Le tourisme lutte contre le chikungunya :

La Réunion continue à recevoir ses "Dalons"


Publié / Actualisé
L'opération "Dalons de La Réunion" (amis de La Réunion) qui devait initialement se terminer le 15 juin prochain sera prolongée jusqu'en septembre, a annoncé ce mardi 6 juin 2006 Jocelyne Lauret, présidente du comité du tourisme de La Réunion (CTR). L'action, qui cible les agents de voyages, à pour objectif de relancer la destination après la crise du chikungunya
L'opération "Dalons de La Réunion" (amis de La Réunion) qui devait initialement se terminer le 15 juin prochain sera prolongée jusqu'en septembre, a annoncé ce mardi 6 juin 2006 Jocelyne Lauret, présidente du comité du tourisme de La Réunion (CTR). L'action, qui cible les agents de voyages, à pour objectif de relancer la destination après la crise du chikungunya
L'opération est organisée par le CTR en partenariat avec le Syndicat National des Agents de Voyages (SNAV La Réunion) et les professionnels du tourisme. Pour les convaincre que malgré l'aedes albopictus (moustique vecteur du chikungunya) l'île n'est pas une destination à haut risque, les agents de voyages ont été invités à séjourner dans l'île et à découvrir tous ses atouts en terme de culture, de paysages, de gastronomie etc.
C'est au cours d'une rencontre mardi à la Maison Folio à Hell Bourg avec les "Dalons" actuellement dans l'île que le bilan a été dressé. Il est plutôt satisfaisant, estime Jocelyne Lauret en notant que 476 agents de voyages ont à ce jour répondu à l'invitation des professionnels du tourisme. Les listes d'attente étant bien remplies, les organisateurs ont donc décidé de prolonger l'action.

Bien fondé

Pour la présidente du CTR, ce succès prouve que les professionnels du tourisme ont eu raison de lancer rapidement cette première phase du plan de relance global de la destination. Il fallait réagir d'autant plus vite que l'épidémie avait plongé le secteur touristique dans un profond marasme. Partenaires de l'opération "Dalons de La Réunion", Corsair et Air France soulignent ainsi qu'ils ont respectivement perdu 25 000 voyageurs entre février et avril et 10 000 clients par mois (les deux compagnies ont offert un total de 588 billets aux Dalons). Et, on le sait, le constat est tout aussi catastrophique pour les autres opérateurs (hôtels, restaurants, agences de voyages, gîteurs etc).
Cette réactivité, basée sur la transparence quant à la situation épidémioplogique, est en train de commencer à donner ses fruits. Les "Dalons" sont venus en masse et la destination Réunion a été conservée dans leurs brochures des tours operators.

Séduire à nouveau la clientèle métropolitaine

Mais pour Jocelyne Lauret cela n'est pas suffisant. "Il faut continuer à rassurer les prescripteurs et les métropolitains qui constituent 80% de notre clientèle" souligne la présidente. "Après 4 mois de psychose des métropolitains face à l'épidémie de chikungunya, il est nécessaire de montrer que la vie est normale sur l'île et que les équipements touristiques fonctionnent bien" ajoute-t-elle.
Le délégué au SNAV Réunion, Didier Candela, se dit lui aussi satisfait du bilan de l'opération et notamment "de la rapidité des accords conclut avec les compagnies aériennes. Tous les fournisseurs ont fait de gros efforts financiers pour l'opération".

Miser sur le Top Résa

Comme les autres professionnels du tourisme, il mise sur une reprise des activités en septembre. Pour ce faire, il compte beaucoup sur le Top Résa, le salon des professionnels du tourisme Top Résa à Deauville (Normandie). La présidente du CTR précise à ce propos que "le salon sera l'occasion de lancer la campagne de promotion grand public montrant La Réunion dans sa vie de tous les jours". Cette campagne entrera dans le cadre du plan de relance global de la destination, annoncé par le Premier Ministre Dominique de Villepin, et financé par l'État.
"Sur l'enveloppe de 4,5 millions d'euros accordée par l'Etat au secteur du tourisme, 2,5 millions sont atrtribués au plan de relance de la destination, échelonné sur l'année 2006 ". Les 2 millions d'euros restants permettront de lancer un plan de restructuration de l'offre touristique réunionnaise.
Reste à savoir ce qu'il adviendra de cette restructuration si, le risque ne peut être écarté, l'épidémie de chikungunya explose à nouveau l'été prochain.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !