Santé - recherche :

Le cyclotron dans sa phase finale


Publié / Actualisé
La pièce maîtresse du cyclotron a été livrée par la voie des airs ce mardi 16 avril 2007. Il devrait entrer en service début 2008. Cet équipement de haute technologie permettra la production de radio-isotopes nécessaires aux diagnostics de certains cancers mais aussi conservera des plages d'utilisation dédiées à la recherche.
La pièce maîtresse du cyclotron a été livrée par la voie des airs ce mardi 16 avril 2007. Il devrait entrer en service début 2008. Cet équipement de haute technologie permettra la production de radio-isotopes nécessaires aux diagnostics de certains cancers mais aussi conservera des plages d'utilisation dédiées à la recherche.
L'idée avait été lancée en 2001 lors de du Congrès national de Médecine Nucléaire, tenu à La Réunion en 2001, sous le haut patronage de Georges Charpak, et ce mardi 16 avril 2007, elle est entrée dans sa phase finale. La pièce maîtresse du cyclotron de La Réunion a été livré par la voie des airs sur le site de la technopole de Saint-Denis et les premiers dépistages de cancers devraient être possibles dès janvier 2008.
Le CYROI (cyclotron Réunion Océan Indien) est une plate-forme de 3 500 m² regroupant un cyclotron à usage de production radio-pharmaceutique et de recherche, ainsi qu'un ensemble de laboratoires de haut niveau technologique.

Deux missions

Il aura donc deux missions. La première, de diagnostic, permettra d'améliorer, dans plus de 30% des cas, la prise en charge thérapeutique du patient grâce à une technique d'imagerie médicale nucléaire utilisant des radio traceurs marqués avec des isotopes émetteurs de positions à vie courte (Tomographie à Emission de Positons, dite TEP). Au moins 1000 nouveaux patients de la région sanitaire Réunion/Mayotte devraient bénéficier de ce diagnostic, chaque année. À raison de deux examens par patient, 2 000 évacuations sanitaires pourraient donc être évitées, représentant une économie de près de 2 millions d'euros par an pour la sécurité sociale. En plus, la TEP de La Réunion participe au respect du principe d'égal accès aux soins pour tous les Français.


Parmi les 10 cyclotrons français

Le cyclotron de la Réunion assurera aussi une mission de recherche médicale. Pour cela, il disposera de plages horaires dédiées aux scientifiques. Une activité d'importance au regard de l'activité essentiellement thérapeutique des 10 cyclotrons installés en métropole qui sont, pour la plupart, exclusivement dédiés à la seule production radio-pharmaceutique. Il sera donc possible d'étudier les différentes potentialités de l'île en termes d'endémisme végétal terrestre et marin encore largement sous étudié sous l'angle de leurs propriétés. En plus, il constituera un centre de recherche privilégié sur les maladies émergentes pour la France et l'Europe. Sur tout ces points, des partenariats avec d'autres centres de recherches ont déjà été développés (CEA d'Orsay, Indian Institut of Science de Bangalore en Inde) tandis que d'autres doivent l'être (INSERM, CNRS, Institut Pasteur...).

Premier essai en juin

Présidé par le président de l'université Serge Svizzero et dirigé par Christian Meriau, le coût du cyclotron est de 2 millions d'euros. Un premier essai sera fait le 21 juin prochain et sera suivi de tests jusqu'en décembre 2007. L'objectif est de pouvoir assurer le premier examen d'un patient par TEP, au sein du service de Médecine Nucléaire du CHD, dés janvier 2008.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !