Centre pénitentiaire du Port :

Les énergies renouvelables au service de la réinsertion


Publié / Actualisé
Le coup d'envoi officiel du projet "Bardzour" a été donné ce mardi 20 avril 2010, au centre pénitentiaire du Port à la Rivière des Galets. Cette opération liée au développement durable vise à associer sur un même site deux programmes de production (solaire et agricole) et un plan de réinsertion au profit des détenus. Une centrale photovoltaïque d'une puissance globale de 10 MW devrait y être installée.
Le coup d'envoi officiel du projet "Bardzour" a été donné ce mardi 20 avril 2010, au centre pénitentiaire du Port à la Rivière des Galets. Cette opération liée au développement durable vise à associer sur un même site deux programmes de production (solaire et agricole) et un plan de réinsertion au profit des détenus. Une centrale photovoltaïque d'une puissance globale de 10 MW devrait y être installée.
Le projet "Bardzour" prévoit l'installation d'une centrale photovoltaïque d'une puissance globale de 10 MW, répartie en cinq zones permettant chacune de répondre à des besoins spécifiques : panneaux au sol, ombrières de parking, hangars photovoltaïques, serres et toitures "trio", associant photovoltaïque, isolation et 30 chauffe-eau solaires.

Le centre pénitentiaire du Port deviendra ainsi la deuxième centrale de l'île, derrière celle de Sainte-Rose (15 MW). Elle produira de quoi alimenter en énergie propre et renouvelable 4 000 foyers, soit un tiers de la population de la ville.

Par ailleurs, le site associe un triple espace cultivable. Du maraîchage bio sous serres sera destiné à alimenter la restauration collective du centre pénitentiaire, des géraniums bio sous serre seront vendus à la CAHEB (coopérative agricole des huiles essentielles de Bourbon) et des plantes de sécheresse (ylang-ylang et aloé vera) seront cultivées pour la parfumerie et aux laboratoires médicaux.

Au-delà des aspects énergétiques et environnementaux, le projet "Bardzour" offre des possibilités de réinsertion pour les détenus. À court terme, 20 à 30 d'entre eux participeront à la pose des panneaux photovoltaïques au sol et à la construction des ombrières sur les parkings. À moyen terme, 15 détenus contribueront à la mise en service et au suivi du volet agricole.

Ces créations d'emplois sont associées à des cycles de formations diplômantes (métiers du photovoltaïque, construction de chauffe eau solaires, électricité du bâtiment et agriculture) initiées dès le début du chantier.

Outre les objectifs liés aux différentes productions et à la réinsertion, le projet
"Bardzour" vise plusieurs buts : "contribuer aux efforts de La Réunion pour subvenir à ses besoins énergétiques et créer des emplois locaux liés à la construction et à l'entretien des infrastructures" expliquent les partenaires.

Représentée à La Réunion par sa filiale Austral Energy, Akuo Energy, un groupe français spécialisé dans le développement, le financement et l'exploitation de centrales de production d'électricité à partir de ressources renouvelables qui pilote le projet, y voit "l'opportunité de contribuer à une action majeure de réinsertion sociale et de donner ainsi une nouvelle dimension à son engagement en faveur du développement durable".

Le projet "Bardzour" emprunte son nom à un mot créole qui signifie "aube naissante". Ce terme a été choisi collégialement par les différents partenaires
engagés dans ce projet.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !