Conseil général :

Nassimah Dindar planche sur les services à la personne


Publié / Actualisé
La présidente du conseil général, Nassimah Dindar, devrait prochainement créer en collaboration avec la Région et l'association des maires de la Réunion, un GIP-SAP, groupement d'intérêt public dédié au développement des services à la personne. "Vu l'importance du dossier, eu égard aux difficultés liées à la disparition de l'ARAST", la présidente du conseil général rencontre les instances nationales ce mardi 25 et ce jeudi 27 mai 2010 dans le but de "faire évoluer favorablement et rapidement ce dossier".
La présidente du conseil général, Nassimah Dindar, devrait prochainement créer en collaboration avec la Région et l'association des maires de la Réunion, un GIP-SAP, groupement d'intérêt public dédié au développement des services à la personne. "Vu l'importance du dossier, eu égard aux difficultés liées à la disparition de l'ARAST", la présidente du conseil général rencontre les instances nationales ce mardi 25 et ce jeudi 27 mai 2010 dans le but de "faire évoluer favorablement et rapidement ce dossier".
En termes de prise en charge de la dépendance des personnes âgées, la Réunion connaît un déficit par rapport aux autres régions françaises, que ce soit dans son équipement en structure d'hébergement, en structures médicalisées ou en services de soins à domicile. "L'augmentation du nombre de personnes potentiellement dépendantes viendra accentuer cet écart structurel" prévient le Département.

A la Réunion, la demande est de plus en plus grande au niveau des personnes de plus de 65 ans. Cette catégorie de public contrairement aux services de confort constitue la principale clientèle des structures de services à la personne. Ils ont besoin d'aide, mais souhaitent recourir à des services sûrs et personnalisés. D'où la volonté du Département de conventionner avec les structures dépositaires de l'agrément qualité.

Aujourd'hui à la Réunion, on dénombre une trentaine de structures agréées (qualité et simple) de services à la personne et il y a autant en attente d'agrément. Les structures devront répondre aux attentes des bénéficiaires notamment en termes de proximité et de qualité de services mais aux exigences du Département, une raison de la mise en place du GIP SAP.

Sur le plan de l'emploi, le marché des personnes âgées présente des débouchés potentiels en matière de création d'emploi. Le nombre d'emplois à créer pour faire face au besoin du vieillissement de la population est estimé à la Réunion 3 000 personnes à l'horizon 5 ans.

Dans le plan départemental de cohésion sociale (PDCS) adopté en octobre 2004, le Département a réaffirmé sa volonté de faire du maintien à domicile l'axe fort de la politique gérontologique de la Réunion. Pour répondre aux besoins des personnes âgées à faible revenu (qui pour la grande majorité ne perçoivent que le minimum vieillesse ou de petites retraites), le conseil général octroie des aides, financières telles que l'Allocation Personnalisée d' Autonomie et l'Aide ménagère. Au 31 décembre 2009, on comptait 12 619 bénéficiaires de l'APA, ce qui représente 88 millions d'euros de dépense. Le nombre de bénéficiaires a fortement augmenté au fil des années, plus de 20% de 2006 à 2007.

Le GIP aura pour objet principal de "gérer l'ensemble des problématiques liées au secteur des services à la personne à la Réunion (aide à domicile, aidants et accueillants familiaux, assistante maternelle etc...)" indique le conseil général. Il a pour vocation d'animer, de réguler et de coordonner les actions de services à la personne en vue de préserver la qualité des prises en charge des publics concernés mais aussi la qualité des emplois créés ou à créer dans ce cadre. Le GIP a également pour objet de traiter plus largement de la stratégie de développement des services à la personne à La Réunion, d'en assurer le suivi et de mettre en cohérence les différentes interventions publiques en la matière. Le GIP sera l'outil d'évaluation et de contrôle des activités d'aide domicile.

Le Département, la Région Réunion ainsi que l'association des maires de la Réunion ont voté le principe de la création du GIP-SAP et la convention constitutive.

Le GIP s'appuie aussi sur plusieurs partenaires, qui contribuent à la fois à son financement et à la réalisation des actions prévues. Il s'agit notamment des mairies, opérateurs (associations, entreprises, ccas), représentants des usagers, chambres consulaires....

Un dîner entre Nassimah Dindar et Nora Berra, secrétaire d'Etat chargé des aînés, a eu lieu à Paris ce mardi. Ce jeudi 27 mai, la présidente du conseil général a rendez-vous avec Laurent Henart, ex-secrétaire d'Etat, député de Meurthe et Moselle et président de l'ANSP (agence nationale des services à la personne). Emmanuel Verny, directeur général de l'UNA (union nationale des services et soins à domicile) recevra également la présidente.

D'ici vingt ans, les plus de soixante ans représenteront 15,9 % de la population totale. La principale conséquence de ce vieillissement est un doublement de la population des plus de soixante ans : d'environ 70 000 individus en 1999, on passerait à près de 150 000 à l'horizon de 2020.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !