Agriculture :

Des cahiers pour l'horizon 2020


Publié / Actualisé
Un an après avoir lancé avec les partenaires locaux, la démarche des " cahiers de l'agriculture ", le conseil général a réalisé ce jeudi 20 octobre 2005, un bilan des travaux réalisés. Celui-ci a porté sur les orientations stratégiques de l'agriculture pour les 15 prochaines années.
Un an après avoir lancé avec les partenaires locaux, la démarche des " cahiers de l'agriculture ", le conseil général a réalisé ce jeudi 20 octobre 2005, un bilan des travaux réalisés. Celui-ci a porté sur les orientations stratégiques de l'agriculture pour les 15 prochaines années.
Les cahiers de l'agriculture ont pour ambition, de définir les axes prioritaires de la politique agricole du département, sur le moyen et le long terme. Ce travail servira de cadre de référence pour les quinze prochaines années. Un groupe d'experts a établi un diagnostic et tiré un bilan de l'agriculture dans le département. Un document de travail a été réalisé et servira de base de travail pour le comité de pilotage pour les orientations stratégiques à prendre jusqu'en 2020.


Composer avec les besoins urbains

S'agissant de l'agriculture et de l'aménagement du territoire, les experts estiment que le développement agricole doit composer avec les besoins urbains - ceux-ci sont estimés à 156 000 logements à l'horizon 2020 - ainsi qu'au maintien des espaces naturels. Il s'agit pour les experts, d'économiser l'espace agricole en développant la mécanisation et l'irrigation, la diversification et les rendements, à travers la recherche.

Augmenter les surfaces d'épandage

Pour ce qui est de la filière canne, une baisse régulière des surfaces cultivables est constatée. La reconquête des terres à canne concerne environ 3 000 ha, par rapport aux objectifs fixés La résistance à l'urbanisme reste un vrai défi. Pour ce qui est de l'élevage, la problématique réside dans l'augmentation des surfaces d'épandage. Celles-ci devront être suffisamment grandes par rapport aux contraintes liées à la réglementation et au relief. Enfin, pour les productions dites de diversification, les besoins en surface sont estimés à 800 ha. L'idée, est de faire passer la superficie sous culture de canne de 25 000 hectares à 30 000 hectares, celle de l'élevage de 12 500 hectares à 16 000 hectares et celle des fruits et légumes, de 4000 hectares à 4 800 hectares.

Les partenaires se retrouveront au mois de décembre pour examiner l'ensemble du document, notamment les fiches actions qui seront réalisées d'ici là. Celles-ci serviront de base à l'élaboration du futur programme du Fonds européen agricole pour le développement rural (Feader) qui débutera le 1er janvier 2007. Un livre blanc sera remis au ministre de l'Agriculture, Dominique Bussereau.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !