L'association appelle aux dons :

Arche de Noé : "un mal de chien" pour remplir les gamelles des animaux


Publié / Actualisé
L'association Droit de cité appelle à la mobilisation pour la gamelle solidaire du refuge de l'Arche de Noé, alors que les conséquences économiques de la crise sanitaire se font ressentir. Une cagnotte en ligne est disponible. L'association souligne qu'il faut un euro pour remplir la gamelle quotidienne d'un chat ou d'un chien. Nous publions le communiqué ci-dessous. (Photo rb/www.ipreunion.com)
L'association Droit de cité appelle à la mobilisation pour la gamelle solidaire du refuge de l'Arche de Noé, alors que les conséquences économiques de la crise sanitaire se font ressentir. Une cagnotte en ligne est disponible. L'association souligne qu'il faut un euro pour remplir la gamelle quotidienne d'un chat ou d'un chien. Nous publions le communiqué ci-dessous. (Photo rb/www.ipreunion.com)

"Pour l'Arche de Noé et ses animaux, dont les fonds proviennent uniquement de la générosité du public, les mois COVID ont précarisé le fonctionnement et plus particulièrement celui de sa trésorerie. En effet, les appels aux dons sur les plate-formes de dons ont explosé, multipliant les causes à soutenir et reléguant parfois à plus tard le sort de nos compagnons à quatre pattes.

À cela s'ajoute une diminution des dons de croquettes prépayées en notre faveur dans notre jardinerie habituelle et l'interdiction pour les associations d'effectuer pendant plusieurs semaines des collectes en sortie de caisses dans les grandes surfaces, le tout alimenté par un climat de crainte de lendemains difficiles.

Autant de raisons pour lesquelles nous avons un mal de chien à boucler notre budget "aliments", soit 4500 €/mois sur les 16 000 € du budget mensuel dont une part non négligeable est constituée par les salaires (au SMIC) de nos quatre agents de chenils en CDI à temps complet qui ont continué à assurer leur service quotidien auprès des animaux pendant la durée du confinement.

Alors nous voilà repartis pour une tournée des popotes afin de pouvoir remplir chaque jour les gamelles de nos pensionnaires, toujours nombreux. Les adoptés ayant été remplacés illico par d'autres animaux en difficulté, notamment des "chiens barquettes", c'est à dire les chiens de rue qui avant le confinement terminaient les barquettes de cari au pied des "camions bars" et qui se sont brutalement retrouvés sans leur subsistance quotidienne.

À cela enfin s'ajoutent les naissances en pagaille de chiots et de chatons du fait de la suspension de la campagne de stérilisations subventionnées pendant le confinement, une décision lourde de conséquences, laissant chiens et chats livrés à leur cycle de reproduction, avec pour conséquence une multiplication des portées non désirées, et des abandons sauvages par cartons entiers de petites vies qui passeront inévitablement sous les fourches caudines de l’euthanasie de masse.

Vous pouvez participer à la cagnotte ici.

Chacun participe du montant qu'il souhaite.

Tous les paiements sont sécurisés.

Un reçu fiscal vous est délivré sur simple demande dans la rubrique message du site".

   

Mots clés :

    3 Commentaire(s)

    PIERNIC, Posté
    MÃ'véLang Pauvre type !!
    MÃ'véLang, Posté
    Vous ne voulez pas les euthanasier, alors assumez, et arrêtez de pleurnicher.
    Fefe, Posté
    Je participe et merci pour cet article et a l association pour ce que vs faites merci a vs