Mobilisation des surveillants de prison :

Blocage de la maison d'arrêt de St-Pierre


Publié / Actualisé
Les surveillants de prison ont durci leur action au 3ème jour de mobilisation, ce mercredi 6 mai 2009. En effet, les agents Réunionnais, une cinquantaine, ont décidé de bloquer l'accès à la maison d'arrêt de Saint-Pierre aux intervenants extérieurs et aux avocats. Les extractions judiciaires sont également bloquées. Aucun affrontement avec les forces de l'ordre n'est à signaler. La rencontre entre les syndicats nationaux et le Ministère de la Justice, ce mardi 4 mai, a quant à elle débouché sur "quelques avancées". Une nouvelle rencontre est prévue ce mercredi 6 mai à 11 heures (13 heures à La Réunion).
Les surveillants de prison ont durci leur action au 3ème jour de mobilisation, ce mercredi 6 mai 2009. En effet, les agents Réunionnais, une cinquantaine, ont décidé de bloquer l'accès à la maison d'arrêt de Saint-Pierre aux intervenants extérieurs et aux avocats. Les extractions judiciaires sont également bloquées. Aucun affrontement avec les forces de l'ordre n'est à signaler. La rencontre entre les syndicats nationaux et le Ministère de la Justice, ce mardi 4 mai, a quant à elle débouché sur "quelques avancées". Une nouvelle rencontre est prévue ce mercredi 6 mai à 11 heures (13 heures à La Réunion).
Deux choses ont été obtenues lors de la première rencontre. D'abord, la circulaire supprimant les primes pour les surveillants en congé maladie a été annulée. Ensuite, les surveillants de prisons ont obtenu un allègement du nombre de rondes de nuit. "Mais il n'y a toujours rien concernant le manque d'effectif", regrette Erick Ajorque, secrétaire départemental UFAP-UNSA. "La Chancellerie renvoie la balle vers le Ministère du Budget", affirme le responsable. Il espère que les négociations avanceront sur ce point lors de la rencontre de ce mercredi 6 mai.

Pour rappel, les agents Réunionnais dénoncent une situation carcérale difficile, des prisons surpeuplées comme le centre pénitentiaire du Port et la maison d'arrêt de Saint-Pierre, ainsi que le manque de personnel. Ils souhaitent qu'une solution soit trouvée à ces problèmes.

Les surveillants de prison n'ayant pas le droit de faire grève, ce sont les agents en congé ou en repos qui se sont mobilisés depuis ce lundi 4 mai.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !