Les pouvoirs publics interpellés, les particuliers incités à porter plainte :

Alliance des associations pour les animaux - Le mot d'ordre : "ne rien lâcher"


Publié / Actualisé
Il faut que cela change. Plusieurs associations de protection animale oeuvrant à La Réunion ont décidé de créer une "Alliance des associations pour les animaux" afin de faire entendre leur voix, au delà des frontières de La Réunion. Huit structures ont rejoint cette coalition, qui s'allie au CRAPA et à l'Arche de Freyja, et entendent ne rien lâcher face aux actes de maltraitance et l'errance animale. (Photo d'illustration)
Il faut que cela change. Plusieurs associations de protection animale oeuvrant à La Réunion ont décidé de créer une "Alliance des associations pour les animaux" afin de faire entendre leur voix, au delà des frontières de La Réunion. Huit structures ont rejoint cette coalition, qui s'allie au CRAPA et à l'Arche de Freyja, et entendent ne rien lâcher face aux actes de maltraitance et l'errance animale. (Photo d'illustration)

"Ça suffit". Créée en novembre 2016, l'Alliance des associations pour les animaux a décidé d'accentuer ses actions pour changer la situation de la condition animale à La Réunion, aux côtés du CRAPA - Collectif réunionnais d'assistance et de protection animaux et de l'Arche de Freyja, association basée en métropole, qui agit localement pour l'aide aux "poilus réunionnais". Les collectes de denrées devant les grandes surfaces ou encore les Kozman Zanimos culturels et informatifs, régulièrement organisés en présence d'artistes, continueront d'exister, en marge de la mobilisation des particuliers voulue par l'Arche, le CRAPA et l'Alliance.

"Actuellement, nous avons un objectif important vis-à-vis des actes de maltraitance qu'il faut signaler" auprès des forces de l'ordre par le biais d'un dépôt de plainte, explique Marie Grenon, présidente de l'Alliance et bénévole pour l'association APPAR. "Il ne faut rien laisser passer. Les particuliers seront soutenus dans leur démarche" souligne-t-elle.

En poussant les témoins de maltraitance à porter plainte, l'Alliance espère "faire grimper les chiffres et montrer la réalité de ce qu'il se passe. Les gens doivent comprendre que ce n'est pas normal" continue la présidente. Depuis

Dans le même temps, un courrier recommandé avec accusé de réception, co-signé par 72 associations de La Réunion et de métropole, a été envoyé aux décideurs de La Réunion - préfet et élus des collectivités - pour les alerter sur la situation en cours. Cette décision a été prise après la découverte du cas d'Angel, jeune chiot retrouvé agonisant devant la porte d'un particulier à Saint-Paul et pris en charge par l'Arche de Freyja. Après le dépôt de plainte, les structure associatives ont estimé que cet énième cas de maltraitance était "la goutte d'eau qui a fait débordé le vase". La pétition lancée sur internet après le décès de l'animal avait récolté plus de 55.000 signatures, mais l'émoi suscité par le traitement du jeune chien n'a malheureusement pas été suivi d'actions concrètes de la part des pouvoirs publics.

Cependant, depuis le cas d'Angel, cinq plaintes ont été déposées, notamment pour le cas d'une "chienne violée, une pékinoise tuée devant les implorations de sa petite maîtresse de 6 ans et jetée comme un déchet dans un ravin", un chiot abandonné dans une forêt, une chienne tuée par balle à Sainte-Suzanne et un trafic de boxer" précisent les associations.

Pourtant, si la loi condamne normalement ces actes et si des choses existent déjà pour lutter contre l'errance animale, comme le plan lancé par la préfecture il y a quelques mois pour la stérilisation, les moyens mis en place ne suffisent pas à pallier les chiffres effrayants mis en exergue par les acteurs de la protection animale qui dénombrent près de 300.000 animaux errants, 12.000 euthanasies dans les fourrières et 20.000 animaux écrasés sur les routes de La Réunion chaque année. Le coût estimé pour les contribuables pourrait atteindre les 5 millions d'euros.

"Il faut que les élus prennent, sur leur propre commune, le problème à bras le corps, en mettant l'accent sur la sensibilisation dans les écoles, en accueillant des manifestations comme le Kozman Zanimo... Si tout le monde agit et met une pierre à l'édifice, nous pourrons avancer", conclue Marie Grenon.

- Le travail des associations donne de vrais résultats -

La preuve en images. Quelques-uns des "poilus" ayant fait l'objet d'un sauvetage par des associations de protection animale affichent une allure méconnaissable, par rapport à l'état dans lequel ils se trouvaient, errants dans les rues. En voici quelques exemples :

Pour faire connaître leur combat et bénéficier de la couverture médiatique forte déployée pour le Grand Raid, les associations organisent la 2e édition de la Diagonale des Sans Voix qui se déroulera en même temps que la Diagonale des fous. L'objectif sera de sensibiliser à la problématique de l'errance animale, qui, localement, a des conséquences sanitaires, touristiques et écologiques préoccupantes, notamment pour les élevages - huit biches ont été tuées ce mois-ci à la Chaloupe Saint-Leu -  et les espèces endémiques de l'île, tels que les pétrels, menacés par les chats errants.

jm/www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Tata, Posté
VENEZ AU PORT EN PLEIN CENTRE VILLE LES CHIENS ERRANTS FONT LA FETE...