Assemblée plénière du conseil général :

Statu quo au Département


Publié / Actualisé
Sans surprise, les 29 élus de la majorité en place au Département ont voté contre le remplacement des vice-présidences vacantes lors de l'Assemblée plénière qui s'est tenue ce mercredi 16 juin 2010. Les 19 élus d'Objectif Réunion ont quant à eux voté en faveur de ce remplacement mais en vain. Conséquence, les vice-présidences laissées vacantes suite à l'annulation des élections de Maurice Gironcel et de Jean-Claude Fidji ne seront pas remplacées. Le conseil général reste quant à lui à Gauche.
Sans surprise, les 29 élus de la majorité en place au Département ont voté contre le remplacement des vice-présidences vacantes lors de l'Assemblée plénière qui s'est tenue ce mercredi 16 juin 2010. Les 19 élus d'Objectif Réunion ont quant à eux voté en faveur de ce remplacement mais en vain. Conséquence, les vice-présidences laissées vacantes suite à l'annulation des élections de Maurice Gironcel et de Jean-Claude Fidji ne seront pas remplacées. Le conseil général reste quant à lui à Gauche.
Avant son entrée dans l'hémicycle du conseil général, Stéphane Fouassin, porte parole d'Objectif Réunion, paraissait confiant malgré les déclarations faites depuis quelques jours par Nassimah Dindar qui jurait de "rester fidèle à l'engagement pris en 2008" avec les élus de la majorité actuelle.

"Il y a toujours de l'espoir", estimait Stéphane Fouassin. "La majorité hétéroclite en place montre ses limites et ses faiblesses. Les grands dossiers sont mis à mal. Un changement de la majorité est nécessaire pour donner une nouvelle dynamique à la collectivité", poursuivait-il. Le conseil général et maire de Salazie misait notamment sur un "vote à bulletin secret", pour que chaque élu puisse "voter librement". Il visait à demi mot les élus de la "Droite sociale" (Ibrahim Dindar, Nassimah Dindar, Bruno Mamindy Pajany, Rico Florian, Patrick Erudel, et Gino Ponimballom).

Stéphane Fouassin a effectivement demandé le vote à bulletin secret lors de l'assemblée plénière, en vain. Les élus de la majorité avaient demandé le vote en public. Un vote sans surprise qui a vu les 29 élus de la majorité en place demander le non remplacement des vice-présidences vacantes. "C'est un déni de démocratie", juge Stéphane Fouassin. L'assemblée plénière s'est poursuivie avec les questions de politiques culturelles et la nomination de conseillers généraux aux conseils de surveillance des établissements publics de santé.

A noter que des représentants de la Saphir et de l''ex Arast étaient présents pour assister à cette assemblée plénière.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !