencer par éduquer tous ceux qui pensent que d'avoir un chien, c'est de le laisser errer dans tout le quartier!