Chambre de métiers :

Un budget de 18 millions d'euros


Publié / Actualisé
La Chambre de Métiers a présenté ce lundi 25 octobre 2004 son budget primitif global pour l'année 2005. Celui-ci s'établit à 18 553 000? contre 17 642 424? pour l'exercice 2004, soit une hausse de 5,16%.
La Chambre de Métiers a présenté ce lundi 25 octobre 2004 son budget primitif global pour l'année 2005. Celui-ci s'établit à 18 553 000? contre 17 642 424? pour l'exercice 2004, soit une hausse de 5,16%.
Les augmentations qui figurent dans le budget prévisionnel de 2005 relèvent essentiellement de deux préoccupations, souligne Jocelyn de Lavergne, président de la chambre de métiers. La première a trait à la prise en compte de l'augmentation mécanique de certains postes de charges. La seconde concerne le soutien à la formation des élus, en particulier celle à ldes membres issus de la consultation de 2005.
Au plan de l'animation économique, plusieurs actions sont proposées pour développer les entreprises. D'abord, la création d'un service "Études" au sein de la Direction du Développement économique. Ce service sera amené à répondre à une demande croissante en informations économiques et sera le complément indispensable des autres réseaux tels que l'INSEE et l'IEDOM (institut d'émission de l'outremer). Puis, l'aménagement et le développement local en valorisant les compétences des artisans en tant que moteurs du développement. À travers sa troisième action - le développement durable - la chambre de métiers entend engager une stratégie en matière d'environnement et d'économie d'énergie.

"Femmes plus"

La commission de la formation professionnelle annonce pour sa part la mise en place d'un dispositif de formation des tuteurs. Est également proposée l'extension à l'Ouest et à l'Est de la plateforme permanente d'accueil, de positionnement et de formation en vue de l'obtention de la certification P.C.I.E (Passeport de compétence informatique européen). La mise en ?uvre d'une action intitulée "Femmes plus", dont l'objectif est d'amener les jeunes filles de 16 à 25 ans à s'orienter vers des métiers traditionnellement masculins, est également annoncée.
Dans le domaine de la coopération régionale la mise en ?uvre du programme d'insertion socio-économique à Madagascar se traduira par la formation des cadres des centres des ressources malgaches et en travaillant à la structuration de la filière bois dans la Grande Ile.
En ce qui concerne la mobilité, 200 départs des ressortissants réunionnais sont prévus dans les secteurs suivants: mécanique, bâtiment, électronique et métiers de l'image.
Enfin, la commission technique du bâtiment annonce la création d'un pôle bâtiment-travaux publics et énergie dont les objectifs sont d'élever les niveaux de qualification ; d'adapter les entreprises à l'évolution réglementaire technique et de favoriser l'égalité des chances entre hommes et femmes. Le centre de Saint-André sera restructuré de manière à accueillir autour de 507 apprentis en 2007 et 636 en 2010.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !