Migration :

Les tortues caouannes de Kélonia à la pêche aux infos


Publié / Actualisé
La tortue Tina de Kélonia est déjà en route depuis 9 mois. Elle a déjà traversé tout l'Océan Indien, avant de rejoindre les côtes de l'Iran. Une migration de plus de 6.000 kilomètres durant laquelle la tortue caouanne récupère sans le savoir des informations précieuses sur les migrations grâce à la balise fixée sur son dos. Plus récemment, la tortue Tom, relâchée par des enfants de CE1, a aussi rejoint le large. Elle est encore dans les eaux réunionnaises et fournira de précieuses informations elle aussi grâce à la balise fixée sur sa carapace. (Photos Kélonia)
La tortue Tina de Kélonia est déjà en route depuis 9 mois. Elle a déjà traversé tout l'Océan Indien, avant de rejoindre les côtes de l'Iran. Une migration de plus de 6.000 kilomètres durant laquelle la tortue caouanne récupère sans le savoir des informations précieuses sur les migrations grâce à la balise fixée sur son dos. Plus récemment, la tortue Tom, relâchée par des enfants de CE1, a aussi rejoint le large. Elle est encore dans les eaux réunionnaises et fournira de précieuses informations elle aussi grâce à la balise fixée sur sa carapace. (Photos Kélonia)

Carte 1 : suivi Argos de Tina

Voilà 9 mois que la tortue caouanne Tina a quitté le centre de soins de Kélonia. Après avoir traversé tout l’Océan Indien, puis stationné plusieurs semaines au large des sites de ponte d’Oman, elle a rejoint les côtes de l’Iran qu’elle longe en direction du golfe Persique. Une sacrée migration de plus de 6.000 kilomètres qui ne semble pas encore achevée.

Si la balise Argos et ses batteries tiennent encore, Tina nous délivrera quelques uns des mystères des tortues caouannes de l’Océan Indien.

Carte 2 : suivi Argos de Tom

Une autre tortue caouanne Tom a été relâchée le 20/02/2020 parrainée par les enfants de CE1 de l'école Victor Hugo de La Possession. Pour le moment Tom est toujours dans les eaux réunionnaises ! Ses déplacements seront suivis par les équipes de Kélonia.

Tom est équipée d’une balise avec capteurs de pression et de température. Les données recueillies en plus de compléter les connaissances sur les déplacements océaniques et le comportement de plongée de la tortue, iront alimenter les modèles océanographiques du LACY (Laboratoire de l’Atmosphère et des Cyclone de l’Université de La Réunion) qui prédisent la formation et les déplacements des cyclones.

Un bel exemple de partenariat scientifique pluridisciplinaire. Les tortues caouannes ont été choisies pour ce programme car durant leur migration elles passent à proximité de La Réunion puis remontent vers le Nord (voir carte de Tina) et traversent la zone de genèse des cyclones.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !