Filière bovine laitière :

Les bovins meurent plus à La Réunion


Publié / Actualisé
Une mortalité moyenne chez les adultes 2 à 4 fois supérieure à ce qui est observé en métropole, c'est ce qu'ont relevé les experts de l'agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA), du centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD) et de l'institut de l'élevage dans un rapport remis au ministre de l'alimentation, de l'agriculture et de la pêche concernant la filière bovine laitière à La Réunion.
Une mortalité moyenne chez les adultes 2 à 4 fois supérieure à ce qui est observé en métropole, c'est ce qu'ont relevé les experts de l'agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA), du centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD) et de l'institut de l'élevage dans un rapport remis au ministre de l'alimentation, de l'agriculture et de la pêche concernant la filière bovine laitière à La Réunion.
Selon ce rapport, "il y a à La Réunion de fortes disparités selon les élevages". Sans être en mesure de déterminer de façon précise la part respective des facteurs infectieux et des conditions d'élevage dans l'origine de ces mortalités, les experts recommandent la réalisation d'une enquête pour identifier les raisons pour lesquelles "la mortalité est plus élevée dans certains élevages que dans d'autres". Ce sera la mission du groupement de défense sanitaire du bétail de La Réunion (GDSBR) qui devrait publier les résultats de l'enquête en septembre 2009.

Par ailleurs, le rapport renouvelle la recommandation de la mise en cohérence des conseils prodigués aux éleveurs par les différents intervenants techniques. Cela concerne notamment l'importance de l'attention qui doit être apportée à la composition de la ration et aux transitions alimentaires. En effet, depuis 10 ans, la productivité laitière a progressé en même temps que l'augmentation de la part de concentrés distribués aux animaux au détriment du fourrage, ce qui peut aboutir à une fragilisation zootechnique et sanitaire des animaux.

Les experts ont également émis des recommandations sur la gestion de la fièvre catarrhale ovine et sur la diffusion de la génétique au sein de la filière. Ces conseils devraient être mis en ?uvre "dès que possible" par le comité stratégique de pilotage de la filière lait.
   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !