Santé :

Les pharmaciens attaquent


Publié / Actualisé
Réunis mercredi 20 février 2008 en assemblée générale, les pharmaciens ont décidé d'attaquer en justice l'arrêté interministériel imposant une baisse de 3 % du prix des médicaments à partir du 15 mai 2008.
Réunis mercredi 20 février 2008 en assemblée générale, les pharmaciens ont décidé d'attaquer en justice l'arrêté interministériel imposant une baisse de 3 % du prix des médicaments à partir du 15 mai 2008.
Ils étaient plus de 200 à participer mercredi 20 à l'assemblée générale qui devait décider de la suite à donner à leur plan d'action. Une mobilisation quasi unanime (l'île compte 253 officines) qui tord le cou aux récentes rumeurs évoquant la démotivation d'une partie de la profession: " Ce taux de présence important montre bien que l'intersyndicale existe toujours, a déclaré Jean -Pierre Gambini, porte-parole de l'union syndicale des pharmaciens d'officine (USPO) ". Jusqu'à mercredi pourtant, la Sécurité Sociale ne recevait que 10 à 12 % des ordonnances en mode dégradé, preuve qu'un petit nombre seulement d'officines avait suivi le mot d'ordre des syndicats.

Attaque en justice et déconventionnement

Au lendemain d'une longue concertation, les pharmaciens tiennent à présenter un front uni et plus motivé que jamais. Au menu de leurs prochaines actions, un passage plus massif en mode dégradé et le dépôt d'un recours au Conseil d'Etat pour faire annuler l'arrêté en procédure d'urgence. " Cet arrêté est illégal car il ne repose sur aucune étude préalable, martèle Jean-Pierre Gambini, Nous comptons bien obtenir gain de cause et demeurons sereins ". Quant à la menace de déconventionnement, elle est toujours d'actualité, seul son calendrier change : " Si rien ne bouge d'ici là, nous déposerons une demande de déconventionnement au 15 avril, prenant effet le 15 mai, date officielle de la baisse d prix des médicaments, conclut Jean-Pierre Gambini ".
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !