Autisme :

700 familles concernées à La Réunion


Publié / Actualisé
L'association Autisme Réunion en partenariat avec le conseil général organise du lundi 27 au mercredi 29 septembre 2004 au Palais de la Source (Saint-Denis), une série de conférences sur le thème de l'autisme de l'enfant. Public visé : les médecins pour les sensibiliser à l'importance d'un diagnostic précoce
L'association Autisme Réunion en partenariat avec le conseil général organise du lundi 27 au mercredi 29 septembre 2004 au Palais de la Source (Saint-Denis), une série de conférences sur le thème de l'autisme de l'enfant. Public visé : les médecins pour les sensibiliser à l'importance d'un diagnostic précoce
À La Réunion, environ 700 familles sont concernées par l'autisme, soit un enfant pour 1 000 personnes. La proportion est de 4 garçons pour une fille. La population d'autistes a augmenté, dans la mesure où en 1990, l'île ne comptait que 400 personnes atteintes de cette pathologie. La grosse lacune au niveau médical, reste le diagnostic tardif des médecins, d'où l'organisation de cette série de conférences à l'intention des médecins et des professionnels de la santé et de la petite enfance.
Marie-Hélène Prade, membre de l'association Autiste Réunion souligne que souvent, les médecins ne détectent pas suffisamment tôt les manifestations de l'autisme chez l'enfant. "Or, si on arrive à détecter ces signes le plus tôt possible, on peut solliciter certaines zones du cerveau", explique-t-elle. Ainsi, certains autistes peuvent acquérir une certaine forme d'autonomie, développer le langage ou communiquer. Dans le cas contraire, ces mêmes zones sont mises en veille et par la suite ne fonctionnent plus.
Les lundi 27 et mardi 28 septembre, les débats ont porté, entre autres, sur les conduites à tenir face aux troubles du comportement des personnes atteintes d'autisme et sur la prise en charge des tout petits. Ce mercredi 28 septembre, les débats seront axés sur l'approche psychologique et éducative. Les conférences sont animées, notamment par le professeurCatherine Barthélémy de l'INSERM détours et Bernadette
Rogé, professeur de psychologie à l'université de Toulouse.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !