Plus de 200 000 personnes souffrent de la faim dans le sud :

Madagascar : inondations meurtrières et menace de famine


Publié / Actualisé
Frappée par des inondations qui ont fait au moins 26 morts, plus 93 00 sinistrés et près de 40 000 personnes déplacées, notamment dans la région d'Antanarivo, Madagascar doit aussi faire face à une situation très préoccupante dans le sud de la Grande Île. En raison d'une sécheresse exceptionnelle ayant sévi d'octobre à février, 200 000 à 350 000 personnes souffrent de la faim selon le gouvernement. (Photo Twitter/@mirinapriscilla)
Frappée par des inondations qui ont fait au moins 26 morts, plus 93 00 sinistrés et près de 40 000 personnes déplacées, notamment dans la région d'Antanarivo, Madagascar doit aussi faire face à une situation très préoccupante dans le sud de la Grande Île. En raison d'une sécheresse exceptionnelle ayant sévi d'octobre à février, 200 000 à 350 000 personnes souffrent de la faim selon le gouvernement. (Photo Twitter/@mirinapriscilla)

Ce mercredi 11 mars 2015, les perturbations tropicales qui ont encerclé Madagascar ces derniers jours se sont éloignées, laissant à la Grande Île un peu de répit. Les alertes de danger ont été levées, "sauf dans les régions de Vatovavy Fitovinany, Atsimo Atsinanana et Boeny où la pluie va être abondante pour les prochains jours", indiquait l’Express de Madagascar ce mardi.

Mais le bilan des inondations et des glissements est lourd, notamment dans la région d’Antanarivo. Les derniers chiffres émanant du Bureau national de gestion des risques et catastrophes (BNGRC) font en effet état de 26 morts, 93 206 sinistrés et 39 319 personnes déplacées.

Ce mardi, la région d’Atsinanana était toujours placée sous alerte rouge en terme d’inondation, tandis qu’à Antananarivo, plusieurs secteurs étaient toujours en danger imminent en raison des glissements de terrain.

Un appel à l'aide internationale

Dans le même temps, le sud de la Grande Île voit lui poindre une tout autre menace : la famine. Le mot n’a pas encore été prononcé, mais 200 000 à 350 000 personnes souffrent de la faim selon le gouvernement, en raison de la sécheresse exceptionnelle ayant sévi d’octobre à février.

Les cultures ont été détruites et la nourriture s’est raréfiée. Selon les responsables locaux, une quinzaine de personnes, essentiellement des enfants, seraient déjà morts de faim, rapporte l’AFP.

Cette situation a conduit le Programme alimentaire mondiale (PAM), qui permet actuellement à 120 000 personnes de vivre, de lancer un appel à l’aide international. Au-delà de l’urgence, le PAM souhaiterait que des donateurs envoient immédiatement de quoi reconstituer les réserves alimentaires. "Les interventions, c'est maintenant qu'il faut les faire", a confié à l'AFP la représentante adjointe du PAM à Madagascar Fatimata Sow Sidibe.

Le ministre de l'Agriculture malgache Roland Ravatomanga a promis des aides alimentaires pour les régions touchées. De son côté, l'UNICEF a débloqué 200 millions de dollars pour venir en aide aux populations locales.

Madagascar n'avait pas connu une telle sécheresse depuis six ans.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !