[VIDÉO] Elle participe au Grand Raid sous les couleurs de la protection animale :

Diagonale - Murielle, une Folle en faveur des Sans-Voix


Publié / Actualisé
Murielle sera au départ ce cette 25e Diagonale des Fous. Outre la performance sportive, l'objectif de la coureuse est d'éveiller les consciences sur l'errance et la maltraitance animale à La Réunion. Son parcours, elle le fait pour faire connaître les associations de protection animale et leurs actions de terrain. Elle le fait aussi pour récolter des fonds, dans le but de pérenniser les actions et les structures pour que le mal soit pris à la racine. Un geste fort, pour les "poilus" de La Réunion dans le besoin. (Photo d'illustration)
Murielle sera au départ ce cette 25e Diagonale des Fous. Outre la performance sportive, l'objectif de la coureuse est d'éveiller les consciences sur l'errance et la maltraitance animale à La Réunion. Son parcours, elle le fait pour faire connaître les associations de protection animale et leurs actions de terrain. Elle le fait aussi pour récolter des fonds, dans le but de pérenniser les actions et les structures pour que le mal soit pris à la racine. Un geste fort, pour les "poilus" de La Réunion dans le besoin. (Photo d'illustration)

 

Certains courent contre la maladie, d'autres par défi personnel. Certains sont des professionnels de la course, d'autres s'inscrivent au Grand Raid pour profiter des paysages, des sentiers et de la ferveur d'une telle compétition. Murielle a choisi de défendre les animaux de La Réunion. Poussée par un passé de bénévolat actif dans le milieu, elle s'apprête à mouiller le maillot pour la seconde fois en faveur des chiens et chats errants et maltraitées, pour les associations qui, au quotidien les prennent en charge.

L'exploit de Murielle, porté par le Collectif réunionnais d'assitance et de protection animale (CRAPA) et soutenu par l'Alliance des Associations et l'Arche de Freyja, sera à suivre, tout le long de la Diagonale des Fous. Les bénévoles se sont organisés pour accompagner la coureuse à chaque point de ravitaillement que compte le parcours.

Lire aussi : La Diagonale "des Sans-Voix" a besoin de bénévoles

En parallèle, des fanions seront en vente lors de la remise des dossards à Saint-Pierre, ainsi que des coloriages à l'effigie de la Diagonale. De même, une cagnotte a été mise en ligne sur la plateforme Leetchi.com, dont les fonds récoltés seront destinés à la mise en place d'actions de sensibilisation organisées par le CRAPA, auprès, par exemple, des plus jeunes via des livrets d'activité, ou encore pour une future campagne publicitaire. L'argent récolté par la vente de T-shirts sera remis en intégralité à la coureuse, qui par ses propres fonds réalise plusieurs sauvetages par an.

Malgré l'intêret qu'elle suscite, Murielle ne souhaite pas être sous les feux des projecteurs braqués sur la folie Grand Raid. Seul l'objet de sa motivation doit être relayée, pour tenter de pallier une situation catastrophique en la matière à La Réunion. La porte-parole des sans-voix a, pour rappel, terminé 100e sur les 201 femmes engagées sur la course. La cagnotte avait atteint près de 1.300 euros, reversées aux associations de protection animale.

- Une situation alarmante -

Régulièrement, actes de maltraitance, mais aussi élevages décimés par des chiens errants sont relayés dans les colonnes d'Imaz Press Réunion. De fait, 300.000 animaux errants sont estimés sur le territoire par les acteurs de la protection animale. De même, les chats errants par exemple, représentent une menace pour les oiseaux endémiques et protégés de l'île tels que le pétrel de Barau.

"L’errance animale aujourd’hui pose un réel problème à la fois éthique – la loi a consacré le caractère vivant de l’animal avec tout ce que recouvre ce concept de droits pour les uns et de devoirs pour les autres -, sociétal et sanitaire. Les réponses pour l’instant sont limitées et souvent dramatiques pour les animaux : en moyenne annuelle, plus de 10.000 finissent à la fourrière avec la mort par euthanasie pour 82% d’entre eux. Plus de 6.000 cadavres sont ramassés sur les routes ou leurs abords par les services d’intercommunalités de l’île, certaines estimant que la réalité de mort par écrasement avoisine les 20 000 cas. Si on ajoute le millier annuel d’animaux volontairement abandonnés en fourrière, on ne peut que mesurer à l’aune du territoire, l’ampleur de la situation" écrit de son côté le CRAPA.

Lire aussi : Alliance des associations pour les animaux - Le mot d'ordre : "ne rien lâcher"

Ainsi, la prévention, la lutte contre l'abandon, la sensibilisation au respect de la loi - ne pas laisser divaguer son animal, l'identifier et le stériliser - mais aussi le dépôt de plainte systématique en cas de constatation d'un acte de maltraitance mis en place par l'Alliance des associations avec le concours du CRAPA, oeuvrent à arranger la situation réunionnaise en la matière. Car les crédits accordés à la question concernent aujourd'hui essentiellement la capture et l'euthanasie des animaux. Quatre refuges sont dénombrés sur le territoire, soit un nombre de places infime comparé aux besoins réels.

Ce sont toutes ces raisons qui poussent Murielle à s'élancer sur la Diagonale des fous pour prendre le problème à la racine et changer durablement les mentalités autour de la protection animale, qui oeuvre à faire bouger la situation locale. Une action qui est loin d'être vaine puisque le travail de la protection animale permettait en 2016 de sauver près de 3.000 animaux, envoyés en métropole vers une famille d'accueil ou définitive.

jm/www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !