Fruits :

L'ananas victoria à la conquête de l'Europe


Publié / Actualisé
Depuis la fin 2006, l'ananas victoria réunionnais a obtenu son précieux label rouge garantissant ces qualités gustatives et culturales. La filière, qui vise une production de 150 tonnes, veut maintenant plus que jamais se lancer à la conquête du marché européen
Depuis la fin 2006, l'ananas victoria réunionnais a obtenu son précieux label rouge garantissant ces qualités gustatives et culturales. La filière, qui vise une production de 150 tonnes, veut maintenant plus que jamais se lancer à la conquête du marché européen
Le décret officiel a été publié au journal officiel du 31 octobre 2006. L'ananas victoria est doté du label rouge. Les qualités gustatives et culturales de la production réunionnaise sont donc désormais reconnues et c'est le résultat d'un partenariat entre les agriculteurs locaux, aidés par la chambre d'agriculture et le conseil général notamment. C'est la première fois qu'un produit agricole exotique obtient ce label officiel de qualité, gage de sécurité et assurance de l'achat d'un bon fruit pour les consommateurs.
Au départ, 13 agriculteurs, essentiellement sur l'est et le sud, se sont lancés dans l'aventure. Pour produire des ananas conformes, ils ont du satisfaire un cahier des charges draconien. Ils ont par exemple, répondu à des obligations au niveau de la traçabilité. Ils ont également mis en oeuvre de bonnes pratiques agricoles en termes, entre autres, d'enfouissement, de retrait et stockage du paillage plastique, d'interdiction de brûler les champs. Obligation leur a aussi été faite de garantir la maturité des fruits et d'étiqueter individuellement chaque produit.

Risque pour la production locale

L'objectif de ces efforts était donc de conquérir le label rouge, sésame indispensable pour renforcer la démarche de conquête du marché européen.
De couleur jaune dorée, l'ananas victoria label rouge possède des qualités largement supérieures aux fruits que l'on trouve habituellement dans le commerce. Il est pourtant menacé par l'arrivée sur le marché de pays comme le Ghana ou la Côte d'Ivoire demeure un risque pour la production réunionnaise. Car, bien que de qualité excellente, elle est plus chère. Sans que cela soit d'ailleurs imputable aux producteurs. L'ananas victoria s'achète aux planteurs 0,61 euro le kilo. Les frais de conditionnement sont de 0,76 euro le kilo et les taxes diverses montent à 0,81 euro. Le coût de fret s'élève à 1,10 euro, ce qui porte le prix final à Rungis à 3,28 euros le kilo. Sur les étals métropolitains, il est proposé à la vente entre 3,50 euros et 4,80 euros le kilo. Il est intéressant de noter que le coût du fret et des taxes est trois fois plus important que l'ananas lui-même
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !