DCNS - Région :

"L'énergie thermique des mers" à l'essai


Publié / Actualisé
Ce mardi 29 juin 2010, en conférence de presse, les acteurs du projet "énergie thermique des mers (ETM) à La Réunion" ont présenté aux élus de la Région la progression de leurs travaux effectués depuis 2009. L'installation d'une centrale pilote à La Réunion serait une première mondiale. Les avancées du projet concernent surtout les aspects techniques et les impacts économiques au niveau local. Néanmoins, des interrogations subsistent sur le financement des 400 millions d'euros nécessaires au développement et à la fabrication de la centrale pilote ETM de La Réunion. Comme prochaine grande étape en 2011, le projet prévoit l'installation d'un prototype de centrale ETM à l'IUT de Terre Sainte.
Ce mardi 29 juin 2010, en conférence de presse, les acteurs du projet "énergie thermique des mers (ETM) à La Réunion" ont présenté aux élus de la Région la progression de leurs travaux effectués depuis 2009. L'installation d'une centrale pilote à La Réunion serait une première mondiale. Les avancées du projet concernent surtout les aspects techniques et les impacts économiques au niveau local. Néanmoins, des interrogations subsistent sur le financement des 400 millions d'euros nécessaires au développement et à la fabrication de la centrale pilote ETM de La Réunion. Comme prochaine grande étape en 2011, le projet prévoit l'installation d'un prototype de centrale ETM à l'IUT de Terre Sainte.
L'ETM consiste à utiliser la différence de température qui existe naturellement entre la surface et les profondeurs de l'océan pour faire fonctionner une machine thermique. Jean-François Le Bert, chef du projet ETM Réunion DCNS, une entreprise d'armement naval, invite à prendre l'image d'un frigo "qui produit du froid, même s'il dégage de la chaleur à l'extérieur par son fonctionnement". Il complète, "inversement un ETM produit de l'électricité grâce au froid des eaux profondes".

Les études de faisabilité technique et économique se montrent favorables à l'installation d'ici 2014 de la première centrale pilote mondiale de l'ETM. Il s'agira d'une production d'électricité de l'ordre de 10 mégawatts, c'est à dire de quoi assurer l'électricité pour 70 000 personnes pour un an.

L'agence régionale de l'énergie Réunion (Arer), partenaire local, a réalisé des études d'acceptabilité. "Les résultats sont positifs au niveau du public, même s'il reste des points à perfectionner au niveau environnemental" indique Laurent Gautret directeur technique et logistique de l'Arer. "À la différence du photovoltaïque ou de l'éolien, l'ETM produit de l'énergie 24h/24 toute l'année", affirme Jean-François Le Bert.

Concernant la poursuite du projet, des mesures sur le site et des simulations sont à venir. Il est aussi prévu d'installer en 2011 un prototype ETM à l'institut universitaire technologique de Terre Sainte, rattaché à l'université de La Réunion, pour tester les modèles et former les ingénieurs et techniciens de l'ETM.

"On a besoin de 400 millions d'euros" commente Jean-François le Bert à propos du planning possible de réalisation du projet. Pour boucler ce financement, David Lorion vice-président du conseil régional en charge du développement durable, de l'énergie et de l'aménagement, évoque le recours à "un grand emprunt et aux fonds européens".

Plusieurs participants ont souligné les bénéfices sur l'économie réunionnaise en terme d'emploi et de savoir-faire qu'entraînerait la mise en place d'une centrale ETM à La Réunion.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !