4 mois de suivi satellitaire :

La baleine Ousanousava a cessé d'émettre à 500 km des côtes antarctiques


Publié / Actualisé
Après 4 mois de suivi satellitaire, la balise Argos qui équipait la baleine à bosse Ousanousava a cessé d'émettre, informe Globice. Elle se trouvait à 63 degrés de latitude et à environ 500 km des côtes antarctiques. La destination finale de la baleine, la seule équipée d'une balise cette saison, ne sera donc pas connue. Mais les éléments récupérés sur son trajet permettront d'en savoir plus sur sa migration.
Après 4 mois de suivi satellitaire, la balise Argos qui équipait la baleine à bosse Ousanousava a cessé d'émettre, informe Globice. Elle se trouvait à 63 degrés de latitude et à environ 500 km des côtes antarctiques. La destination finale de la baleine, la seule équipée d'une balise cette saison, ne sera donc pas connue. Mais les éléments récupérés sur son trajet permettront d'en savoir plus sur sa migration.

Globice (groupe locale d'observation et d'identification des cétacés) compte déployer 14 autres balises lors de la prochaine saison des baleines. En effet, les 15 devaient être posées sur les baleines à bosse dès 2019 mais la quantié insuffisante de cétacés dans les eaux réunionnaises au mois d'août n'a pas permis de terminer la mission.

La baleine baptisée Ousanousava a été taggée début septembre par les équipes de Globice. La femelle a commencé par rejoindre la côte Est de Madagascar. Coup de théâtre mi-novembre, alors que la balise avait cessé d'émettre, la baleine fut repérée à nouveau. Les communications avaient subitement cessé le 21 octobre 2019, et le contact a été rétabli le 13 novembre. A ce momenlà, Ousanousava approchait de l'archipel de Crozet dans les Terres australes et antarctiques françaises.

Lire aussi : La baleine taggée par Globice poursuit sa route vers Madagascar

Lire aussi : La baleine Ousanousava taggée à La Réunion émet à nouveau

Plus récemment, fin décembre, la baleine à bosse Ousanousava a été repérée en train de franchir les 50èmes hurlants. Depuis la pose de la balise, déjà plus de 4.000 km ont été parcourus par la balaine au bout de 4 mois d'émissions. Désormais l'aventure s'achève mais les données récoltées, précieuses, permettront d'en savoir plus sur la migration des baleines à bosse.

En effet, le suivi satellitaire, via la mission appelée MIROMEN II servira à obtenir "une vision globale des mouvements des baleines à bosse sur l’ensemble de leur cycle migratoire", indique Globice. Les retombées peuvent être nombreuses et pourraient aussi permettre de comprendre pourquoi les baleines se sont faites si discrètes lors de cette nouvelle saison.

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !