Carnet de voyage - croisière sur le Costa Mediterranea :

102 Réunionnais sur un bateau


Publié / Actualisé
Depuis quelques jours, 102 Réunionnais ont embarqué sur le Costa Mediterranea pour une croisière qui les fera voguer de Nice à Miami. Philippe Técher, guide-accompagnateur du groupe, a commencé un carnet de voyage dont nous publierons régulièrement des extraits. Récit
Depuis quelques jours, 102 Réunionnais ont embarqué sur le Costa Mediterranea pour une croisière qui les fera voguer de Nice à Miami. Philippe Técher, guide-accompagnateur du groupe, a commencé un carnet de voyage dont nous publierons régulièrement des extraits. Récit
Imaginez l'excitation de 102 réunionnais prêts à vivre une croisière de rêve : une transatlantique de Nice à Miami avec une extension jusqu'au Mexique pour certains d'entre eux.
Après les formalités d'usage à Savone en Italie d'où démarre le périple, nous voilà à la découverte de notre environnement : le Costa Mediterranea. Un immense bâtiment long de 292 m, large de 32 et haut de 11 étages. Dans cette ville flottante où rien n'a été laissé au hasard, il est légitime de s'extasier devant le luxe de la décoration italienne. De la cabine à la salle de sport dernier cri, aucun détail n'a été bâclé. Les centaines de transats au bord des trois piscines du pont supérieur sont là pour rappeler la philosophie de cette croisière. Luxe, bien-être et bain de soleil. La dolce vita !

Dédale de couloirs

Après cette première impression fort agréable, nous commençons à prendre nos repères. Pas facile de se retrouver dans ce dédale de couloirs et ces ascenseurs. Mais le personnel est là pour nous assister. L'affolement dû à la fatigue du voyage et aux petits problèmes d'intendance, laisse la place à la satisfaction de prendre part à un extraordinaire périple. Une bonne nuit de sommeil achève de rassurer nos amis. Demain Barcelone nous attend. Première escale qu'on attend riche et colorée...

Barcelone, ville des artistes

C'est de bon matin que le bateau accoste à Barcelone. Première agréable impression : on est loin de la fraîcheur de l'atmosphère parisienne. Il fait bien une quinzaine de degrés au soleil. À peine débarqué, c'est à qui se dirige vers les autocars d'excursion ou à la recherche d'un taxi. Nous avons choisi de déambuler tranquillement dans les rues de la ville. Tout de suite le charme opère. La statue de Christophe Colomb qui trône sur un piédestal haut de plusieurs dizaines de mètres nous donne la dimension du lieu.

Visite de ramblas

Plus loin, les fameuses ramblas. Une fameuse avenue piétonne longue de plus cinq kilomètres. Ici se conjugue à tous les tons. Par ici on fait connaissance avec Charlie Chaplin, là-bas on croise un automate vivant, et plus loin une Colombine. La magie est là, on resterait des heures à s'immerger dans cet univers envoûtant... Quelques minutes plus tard, on arrive devant la Cathédrale. Immense oeuvre médiévale. L'impression que l'histoire s'est aussi jouée ici.
Après un dernier détour dans les ruelles plus luxueuses de la ville où certaines ne résistent pas au plaisir du shopping, retour sur le Mediterranea. Il nous faut profiter des joies de la navigation à bord pendant deux jours avant notre prochaine escale : Casablanca.

Philippe Técher
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !