Insertion des jeunes :

Réussite du dispositif "contrat d'autonomie"


Publié / Actualisé
Depuis sa mise en place à La Réunion le 22 octobre 2008, le "contrat d'autonomie" enregistre de bons résultats en terme de placement de jeunes. Au 7 juin 2010, 602 entrées dans le dispositif ont été réalisées, sur un objectif de 810 fin 2010, soit 75 % de réalisation. Au niveau national, la Réunion se place au 2ème rang en terme de placement de jeunes sur les 35 départements expérimentaux.
Depuis sa mise en place à La Réunion le 22 octobre 2008, le "contrat d'autonomie" enregistre de bons résultats en terme de placement de jeunes. Au 7 juin 2010, 602 entrées dans le dispositif ont été réalisées, sur un objectif de 810 fin 2010, soit 75 % de réalisation. Au niveau national, la Réunion se place au 2ème rang en terme de placement de jeunes sur les 35 départements expérimentaux.
La prestation "contrat d'autonomie " s'inscrit dans le cadre du Plan "Espoir Banlieues" pour une nouvelle politique de la ville et concerne 45 000 jeunes dans 35 départements. Il s'adresse aux jeunes de 16 à 30 ans les plus en difficulté, domiciliés dans les zones couvertes par un contrat urbain de cohésion sociale (CUCS), inscrits ou non comme demandeurs d'emploi à Pôle Emploi et volontaires pour bénéficier d'une prestation renforcée d'accès à l'autonomie.

Le contrat d'autonomie comprend notamment un accompagnement personnalisé et régulier pour la construction d'un parcours d'insertion professionnelle, avec l'objectif de placer les jeunes ainsi que l'octroi d'une bourse pouvant atteindre 300 ? par mois pendant 6 mois maximum, sous réserve que le bénéficiaire respecte les termes du contrat d'autonomie.

Plusieurs débouchés sont possibles à l'issue de ce dispositif. Le placement effectif dans l'emploi, la création d'entreprise et l'accès à la formation qualifiante.

À La Réunion, le contrat d'autonomie concerne 900 jeunes de 2008 à 2011. Au 7 juin 2010, 602 entrées dans le dispositif ont été enregistrées. Sur ces 602 jeunes (dont 44 % de femmes), 92 % n'étaient pas inscrits à Pôle emploi ou en mission locale et 278 sont en phase d'accompagnement. 74 % des jeunes ont au plus un BEP et chaque jeune a reçu en moyenne une bourse de 1 267 ?. Globalement, le taux de sortie positive est de 65 % dont 35 % sont dans le secteur d'activité du commerce : 51 % sont des formations qualifiantes et 33 % sont des contrats en alternance.

Ces résultats favorables s'expliquent par une bonne connaissance du territoire et l'implantation au sein des quartiers CUCS des missions locales dont l'accompagnement du public en difficulté est le coeur de métier : le groupement de mission locales a en effet la maîtrise des dispositifs "jeunes" (contrat en alternance, actions de formation (Région, CAF, AFPAR, LADOM), contrats aidés ...).

Enfin, il convient de noter les efforts réalisés pour renforcer le partenariat mis en place avec les communes et les chefs de projet CUCS en vue de faciliter le bon déroulement de la prestation du contrat d'autonomie.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !